LOVE ANIMALIA NATURALIS ENVIRONNEMENTALIS
Bienvenue sur le Forum Love Animalia Naturalis : Actualités, informations et conseils sur les Animaux, la Nature et l'Environnement. Des rubriques exclusives réservées aux membres du forum. Pour satisfaire votre curiosité retrouvez l'actualité ou des conseils et pour satisfaire la nôtre, nous serons heureux de lire les vôtres! Toutes les personnes de 10 ans et plus, partageant ces centres d'intérêts sont les bienvenues.

LOVE ANIMALIA NATURALIS ENVIRONNEMENTALIS

Animaux, Nature et Environnement : Actualités, Informations et Conseils
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Vous avez des photos sur les animaux, la nature et l'environnement ? Si vous êtes prêts à nous offrir l'une d'elles... Ecrivez un message à l'un des administrateurs. Merci

Partagez | 
 

 JAPON : Le devenir des autres centrales nucléaires du pays ?

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Le Japon devrait être de nouveau totalement dépourvu de réacteur nucléaire mi-septembre   Jeu 15 Aoû - 11:59

TOKYO (Japon) - Le Japon devrait traverser une nouvelle période d'absence totale d'énergie nucléaire à partir du 15 septembre lorsque sera stoppé son dernier réacteur en service a indiqué mercredi la compagnie qui l'exploite.

Kansai Electric Power (Kepco) a prévenu l'autorité de régulation nucléaire qu'elle prévoyait d'arrêter le 15 septembre pour maintenance le réacteur 4 de la centrale d' Ohi (ou Oi, ouest), l'un des deux seuls actuellement opérationnels. L'autre, le numéro 3, devrait pour sa part être stoppé auparavant, le 2 septembre, également pour maintenance régulière, obligatoire après 13 mois de fonctionnement en continu.

Les deux tranches actuellement actives à Ohi doivent subir une séance d'entretien et vont être coupées pour une durée technique d'au moins trois mois, sans compter la période ensuite requise pour des examens de conformité aux nouvelles exigences de sûreté.

Or, il est matériellement impensable que d'autres réacteurs japonais soient relancés d'ici au mois prochain, même si des compagnies ont postulé pour que la sûreté de plusieurs installations soit certifiée par l'autorité à l'aune de nouvelles normes durcies entrées en vigueur le 8 juillet dernier.

Du coup, le Japon, qui avait connu une période zéro nucléaire de mai à juillet 2012, devrait se retrouver dans la même situation pour plusieurs semaines ou mois à compter du 15 septembre.

A ce jour, 48 des 50 réacteurs du pays sont stoppés sine die par précautions supplémentaires à la suite de l'accident de Fukushima causé par le séisme et le tsunami du 11 mars 2011 dans le nord-est du Japon.

Les 3 et 4 d'Ohi avaient quant à eux exceptionnellement reçu en juin 2012 l'autorisation de la part du précédent Premier ministre d'être relancés, ce qui a été fait dans les semaines suivantes, juste avant la mise en place de la nouvelle autorité de régulation.

Depuis qu'elle est établie, aucun autre ne peut redémarrer tant qu'elle ne s'est pas prononcée.

Le nouveau gouvernement de droite de Shinzo Abe est pour sa part favorable à la réactivation des réacteurs, mais assure qu'il se conformera à l'avis de l'autorité, statutairement indépendante.

ROMANDIE 14/8/2013
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Japon: arrêt lundi d'un des deux seuls réacteurs nucléaires en service   Lun 2 Sep - 13:28

TOKYO - Les procédures d'arrêt pour maintenance d'un des deux seuls réacteurs nucléaires en service au Japon ont débuté lundi après-midi, a annoncé son exploitant, Kansai Electric Power (Kepco).

La compagnie a effectué les premières manipulations requises vers 17H00 locales (10H00 GMT), mais le réacteur ne devait être totalement stoppé que mardi matin.

Kepco avait reçu en juin 2012 l'autorisation des autorités locales et du Premier ministre d'alors, Yoshihiko Noda, pour remettre en service les réacteurs 3 et 4 d'Ohi (ou Oi, ouest), juste avant la mise en place de la nouvelle autorité de régulation en septembre.

L'unité 3 avait été relancée le 1er juillet 2012. Il s'agissait du premier redémarrage réel depuis l'accident de Fukushima en mars 2011 et de la fin d'une brève période sans énergie atomique. L'unité 4 avait pour sa part été réactivée le 19 juillet 2012. Elle sera elle aussi stoppée, le 15 septembre, pour une session de maintenance régulière, obligatoire après 13 mois de fonctionnement en continu.

Toutes les centrales nippones avaient progressivement été arrêtées sine die par précautions supplémentaires à la suite de l'accident de Fukushima causé par le séisme et le tsunami du 11 mars 2011 dans le nord-est du Japon. Une fois les réacteurs 3 et 4 coupés, le Japon se retrouvera de nouveau totalement privé d'énergie nucléaire.

Il est en effet matériellement impensable que d'autres réacteurs japonais soient relancés d'ici là, même si des compagnies ont postulé pour que la sûreté de plusieurs installations soit certifiée par l'autorité de régulation à l'aune de nouvelles normes plus strictes entrées en vigueur le 8 juillet dernier.

Du coup, le Japon, qui avait connu une période zéro nucléaire (malgré un parc de 50 unités) de mai à juillet 2012, devrait se retrouver dans la même situation pour plusieurs semaines ou mois à compter du 15 septembre. Aucun réacteur ne peut redémarrer tant que l'autorité nucléaire ne s'est pas prononcée sur sa sûreté.

Kansai Electric a d'ores et déjà déposé des dossiers pour que la sûreté des réacteurs 3 et 4 d'Ohi soit certifiée au plus vite afin de les réactiver dès que possible après les opérations d'entretien régulier. Des travaux sont prévus pour qu'ils soient mis en conformité avec les nouvelles normes.

Un important obstacle est en passe d'être levé, puisqu'une commission d'experts mandatés il y a six mois par le régulateur du secteur a par ailleurs estimé lundi qu'une faille géologique située entre les couples de réacteurs 1/2 et 3/4 n'était pas active, ce qui doit permettre à la centrale d'être un jour réactivée sous réserve de confirmation officielle par l'autorité elle-même.

Le rôle de cette dernière n'est toutefois pas de décider de relancer des réacteurs mais d'établir un jugement sur leur sûreté. La décision finale d'autoriser la redémarrage revient au pouvoir politique.

Le nouveau gouvernement de droite de Shinzo Abe est pour sa part favorable à la réactivation des réacteurs du pays, mais assure qu'il se conformera à l'avis de l'autorité, statutairement indépendante.

ROMANDIE 2/9/2013
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
BelleMuezza
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 12462
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Fukushima: Tepco dépose un dossier pour relancer deux réacteurs   Ven 27 Sep - 13:47

TOKYO (AFP) - La compagnie gérante de la centrale accidentée de Fukushima a déposé vendredi un dossier auprès de l'autorité japonaise de régulation nucléaire dans le but de relancer deux réacteurs dans un autre de ses complexes atomiques.

Tokyo Electric Power (Tepco), dont toutes les installations nucléaires sont actuellement stoppées sine die, a présenté une demande auprès de l'autorité de régulation du secteur pour faire valider la sûreté des tranches 6 et 7 de la centrale de Kashiwazaki-Kariwa (nord-ouest), la plus grande de l'archipel. Tepco voulait déposer cette requête depuis plus de deux mois, mais l'avis négatif du gouverneur de la préfecture de Niigata, Hirohiko Izumida, l'en avait empêchée.

