LOVE ANIMALIA NATURALIS ENVIRONNEMENTALIS
Bienvenue sur le Forum Love Animalia Naturalis : Actualités, informations et conseils sur les Animaux, la Nature et l'Environnement. Des rubriques exclusives réservées aux membres du forum. Pour satisfaire votre curiosité retrouvez l'actualité ou des conseils et pour satisfaire la nôtre, nous serons heureux de lire les vôtres! Toutes les personnes de 10 ans et plus, partageant ces centres d'intérêts sont les bienvenues.

LOVE ANIMALIA NATURALIS ENVIRONNEMENTALIS

Animaux, Nature et Environnement : Actualités, Informations et Conseils
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Vous avez des photos sur les animaux, la nature et l'environnement ? Si vous êtes prêts à nous offrir l'une d'elles... Ecrivez un message à l'un des administrateurs. Merci

Partagez | 
 

 JAPON : Le devenir des autres centrales nucléaires du pays ?

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
AuteurMessage
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Japon : Démantèlement de trois réacteurs nucléaires ? (autres que Fukhusima)    Mer 18 Mar - 0:19

Le porte-parole du gouvernement japonais a déclaré que les compagnies d’électricité pourraient avoir décidé de ne pas remettre certains réacteurs en route en raison de la politique nippone de diminuer la dépendance de l’Archipel à l’énergie nucléaire.

Le secrétaire général du gouvernement Yoshihide Suga a répondu aux questions des journalistes mardi après que deux opérateurs ont annoncé le démantèlement de trois réacteurs vieillissants.

M. Suga a indiqué que le gouvernement souhaite créer une société économe en énergie et utiliser autant que possible des énergies renouvelables.

En ce qui concerne les déchets radioactifs qui seront générés par les réacteurs démantelés, il a précisé que la responsabilité en revenait aux opérateurs des centrales, précisant que c’est à elles de décider des sites de stockage.


----->D'autres informations à venir... A suivre

Nhk World 17/3/2015
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Le Japon amorce son démantèlement nucléaire   Mer 18 Mar - 0:48

Deux compagnies d'électricité ont annoncé mardi 17 mars 2015 leur intention de démolir des réacteurs dont il aurait été possible de prolonger la vie à grand frais. D'autres compagnies pourraient leur emboiter le pas.

Privé depuis des mois d'énergie nucléaire, le Japon se lance dans le démantèlement d'installations atomiques, précipité par le désastre de mars 2011 qui a déjà condamné les six réacteurs de la centrale accidentée Fukushima Daiichi. Mardi 17 mars 2015, la compagnie d'électricité Kansai Electric Power, qui alimente une partie de l'ouest de l'archipel, a opté pour la démolition de deux de ses réacteurs trop vieux et dont la prorogation de durée de vie, en théorie possible, serait trop coûteuse