L'élu a toutefois consenti jeudi à donner son accord pour les travaux de mise en conformité qui seront requis, notamment la pose de dispositif spéciaux de ventilation à filtres.

Tepco espère un redémarrage le plus tôt possible afin de diminuer ses coûts de gaz et pétrole nécessaires pour alimenter des centrales thermiques qui pallient actuellement à l'absence totale d'énergie atomique.

Les sept réacteurs de Kashiwazaki-Kariwa sont arrêtés soit depuis plusieurs années à cause du tremblement de terre de Niigata en 2007, soit depuis plusieurs mois en raison des nouvelles mesures prises par les autorités pour protéger les installations atomiques en cas de séisme, tsunami, accident d'avion ou acte terroriste.

Tous les autres réacteurs du pays sont aussi actuellement stoppés. Aucune des 50 tranches ne peut reprendre du service tant qu'elle n'a pas obtenu une certification de sûreté sur la base de nouvelles normes durcies entrées en vigueur le 8 juillet.

Le nouveau gouvernement, dirigé par le conservateur et pro-nucléaire Shinzo Abe, a promis de se plier à l'avis émis par l'autorité de régulation, statutairement indépendante.

Impatientes de relancer leurs centrales, les compagnies ont déjà commencé des travaux de mise en conformité et déposé des dossiers pour une douzaine d'unités de diverses centrales.

Selon l'autorité, les études nécessaires pour chaque réacteur pourraient exiger six mois, ce qui rend difficile tout pronostic sur le nombre d'unités qui pourraient être réactivées pour l'hiver prochain, une saison de très forte consommation électrique. L'assentiment des élus locaux est en outre indispensable à chaque fois, en sus de celui de l'administration centrale.


sciences et avenir 27/9/2013
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
BelleMuezza
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 12462
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Une étude sur les failles de la centrale de Mihama a commencé   Dim 8 Déc - 2:19

Au Japon, l'Autorité de régulation du nucléaire, l'ARN, a entamé une étude de deux jours sur les failles se trouvant sous une centrale nucléaire à Mihama, dans la préfecture de Fukui.

La présence de neuf failles sismiques a été confirmée sous le complexe de la centrale de Mihama, y compris une se trouvant juste sous un réacteur. Des scientifiques expliquent que les failles pourraient se déplacer simultanément avec une faille active se trouvant à environ un kilomètre à l'est de la centrale.

L'opérateur de la centrale a indiqué que les failles à l'intérieur du complexe ne s'étaient pas déplacées au cours des derniers 120 à 130 mille ans. Cela implique, selon la compagnie, que les failles devraient être définies comme inactives et qu'il n'y a aucune possibilité qu'elles se déplacent de nouveau.

Il est possible que les réacteurs situés au-dessus de failles considérées comme actives doivent être démantelés. Des directives gouvernementales interdisent la construction d'installations nucléaires de première importance au-dessus de failles actives.

nhk world 7/12/2013
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: JAPON : ARN : les inspections prendront plus de temps que prévu   Jeu 13 Fév - 21:00

Il faudra davantage de temps pour terminer les inspections nécessaires à la remise en marche de certains des réacteurs du pays. C'est ce que le chef de l'Autorité de régulation du nucléaire.

Tous les réacteurs commerciaux du Japon sont actuellement à l'arrêt. Neuf centrales nucléaires ont demandé des inspections de sécurité par l'ARN.

Lors d'une rencontre de l'ARN mercredi, des officiels ont rendu leur rapport sur les contrôles des six premières centrales. Elles avaient demandé ces inspections en juillet dernier. L'un d'entre eux a déclaré que l'ARN a quasiment terminé les contrôles en ce qui concerne la forme des nouveaux dispositifs de sécurité. Un autre a indiqué que les vérifications entrent dans leur phase finale.

Cependant, au sortir de cette rencontre, le directeur de l'ARN Shunichi Tanaka a déclaré que l'ARN devait procéder à un examen plus approfondi des dispositifs de sécurité. Il a ajouté que la vérification ne sera pas terminée avant la fin de l'année fiscale, soit le 31 mars.

M. Tanaka a suggéré de demander l'avis de la population. Les opinions ainsi recueillies seraient utilisées par les experts de l'ARN dans la phase terminale de leurs contrôles.

NHK WORLD 13/12/2014
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Un producteur d'électricité japonais veut réactiver un de ses réacteurs nucléaires   Sam 15 Fév - 4:01

La Compagnie d'électricité du Chubu demande une inspection de sécurité pour un réacteur nucléaire situé dans le centre du Japon. Une telle inspection est nécessaire pour la remise en marche d'un réacteur.

Vendredi, le vice-président exécutif Masatoshi Sakaguchi a déposé la demande auprès de l'Autorité de régulation du nucléaire en vue de la remise en service du réacteur 4 de la centrale de Hamaoka de la préfecture de Shizuoka. Cette centrale compte cinq réacteurs, dont deux qui doivent être démantelés.

L'entreprise, basée à Nagoya, a suspendu les activités de la centrale à la demande du gouvernement après le séisme et le tsunami de mars 2011. La centrale de Hamaoka fait partie de la zone où, disent les experts, un tremblement de terre géant risque de se produire.

Pour répondre aux craintes concernant la sécurité, l'entreprise a multiplié par 1,5 la vitesse estimée de l'accélération maximale du sol pouvant être causée par un séisme, la faisant passer à 1200 gals. Elle bâtit également une digue de 22 mètres de hauteur pour protéger la centrale d'un tsunami.

Cette procédure est obligatoire pour respecter les nouvelles normes de sécurité plus strictes du gouvernement, avant qu'un réacteur puisse être réactivé.

Tous les 48 réacteurs nucléaires situés en territoire japonais sont actuellement mis à l'arrêt.

NHK WORLD 14/2/2014
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Finalisation de la procédure d'examens de sécurité à six centrales   Jeu 20 Fév - 5:58

Au Japon, l'Autorité de régulation du nucléaire, l'ARN, a finalisé le déroulement des ultimes examens de sécurité pour six centrales qui demandent le redémarrage d'un total de 10 réacteurs.

Les membres de l'ARN se sont réunis mercredi. Ils ont évoqué la suite des examens de sécurité. Plusieurs compagnies d'électricité ont demandé en juillet dernier ces examens pour 10 réacteurs.

L'ARN a accepté d'accorder une priorité aux six centrales pour des tests et d'émettre un rapport intérimaire sur les résultats des contrôles de sûreté.

Ce rapport est considéré comme l'ultime étape avant d'obtenir l'accord de l'ARN pour la relance des réacteurs. Les régulateurs vont commencer par déterminer si les évaluations réalisées par les compagnies sur les comportements des sols en cas de puissant séisme sont correctes. L'ARN décidera dans deux ou trois semaines quelles centrales sont prêtes pour un rapport final.

Les régulateurs ont également convenu de prendre quatre semaines pour solliciter l'opinion de la population sur le rapport intérimaire. Des rencontres avec le public sont prévues dans les villes proches des centrales nucléaires. Les avis seront sollicités sur les aspects techniques des contrôles.

NHK WORLD 19/2/2014
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Contrôles de sécurité à la centrale de Hamaoka   Ven 28 Fév - 5:00

Les autorités japonaises de régulation du nucléaire ont entamé les contrôles de sécurité d'un réacteur situé au coeur d'une zone où un violent séisme est susceptible de survenir, dans le centre de l'Archipel.

Ce jeudi, des membres de l'Autorité de régulation du nucléaire, l'ARN, ont entendu les responsables de la Compagnie d'électricité du Chubu sur les mesures de sécurité prises à la centrale de Hamaoka, dans la préfecture de Shizuoka.

Le 14 février, l'opérateur a demandé un contrôle de sécurité du réacteur numéro 4 de la centrale, conformément aux nouvelles recommandations gouvernementales pour des contrôles préalables plus stricts avant le redémarrage d'un quelconque réacteur.

La centrale a été mise à l'arrêt sur décision du gouvernement après la crise nucléaire de Fukushima, en 2011. Une décision motivée par la possibilité d'un violent séisme dans la région.

L'opérateur de la centrale a indiqué aux officiels de l'ARN qu'un brise-lames de 22 mètres de haut était en cours de construction, pour parer au risque de tsunami.


NHK WORLD 27/2/2014
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Le gouvernement japonais rétablit l'énergie nucléaire   Ven 11 Avr - 12:37

Le gouvernement japonais a adopté une nouvelle politique énergétique. Cette stratégie revient sur la décision de mise en sommeil progressive des centrales nucléaires prise par le précédent gouvernement après la catastrophe de Fukushima en 2011.

La décision risque d'être impopulaire. Le premier ministre Shinzo Abe a passé des mois à convaincre les sceptiques de sa formation, le Parti libéral-démocrate (PLD), ainsi que de son partenaire de coalition, le Nouveau Komeito, qui est contre l'énergie nucléaire.

Ce plan pourrait toutefois venir trop tard pour sauver un secteur moribond dont les pertes sont estimées à 35 milliards d'euros. Selon une récente analyse de Reuters, deux tiers des 48 réacteurs nucléaires japonais à l'arrêt pourraient devoir rester fermés en raison du coût élevé de leur mise aux normes en matière de sécurité.

Dans le nouveau plan annoncé vendredi, le nucléaire est défini comme "une source importante d'énergie de base", mais il n'y pas d'objectif chiffré sur ce qu'elle pourrait représenter. Le gouvernement considère aussi le charbon et l'hydro-électricité comme des sources énergétiques basiques.

Le Japon est parallèlement prêt à faire tout son possible pour développer les énergies renouvelables, a déclaré le ministre de l'Industrie Toshimitsu Motegi à l'issue du conseil des ministres. Un groupe de travail a été constitué au niveau ministériel dans ce but.

Dans son nouveau plan, le Japon dit vouloir aller au-delà des objectifs fixés par le passé en matière d'énergies renouvelables. Il mentionne dans une note de bas de page que, dans le plan précédent, ces énergies devaient contribuer à hauteur de 13,5%, soit 141,4 milliards de kilowatts à l'horizon 2020.

PBS NewsHour 13/3/2014 - La catastrophe de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, le 11 Mars 2011, a grandement affecté la façon dont les citoyens japonais pensent aux sources d'énergie. Les sondages indiquent que 80% des électeurs s'opposent maintenant à l'énergie nucléaire au Japon. Mais se passer de l'énergie nucléaire est une proposition difficile. Rapport correspondant scientifique Miles O'Brien.

Romandie 11/4/2014
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Appel du verdict interdisant le redémarrage de réacteurs à la centrale d'Ohi   Jeu 22 Mai - 23:59

L'opérateur de la centrale nucléaire d'Ohi, la Compagnie d'électricité du Kansai, dans le centre du Japon a fait appel ce jeudi de la décision émanant du tribunal de la cour de Nagoya. L'injonction de la cour interdisait le redémarrage de deux de ses réacteurs.


La Cour se prononce contre le redémarrage de réacteurs à Ohi. Un tribunal japonais a ordonné à l'opérateur de la centrale nucléaire de Ohi de ne pas redémarrer 2 de ses réacteurs, en citant les mesures de sécurité insuffisantes. Deep13th Nuclear Waste Info· 21/5/2014


Cette action a eu lieu le lendemain du verdict rendu par le tribunal de Fukui, interdisant le redémarrage des réacteurs 3 et 4 de la centrale de la préfecture. Les 2 réacteurs avaient été mis à l'arrêt en raison d'inspections de routine en septembre dernier. Des résidents locaux ont entamé une action en justice pour réclamer l'arrêt prolongé des réacteurs.

Le tribunal a précisé que les centrales nucléaires requièrent des niveaux de sécurité et de fiabilité extrêmement élevés.

Il a ajouté que les estimations de possibles tremblements de terre de la part de l'opérateur sont en-deçà de la réalité et que les systèmes de refroidissement de la centrale sont défectueux. La Compagnie d'électricité du Kansai a toutefois objecté lors du procès qu'il n'y avait aucun problème de sécurité.

NHK WORLD 22/5/2014
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Japon: vers un feu vert technique pour la relance de deux réacteurs   Mar 15 Juil - 15:25

Tokyo - L'autorité japonaise de régulation nucléaire a indiqué qu'elle allait présenter mercredi un rapport de validation de la sûreté de deux réacteurs atomiques de l'ouest du Japon, avant-dernière étape avant un feu vert technique pour leur relance.

Une réunion des membres de cette instance indépendante aura lieu mercredi matin, au cours de laquelle sera examinée une proposition de certification des réacteurs Sendai 1 et 2 (situés dans le sud-ouest).

Centrale nucléaire de Sendai. Beyond the Fence ~Walking Around the Nuclear Power Plants~ 29/10/2013

Cela fait désormais un an que l'autorité a commencé de passer en revue l'état de plusieurs réacteurs afin de se prononcer sur leur sûreté. Elle travaille sur la base de nouvelles normes durcies après l'accident de Fukushima en mars 2011 et entrées en vigueur en juillet 2013.

Le nouveau processus précise qu'un document d'approbation de la sûreté des installations doit impérativement être validé par les membres de l'autorité avant d'être soumis durant 30 jours aux commentaires publics. L'approbation définitive n'intervient qu'après.

Quand il est annoncé que l'autorité nuclaire allait donner la priorité à la centrale de Sendai. rumorecurioso 12/3/2014

Les tranches Sendai 1 et 2, exploitées par Kyushu Electric Power, ont bénéficié d'un traitement prioritaire car le dossier était jugé plus simple à étudier que celui d'autres réacteurs. Si tout va bien, la validation technique définitive est attendue pour le mois d'août. L'autorité se borne toutefois à dire si les installations sont techniquement sûres. Il revient ensuite aux dirigeants politiques locaux et nationaux de décider du redémarrage.

Puisque la volonté du gouvernement de droite de Shinzo Abe est de relancer tous les réacteurs jugés sûrs par l'autorité de régulation, l'étape la plus délicate à franchir pourrait être l'opposition d'une partie de la population locale.

Les observateurs estiment cependant que les réacteurs Sendai 1 et 2 pourraient être remis en exploitation à l'automne.

Actuellement le parc de 48 tranches atomiques de l'archipel est entièrement stoppé pour examen vis-à-vis de ces normes plus sévères. Aucun réacteur ne peut redémarrer sans que l'autorité ait approuvé les mesures prises à l'égard de cette nouvelle règlementation, décidée à la lumière des lacunes vis-à-vis des risques d'accident grave mises en évidence lors de la catastrophe de Fukushima.

Le fait que l'autorité nucléaire soit en passe d'approuver le dossier technique de Sendai 1 et 2 enthousiasmait les investisseurs mardi à la Bourse de Tokyo: moins d'une heure après le début des échanges, l'action Kyushu Electric Power gagnait près de 2% à 1.264 yens. Elle est même montée à 1.282 yens (+3,39%) en tout début de journée.

Romandie 15/7/2014
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Japon: vers une relance prochaine de l'énergie atomique   Mer 16 Juil - 16:14

Tokyo - Deux réacteurs nucléaires du sud-ouest du Japon remplissent les nouveaux critères de sûreté, a jugé mercredi le gendarme du secteur qui ouvre ainsi la voie à une relance de l'énergie atomique au Japon, trois ans et demi après le désastre de Fukushima.

Entre-temps, plusieurs unités avaient fonctionné durant quelques mois, mais aucune n'avait reçu de certificat de conformité à de nouvelles normes plus sévères entrées en vigueur en juillet 2013.

Les membres de l'autorité de régulation nucléaire ont approuvé un rapport de près de 420 pages selon lequel les dispositions techniques prises par la compagnie Kyushu Electric Power pour les tranches Sendai 1 et 2 (sud-ouest) étaient compatibles avec ces standards durcis vis-à-vis des risques d'accident critique.

En un an d'étude, il a fallu éplucher 30.000 pages de documents, 62 réunions soit plus de 140 heures, sans compter les auditions, et mobiliser de nombreux spécialistes et petites mains pour parvenir à ces conclusions dont la lecture est particulièrement ardue.

Le document précise notamment toutes les mesures prises pour faire face aux tsunamis, séismes, éruptions volcaniques, tornades et autres dangers, afin d'éviter que la situation ne dégénère en catastrophe majeure, comme en mars 2011 à la centrale Fukushima Daiichi après un tremblement de terre au large et un gigantesque raz-de-marée.

C'est la première fois depuis cette catastrophe qu'est donné un tel avis de conformité, alors que l'intégralité du parc de 48 réacteurs est arrêté (sans compter les six unités définitivement condamnées du complexe de Fukushima).

La certification de sûreté de l'autorité indépendante mise en place après le désastre du 11 mars 2011 est indispensable pour relancer n'importe quel réacteur de l'archipel.

L'approbation des dispositions prises pour Sendai 1 et 2 doit encore être définitivement validée après un appel à commentaires publics d'une durée de 30 jours.

Si tout va bien, le feu vert sera donné au mois d'août. L'autorité se borne toutefois à dire que les installations sont sûres. Il revient ensuite aux dirigeants politiques locaux et nationaux de décider du redémarrage. Les observateurs estiment que ces deux réacteurs pourraient être remis en exploitation à l'automne.

La volonté du gouvernement de droite de Shinzo Abe est de remettre en marche tous les réacteurs jugés sûrs par l'autorité de régulation, a répété mercredi le porte-parole du gouvernement, Yoshihide Suga. C'est un pas en avant, et je veux avancer vers la relance avec la compréhension des communautés locales, a réagi le Premier ministre.

Les raisons sont politiques et économiques: le Japon veut une indépendance énergétique grâce à la maîtrise du cycle nucléaire, et souhaite en finir avec les importants déficits commerciaux endurés depuis que l'arrêt des réacteurs nucléaires l'oblige à importer à prix d'or des quantités massives d'hydrocarbures pour ses centrales thermiques.

L'éventualité d'un prochain redémarrage de réacteurs rencontre cependant l'opposition des antinucléaires, à commencer par Greenpeace: des milliers d'habitants de la préfecture de Kagoshima (où se trouvent les unités Sendai 1 et 2) et de la province voisine de Kumamoto ont fait part de leurs inquiétudes, a rappelé l'organisation écologiste.

Les principaux problèmes comprennent l'absence de plan réel d'évacuation de la population en cas de nécessité, notamment des personnes âgées, des enfants, ou des individus hospitalisés, souligne Greenpeace.

Les opposants, dont certains se sont immédiatement rassemblés devant le complexe atomique incriminé mercredi pour protester, considèrent en outre que la compagnie Kyushu Electric Power et l'autorité ne sont pas parvenues à établir un diagnostic et fournir une réponse précise au risque volcanique dans la région.

L'autorité a cédé à la pression énorme de l'industrie nucléaire et du gouvernement Abe, s'est énervée Kazue Suzuki, de Greenpeace. Et d'ajouter: elle place les intérêts commerciaux des compagnies électriques devant la sécurité de la population.

Les dossiers de 17 autres réacteurs doivent désormais également être scrutés à la loupe.

Romandie 16/7/2014
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Distribution d'iode près de la centrale de Sendai   Lun 28 Juil - 3:15

Des tablettes d'iode ont été distribuées aux personnes habitant à moins de cinq kilomètres de la centrale nucléaire de Sendai, dans la préfecture de Kagoshima.

L'opération a été menée par des officiels du gouvernement affectés dans les municipalités concernées. Elle intervient alors que la centrale, aujourd'hui à l'arrêt, prépare son redémarrage.

D'après la préfecture, 4700 personnes de trois ans et plus doivent recevoir les tablettes à utiliser en cas de catastrophe nucléaire. L'iode empêche la thyroïde d'absorber les substances radioactives. Ce dimanche, les autorités de la préfecture de Kagoshima et de la ville de Sendai ont distribué de l'iode à 2661 personnes.

C'est la première fois qu'une telle opération est menée dans le cadre des nouvelles directives de l'Autorité de régulation du nucléaire. La distribution devrait concerner les autres habitants après une réunion publique sur la question programmée en septembre au plus tôt.

NHK World 27/7/2014
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Japon: aucun réacteur ne devrait redémarrer avant cet hiver   Ven 8 Aoû - 13:21

Tokyo - Les deux seuls réacteurs nucléaires du Japon susceptibles d'être relancés dans les prochaines semaines ont peu de chance d'être remis en exploitation avant cet hiver au plus tôt, à cause d'un retard de procédures encore nécessaires, selon les dernières informations rendues publiques.

Jusqu'à présent, les plus optimistes pensaient que les unités Sendai 1 et 2 (situées dans le sud-ouest) pourraient redémarrer aux environs d'octobre, les membres de l'Autorité de régulation nucléaire ayant approuvé leur sûreté. Toutefois, la compagnie doit encore fournir d'autres documents sur le détail de travaux qui doivent être effectués ainsi que sur les procédures de gestion de l'exploitation.

Or, selon l'autorité nucléaire, ces plans ne devraient pas lui être remis avant fin septembre. Compte tenu des délais d'examen qui se montent à un ou deux mois, la validation technique définitive ne devrait pas intervenir avant fin novembre au mieux.

L'autorité se borne toutefois à dire que les installations sont sûres. Il revient ensuite aux dirigeants politiques locaux et nationaux de décider du redémarrage, ce qui exigera à tout le moins quelques semaines de plus.

L'ensemble du parc de 48 réacteurs du Japon est arrêté (sans compter les six unités définitivement condamnées du complexe de Fukushima), et aucun ne peut être réactivé sans la bénédiction de l'autorité nucléaire sur la base de normes de sûreté plus sévères. Jusqu'à présent, les tranches Sendai 1 et 2 sont les seules à avoir atteint un stade d'examen qui permettent de tabler sur une relance relativement proche. Les 17 autres réacteurs pour lesquels un dossier a été présenté sont dans une phase bien moins avancée d'étude et n'ont aucune chance d'être relancés avant la fin de l'année.

Romandie 8/8/2014
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Japon: premier feu vert technique pour la relance de deux réacteurs   Mer 10 Sep - 7:19

Tokyo - L'autorité japonaise de régulation nucléaire a validé mercredi pour la première fois la sûreté de deux réacteurs atomiques de l'ouest du Japon, donnant ainsi son feu vert technique pour leur relance, qui exige néanmoins encore le passage de plusieurs obstacles.


Vue de la centrale de SendaI. Elle est située près de Satsumasendai dans la Préfecture de Kagoshima (鹿児島県), sur l'île de Kyushu au Japon.KEI CC BY-SA 3.0


Lors d'une réunion régulière des membres de cette instance indépendante, la dernière version d'un rapport de certification des réacteurs Sendai 1 et 2 (situés dans le sud-ouest) a été examinée, après la prise en compte de commentaires publics.

Il a fallu près de 14 mois pour que le régulateur passe en revue l'état de ces deux tranches afin de se prononcer sur leur sûreté.

Tous les réacteurs du Japon (48 sans compter les six saccagés de Fukushima Daiichi) sont actuellement stoppés, et ce depuis près d'un an. Les procédures, longues et fastidieuses, de certification ont été rendues nécessaires par l'entrée en vigueur mi-juillet 2013 de nouvelles normes durcies après l'accident de Fukushima en mars 2011.

Les unités Sendai 1 et 2, exploitées par Kyushu Electric Power, ont bénéficié d'un traitement prioritaire car le dossier était jugé plus simple à étudier que celui d'autres réacteurs.

L'autorité se borne toutefois à dire si les installations sont techniquement sûres. Il reste en outre, encore, quelques examens techniques des travaux envisagés et équipements. Il revient ensuite aux dirigeants politiques locaux et nationaux d'autoriser le redémarrage.

Puisque la volonté du gouvernement de droite de Shinzo Abe est de relancer tous les réacteurs jugés sûrs par l'autorité de régulation, l'étape la plus délicate à franchir risque d'être l'opposition d'une partie de la population locale.

La nouvelle ministre de l'Industrie, Yuko Obuchi, chargée de ce dossier, a d'ores et déjà indiqué qu'elle allait faire de son mieux pour convaincre les citoyens que l'énergie nucléaire était indispensable. Les observateurs estiment que les réacteurs Sendai 1 et 2 pourraient être remis en exploitation vers décembre.

Les antinucléaires sont quant à eux bien décidés à en découdre.

Le gouvernement ignore les leçons de Fukushima et essaie de faire revenir la nation à sa dépendance à l'énergie nucléaire, dangereuse et peu fiable. C'est la politique énergétique la pire pour l'avenir du Japon, se plaint Kazue Suzuki, de l'organisation écologiste Greenpeace Japon. Le gouvernement devrait concentrer ses efforts sur la gestion de la catastrophe nucléaire en cours à Fukushima, le soutien de ses victimes, et abandonner ses plans pour relancer les réacteurs nucléaires, insiste la militante.

Japon se prépare également à fermer et donc démanteler les réacteurs les plus anciens de la nation qui ont 40 ans ou plus.

Romandie 10/9/2014 - The star onLine
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: A Tokyo, 16.000 personnes défilent contre le redémarrage des réacteurs nucléaires   Mer 24 Sep - 13:30

Tokyo - Quelque 16.000 personnes ont manifesté mardi à Tokyo contre le projet du gouvernement japonais de redémarrer les réacteurs nucléaires jugés sûrs malgré l'inquiétude de la population traumatisée par la catastrophe atomique de Fukushima.

L'Autorité indépendante de régulation nucléaire, créée dans le sillage du tsunami et de l'accident nucléaire, a récemment donné son feu vert au redémarrage des réacteurs 1 et 2 de la centrale nucléaire de Sendai (sud-ouest).

Deep13th Nuclear Waste Info 10/9/2014 : L'autorité nucléaire du Japon a officiellement approuvé la reprise de l'activité de la centrale de Sendai qui est située dans la ville de Satsumasendai dans la préfecture de Kagoshima et est exploitée par Kyushu Electric Power Company. Elle est devenue la première centrale nucléaire à répondre aux normes plus strictes introduites après l'accident de Fukushima Daiichi en 2011. L'Autorité de régulation nucléaire approuvé à l'unanimité son évaluation. Le document a été révisé sur la base de quelques-uns des plus de 17.000 commentaires du public que l'autorité a reçu lorsqu'elle a publié son projet d'évaluation en juillet. Beaucoup de personnes ont invité Kyushu Electric de mettre en œuvre des mesures plus strictes contre les séismes possibles, volcans et  accidents graves. Mais l'autorité a déclaré que ces facteurs n'affecteront pas ses conclusions...

Le gouvernement a l'intention de relancer les opérations à la centrale de Sendai sans mettre en place de plan anti-catastrophe digne de ce nom, a déclaré au cours de la manifestation le prix Nobel de littérature Kenzaburo Oe, cité par la télévision publique NHK.

La nouvelle ministre japonaise de l'Industrie, Yuko Obuchi, s'est livrée dimanche à la télévision à un difficile plaidoyer en faveur de l'énergie nucléaire, rappelant que depuis l'accident de 2011, le Japon ne produit plus que 6% de l'énergie qu'il consomme, contre 85% aux Etats-Unis et 50% en France.

ARIRANG NEWS 23/9/2014

Les 48 tranches du pays (sans compter les six condamnées de Fukushima Daiichi) sont actuellement arrêtées.

Romandie 23/9/2014
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: JAPON : Le directeur de l'ARN défend les mesures de prévention des risques volcaniques   Jeu 2 Oct - 15:29

Le directeur de l'Autorité japonaise de régulation du nucléaire, l'ARN, défend son autorisation des mesures de prévention des risques volcaniques pour une centrale nucléaire située à Kagoshima, dans le sud de l'Archipel.

Shunichi Tanaka, directeur de l'Autorité de régulation du nucléaire, prenait la parole lors d'une conférence de presse mercredi. Ses observations font suite à l'éruption, samedi, du volcan du mont Ontake, dans le centre du Japon, pour laquelle aucun signal d'alerte n'avait été détecté. Des dizaines de randonneurs sont morts suite à cette éruption.

L'éruption a suscité l'inquiétude de la population face aux mesures de prévention des risques volcaniques de la centrale de Sendai, dans la préfecture de Kagoshima, gérée par la Compagnie d'électricité du Kyushu. Des volcans actifs se trouvent dans cette préfecture.

L'opérateur a dévoilé les plans de retrait du combustible nucléaire de l'installation en cas de détection de signes d'activité volcanique ou de déplacement des plaques tectoniques près de la centrale.

Lors de la conférence de presse de mercredi, le directeur de l'ARN a indiqué que l'éruption volcanique d'Ontake ne ressemble en rien aux possibles éruptions volcaniques d'importance qui pourraient survenir près de la centrale nucléaire de Sendai. Il a ajouté que de présenter ces deux événements comme étant de même nature n'était pas scientifique.

M. Tanaka a précisé qu'avant une énorme éruption des mouvements de la terre et des secousses sont observés bien avant ce qui a pu être constaté pour l'éruption du volcan du mont Ontake.

NHK WORLD 2/10/2014
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: japon / Centrale nucléaire de Sendai : visite de Yoichi Miyazawa dans la préfecture de Kagoshima   Mar 4 Nov - 0:42

Le ministre japonais de l'Economie, du Commerce et de l'Industrie Yoichi Miyazawa, s'est rendu dans la préfecture de Kagoshima, au sud du Japon, afin d'obtenir l'appui de la population locale pour le redémarrage de la centrale nucléaire de Sendai.

M. Miyazawa a visité lundi la centrale gérée par la Compagnie d'électricité du Kyushu et située dans la ville de Satsuma Sendai.

Il a été informé par un responsable de l'entreprise des mesures de sûreté mises en place après l'accident de 2011 à la centrale de Fukushima Dai-ichi, dont les murs de dix mètres servant à protéger les pompes de refroidissement.

M. Miyazawa a pris la parole devant 80 travailleurs de la centrale. Il a confirmé que le travail visant à assurer la sécurité se déroule sans incident, mais qu'il n'existe toutefois pas d'assurance à 100 %. Il a demandé aux travailleurs de poursuivre leur travail acharné afin d'améliorer la sécurité.

Il a ensuite visité le siège du gouvernement de la préfecture de Kagoshima et rencontré le gouverneur Yuichiro Ito.

M. Ito a indiqué à M. Miyazawa que les préparatifs en vue du redémarrage de la centrale de Sendai en sont à la dernière étape. Il a ajouté qu'il écouterait les opinions des membres de l'assemblée préfectorale et qu'il prendrait ensuite une décision.

M. Miyazawa a fait part à M. Ito de la position du gouvernement qui est que le redémarrage des centrales nucléaires est nécessaire dans le cadre de la politique énergétique du pays.





Controverse sur les plans d'évacuation autour de la centrale de Sendai :  Avant que la centrale de Sendai ne soit remise en fonction, des plans d'évacuation adéquats doivent être mis en oeuvre par les municipalités dans un rayon de 30 km autour de la centrale.

La préfecture de Kagoshima et neuf municipalités, dont la ville de Satsuma Sendai, ont élaboré des plans d'évacuation dans l'éventualité d'un accident nucléaire. Ces plans ont été examinés par le gouvernement central et jugés spécifiques et concrets.

Certains considèrent toutefois que les itinéraires d'évacuation prévus dans les plans ne permettent pas de mettre la population en sûreté. D'autres s'inquiètent de ce que les hôpitaux et centres d'accueil dans un rayon de 10 à 30 km n'ont pas prévu de plan d'évacuation. Un spécialiste de l'incidence psychologique des catastrophes affirme enfin que les plans d'évacuation élaborés par les municipalités sont loin de suffire.

NHK WORLD 3/11/2014 - NHK
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Les volcanologues japonais réclament une révision des règles fixées par l'autorité du nucléaire   Mar 4 Nov - 0:47

Au Japon, des volcanologues appellent à la révision des conditions de sécurité fixées par l'organisme nippon de régulation du nucléaire en cas d'activité volcanique.

Selon eux, il est indispensable de tenir compte du caractère aléatoire des prévisions en matière d'éruption volcanique.

L'Autorité de régulation du nucléaire, l'ARN, demande aux opérateurs de centrales nucléaires d'adopter des mesures de contingence dans les cas où des signes laisseraient craindre une grave éruption susceptible de menacer les centrales.

Dans le cadre de ces règlements, l'ARN a approuvé en septembre les mesures de sécurité adoptées par la centrale nucléaire de Sendai, dans la préfecture de Kagoshima. Celle-ci est dirigée par la Compagnie d'électricité du Kyushu. L'entreprise prévoit, au moindre signe annonçant l'imminence d'une importante éruption volcanique, de retirer de la centrale le combustible nucléaire.

Un comité réuni par la société volcanologique japonaise propose cependant de réexaminer les conditions fixées par l'ARN.


nhk world 3/11/2014
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Japon: oui à la relance de deux réacteurs près de 4 ans après Fukushima   Ven 7 Nov - 15:18

Tokyo - La préfecture japonaise de Kagoshima a donné vendredi son accord pour le redémarrage des réacteurs nucléaires Sendai 1 et 2, ouvrant la voie à la remise en service début 2015 de ces deux premières unités conformes aux normes durcies depuis l'accident de Fukushima en 2011.

Le gouverneur de cette province du sud-ouest, qui a le dernier mot, a approuvé cette relance dans l'après-midi (heure du Japon) sur la base des garanties offertes par la compagnie exploitante, Kyushu Electric Power, et par le gouvernement disposé à réactiver toutes les installations officiellement jugées sûres par l'autorité compétente.

Tous les réacteurs du Japon (48 sans compter les six saccagés de Fukushima Daiichi) sont actuellement stoppés, et ce depuis plus d'un an après l'arrêt de deux tranches relancées entre 2012 et 2013.

Tenant compte de divers facteurs dans leur ensemble, j'ai jugé que le redémarrage des unités 1 et 2 de Sendai était inévitable, a déclaré le gouverneur Yuichiro Ito lors d'une conférence de presse. C'est une décision importante et un grand pas en avant, a réagi le porte-parole du gouvernement, Yoshihide Suga, promettant que le gouvernement allait concrètement oeuvrer en vue du redémarrage.

M. Ito a cependant insisté sur la nécessité dans le même temps de bénéficier de l'aide de l'Etat pour renforcer les procédures permettant de garantir la sécurité des riverains et leur éventuelle évacuation en cas de problème.

Le ministre de l'Industrie, Yoichi Miyazawa, s'est immédiatement réjoui de cette décision. Il s'était rendu en début de semaine dans la région pour convaincre le gouverneur et les autres élus locaux, et que même si nul n'était bien sûr en mesure d'assurer qu'il n'y aurait jamais d'accident, l'Etat agirait promptement si d'aventure il se passait quelque chose.

Avant que le gouverneur ne prenne la décision finale, l'assemblée préfectorale réunie vendredi matin avait suivi l'orientation favorable donnée la veille au soir par un comité spécial. La municipalité de Satsumasendai, qui héberge la centrale, avait au préalable aussi donné son accord et M. Ito avait décidé de ne pas consulter les autres agglomérations alentour, la loi ne l'y obligeant pas.

L'autorité japonaise de régulation nucléaire (NRA) avait validé mi-septembre pour la première fois la sûreté des tranches Sendai 1 et 2, donnant ainsi son feu vert technique à leur remise en exploitation.

Les procédures, longues et fastidieuses, de certification ont été rendues nécessaires par l'entrée en vigueur mi-juillet 2013 de nouvelles normes plus sévères vis-à-vis des risques de catastrophe naturelle et d'accident critique après le désastre de Fukushima provoqué par un violent séisme et un gigantesque tsunami en mars 2011. Il a fallu près de 14 mois pour que le régulateur passe en revue l'état de ces deux unités afin de se prononcer sur leur sûreté.

Pour Sendai, la prochaine étape sera le oui du gouvernement de droite de Shinzo Abe, approbation assurée qui sera suivie de quelques procédures techniques encore inachevées mais qui devraient avoir lieu début 2015.

Les écologistes avaient dénoncé par avance la décision de Kagoshima, à commencer par l'organisation Greenpeace qui met aussi en avant les dangers relatifs aux volcans de la région. Quelque 16.000 personnes avaient manifesté en septembre à Tokyo contre le redémarrage de réacteurs nucléaires et les sondages indiquent que la majorité de la population y est opposée.

Face aux arguments des écologistes et à une opinion réfractaire, le gouvernement de droite et les milieux d'affaires pro-nucléaires rétorquent que l'économie du Japon et son autonomie à l'égard de l'approvisionnement en énergie sont mises à mal par l'arrêt de tous les réacteurs du pays. Ils insistent notamment sur le fait que l'archipel, qui jouissait auparavant d'enviables excédents commerciaux, est aujourd'hui la proie de déficits abyssaux creusés par la facture d'hydrocarbures importés.

Certes, disent-ils encore, le Japon ne manque pas de courant, grâce à un important parc de centrales thermiques dont plusieurs ont été relancées pour pallier l'absence d'énergie atomique, mais celui-ci pollue aussi plus par des rejets massifs de CO2.


Romandie 7/11/2014
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: JAPON : Manifestation contre le redémarrage de la centrale à Kagoshima   Sam 8 Nov - 0:18

Des militants antinucléaire ont organisé vendredi une manifestation devant le siège de la préfecture de Kagoshima. Ils sont opposés au redémarrage de la centrale nucléaire Sendai.

Les manifestants ont critiqué les membres de l'assemblée préfectorale pour avoir approuvé le redémarrage de la centrale. Ils déplorent le fait que l'assemblée a pris cette décision à la hâte lors d'une session extraordinaire, en négligeant l'opinion des habitants de la préfecture et d'ailleurs dans l'Archipel.


NHK WORLD 7/11/2014
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Japon: vers un feu vert technique pour un deuxième couple de réacteurs nucléaires   Ven 12 Déc - 12:29

Tokyo - Un deuxième couple de réacteurs nucléaires du Japon est en passe d'obtenir prochainement un feu vert technique de la part du régulateur du secteur, certificat indispensable à une relance qui pourrait intervenir à l'été 2015, selon la presse nippone.

Actuellement, les 48 tranches de l'archipel (sans compter les six condamnées de la centrale de Fukushima Daiichi) sont stoppées sine die par mesure de précaution en attendant que soit contrôlée la conformité de leur sûreté vis-à-vis de normes rendues plus sévères après la catastrophe atomique consécutive au tsunami de mars 2011.

 Photo aérienne de la centrale de Takahama. Qurren / Ministère japonais du Territoire, des Infrastructures et des Transports.

D'après le quotidien économique Nikkei de vendredi, les réacteurs 3 et 4 de la centrale de Takahama (ouest) devraient faire l'objet d'ici à la fin de l'année d'un rapport favorable de l'Autorité de régulation (NRA), avant une approbation formelle quelques semaines plus tard, après un appel aux commentaires publics d'un mois, une étape obligatoire. Cet avis de conformité devrait être rendu public et expliqué le 17 ou le 24 décembre, indique le journal.

Si tout va bien, ce couple de deux unités sera le deuxième à obtenir ce sésame, après les réacteurs 1 et 2 de la centrale Sendai (située dans le sud-ouest).

Le site de Takahama est exploité par la compagnie régionale Kansai Electric Power qui alimente une partie de l'ouest de l'archipel et était, avant le désastre de Fukushima, la plus dépendante à l'énergie nucléaire.

L'autorité se borne toutefois à donner un avis technique. L'autorisation de relancer les réacteurs, elle, doit venir des milieux politiques. Le gouvernement de droite, lui, y est plus que favorable, mais il doit auparavant obtenir le consentement des autorités locales, ce qui pourrait faire traîner en longueur les discussions.

Dans le cas des unités 1 et 2 de Sendai, l'autorité nucléaire avait jugé dès mi-juillet dernier dans un rapport de plusieurs centaines de pages qu'elles remplissaient les critères de sûreté, et elles ne sont toujours pas réactivées. Il faudra encore plusieurs semaines ou mois avant qu'elles ne le soient, en raison de délais de procédures. Le feu vert politique local a pourtant été donné en novembre.

La majorité des citoyens japonais sont opposés à l'énergie nucléaire, mais la mobilisation contre leur relance s'est notablement affaiblie.

Cette question ne sera pas, tant s'en faut, le principal enjeu des élections législatives de dimanche que le Parti Libéral-Démocrate (PLD) du Premier ministre pro-nucléaire Shinzo Abe est en voie de remporter haut la main.

Romandie 12/12/2014
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Japon: deux réacteurs supplémentaires jugés techniquement aptes à redémarrer   Mer 17 Déc - 9:43

Tokyo, 17 déc 2014 (? ? ?) - L'autorité nippone de régulation nucléaire a jugé mercredi que les réacteurs 3 et 4 de la centrale de Takahama (ouest du Japon) étaient techniquement conformes aux nouvelles exigences légales, ce qui signifie qu'ils devraient obtenir sous peu leur certification indispensable avant une réactivation probablement courant 2015.

C'est seulement le deuxième couple de réacteurs du Japon dont l'examen de conformité à de nouvelles normes est terminé. Jusqu'à présent, seules les unités 1 et 2 de la centrale Sendai (sud-ouest) ont obtenu leur certificat de sûreté.

Actuellement, les 48 réacteurs du Japon sont arrêtés (sans compter les 6 saccagés de la centrale accidentée Fukushima Daiichi) et aucun ne peut être relancé sans cette approbation technique et le feu vert politique subséquent.

L'exploitant du site de Takahama, Kansai Electric Power, avait déposé en juillet 2013 un dossier pour un examen de ces réacteurs qu'il aimerait remettre en service le plus rapidement possible. Cette compagnie régionale qui alimente une partie de l'ouest de l'archipel était, avant le désastre de Fukushima, la plus dépendante à l'énergie nucléaire.

Au terme de ses investigations, l'autorité a estimé que techniquement, les dispositions prises à Takahama étaient compatibles avec les nouvelles normes de sûreté décidées à la suite de l'accident de mars 2011.

Ont notamment été rendues plus sévères les obligations face aux risques de situation critique découlant d'une catastrophe naturelle (séisme, tsunami, éruption volcanique), d'un accident d'avion ou d'une attaque terroriste.

Le nouveau processus de contrôle des installations précise que le rapport d'examen approuvé mercredi par les membres de l'autorité doit être soumis durant 30 jours aux commentaires publics, soit dans le cas présent jusqu'au 16 janvier 2015. La certification définitive n'intervient qu'après.

L'autorité se borne toutefois à dire si les installations sont techniquement sûres sur la base de connaissances scientifiques. Il revient ensuite aux dirigeants politiques locaux et nationaux de décider du redémarrage.

Puisque la volonté du gouvernement de droite de Shinzo Abe est de relancer tous les réacteurs jugés sûrs par l'autorité de régulation, l'étape la plus délicate à franchir pourrait être l'opposition d'une partie de la population locale. 

Mais si la majorité des citoyens japonais sont opposés à l'énergie nucléaire, la mobilisation contre leur relance s'est notablement affaiblie. Cette question n'était d'ailleurs pas, tant s'en faut, le principal enjeu des élections législatives de dimanche, scrutin remporté haut la main par le Parti Libéral-Démocrate (PLD) du Premier ministre pro-nucléaire Abe.


Romandie 17/12/2014
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Japon: feu vert technique pour le redémarrage d'un 2e couple de réacteurs nucléaires   Jeu 12 Fév - 11:02

Tokyo - L'autorité japonaise de régulation du secteur nucléaire a accordé jeudi un feu vert technique à un deuxième couple de réacteurs pour un redémarrage qui pourrait intervenir cet été dans le meilleur des cas.

Actuellement, les 48 tranches de l'archipel (sans compter les six condamnées de la centrale Fukushima Daiichi) sont stoppées sine die par mesure de précaution en attendant que soit contrôlée la conformité de leur sûreté vis-à-vis de normes rendues plus sévères après la catastrophe atomique consécutive au tsunami de mars 2011.

 Centrale nucléaire de Takahama. Elle est située à Takahama, un bourg de la préfecture de Fukui dans la région du Chūbu au Japon. Hirorinmasa CC BY-SA 3.0

Les réacteurs 3 et 4 de la centrale de Takahama (ouest) avaient fait l'objet mi-décembre d'un rapport favorable de l'Autorité de régulation (NRA). L'approbation formelle est intervenue jeudi après un appel d'un mois aux commentaires publics, une étape obligatoire.

Quelque 3.600 avis sont parvenus à l'autorité, dont beaucoup jugeant ces tranches nucléaires insuffisamment protégées face aux risques de séismes ou d'attaques terroristes. Ces remarques n'ont toutefois pas changé la position du régulateur qui a examiné les deux réacteurs Takahama 3 et 4 pendant des mois.

Ce couple de deux unités est le deuxième à obtenir ce sésame, après les réacteurs 1 et 2 de la centrale Sendai (située dans le sud-ouest). Le site de Takahama est exploité par la compagnie régionale Kansai Electric Power qui alimente une partie de l'ouest de l'archipel et était, avant le désastre de Fukushima, la plus dépendante à l'énergie nucléaire.

L'autorité se borne toutefois à donner un avis technique. L'autorisation de relancer les réacteurs, elle, doit venir des milieux politiques. Le gouvernement de droite y est plus que favorable, mais il doit auparavant obtenir le consentement des autorités locales, ce qui pourrait faire traîner en longueur les discussions.

Dans le cas des unités 1 et 2 de Sendai, l'autorité nucléaire avait jugé dès mi-juillet dernier dans un rapport de plusieurs centaines de pages qu'elles remplissaient les critères de sûreté, et elles ne sont toujours pas réactivées. Il faudra encore plusieurs semaines ou mois avant qu'elles ne le soient, en raison de délais de procédures. Le feu vert politique local a pourtant été donné en novembre.

La majorité des citoyens japonais sont opposés à l'énergie nucléaire, mais la mobilisation contre leur relance s'est notablement affaiblie, même si les organisations écologistes ne désarment pas.

A l'instar des réacteurs Sendai 1 et 2, ceux de Takahama sont à la merci des tremblements de terre, entre autres menaces sur la sûreté, insiste Greenpeace Japon qui souligne que s'ajoute aux risques à Takahama l'usage de combustible Mox (mélange d'oxydes de plutonium et d'uranium, issu du retraitement) qui en cas d'accident critique a des conséquences plus graves sur l'environnement à cause d'une plus grande quantité de plutonium.

Une fois encore, l'autorité de régulation a failli à sa mission de protéger les citoyens. En dépit d'importants problèmes de sûreté non résolus, le régulateur a privilégié les intérêts de l'industrie nucléaire, ce qui va faire courir un risque inacceptable sur la vie de millions de citoyens de l'ouest du Japon, s'est agacée Kazue Suzuki, militante de cette organisation.


Romandie 12/2/2015
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Malgré l’hostilité de l’opinion japonaise, la relance du nucléaire est acquise    Mer 11 Mar - 18:53

La relance des réacteurs nucléaires japonais semble acquise. Mais son calendrier reste flou Malgré le soutien du gouvernement du premier ministre Shinzo Abe et des milieux d’affaires, elle reste suspendue à différents facteurs, politiques et juridiques notamment. Ce qui n’empêche pas certains d’évoquer une relance en mai.

Le redémarrage peut concerner quatre des quarante-huit réacteurs nippons progressivement arrêtés après la catastrophe de Fukushima de mars 2011. Ils ont obtenu le feu vert de l’Autorité de régulation du nucléaire (ARN) pour repartir.

 La centrale nucléaire de Sendai, dans le sud-ouest du Japon, pourrait être l'une des premières à redémarrer. AP / Kyodo News

Deux d’entre eux, de la centrale de Sendai (département de Kagoshima, sud-ouest), ont reçu l’aval obligatoire des autorités locales et attendent le signal gouvernemental. Les deux autres, de la centrale de Takahama (département de Fukui, centre), attendent l’accord des autorités locales et du gouvernement.

La lenteur des décisions est notamment liée aux élections locales du mois d’avril. « Personne ne veut que la question occupe le cœur de la campagne », estime un observateur. C’est particulièrement le cas dans les régions à forte implantation nucléaire. Dans le département de Fukui – baptisé le « Ginza du nucléaire », en référence au quartier du luxe de Tokyo, car il abrite treize réacteurs et le surgénérateur de Monju –, le gouverneur Issei Nishikawa fait tout pour que la question ne s’immisce pas dans les débats.

De fait, l’opposition à la relance des réacteurs reste réelle et profonde. Le 8 mars, 23 000 personnes ont défilé à Tokyo contre le nucléaire. Un sondage réalisé fin janvier par le quotidien Nihon Keizai révélait que seuls 36 % des Japonais approuvaient la relance. Le gouverneur du département de Niigata (nord), Hirohiko Izumida, reste opposé à la relance de la centrale de Kashiwazaki-Kariwa.

L’hostilité à l’atome est renforcée par le comportement du « village nucléaire » nippon, qui réunit industriels, compagnies d’électricité, hauts fonctionnaires et universitaires. Fin février, la compagnie d’électricité de Tokyo (Tepco) a admis que de l’eau hautement contaminée de la centrale endommagée de Fukushima s’écoulait dans l’océan. Elle le savait depuis mai dernier. Cette attitude a ravivé le souvenir des dissimulations d’informations dénoncées dès le début de la catastrophe de Fukushima. Elle contredit les engagements du secteur en faveur de la sûreté et de la transparence.

 Le Monde 6/9/2013

En plus, la justice japonaise a décidé le 22 janvier de ne pas poursuivre les dirigeants de Tepco pour leur responsabilité dans la pire catastrophe nucléaire depuis Tchernobyl. « Nous avons estimé que les preuves n’étaient pas suffisantes pour conclure qu’ils auraient pu prévoir ou éviter l’accident », avait alors déclaré Ryoichi Nakahara, du parquet de Tokyo. Une justification qui a donné le sentiment d’une certaine impunité pour ces responsables.

Le redémarrage se heurte également à des obstacles juridiques. Des plaintes ont été déposées contre celui des réacteurs de Sendai et de Takahama. Elles portent sur la sous-estimation du risque sismique et sur l’incapacité du gouvernement à établir des plans d’évacuation crédibles en cas de catastrophe.

Plusieurs scientifiques expriment aussi leurs inquiétudes. En matière volcanique, « les risques sont sous-estimés », estime le vulcanologue Masato Koyama, de l’université de Shizuoka. « Dans un rayon de 160 km autour de la centrale de Sendai, il y a cinq caldeiras. » Or la Compagnie d’électricité du Kyushu, qui gère la centrale, négligerait ce risque.

Le nucléaire générait 28 % de l’électricité de l’archipel avant Fukushima. L’arrêt des réacteurs a eu un impact économique fort. Les compagnies d’électricité ont dû augmenter les importations de gaz, notamment pour faire tourner leurs centrales thermiques, contribuant au creusement du déficit commercial nippon. Les coûts additionnels ont été répercutés sur la facture des consommateurs – particuliers et entreprises –, qui a augmenté entre 20 à 30 %.


Le Monde 10/3/2015
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: JAPON : Le devenir des autres centrales nucléaires du pays ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
JAPON : Le devenir des autres centrales nucléaires du pays ?
Revenir en haut 
Page 5 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LOVE ANIMALIA NATURALIS ENVIRONNEMENTALIS :: INFORMATIONS sur la Nature et l'environnement terrestre et aquatique :: Energies :: Energie nucléaire :: FUKUSHIMA / Japon :centrales, environnement, contaminations, le quotidien... :: Fukushima / Japon : les centrales-
Sauter vers: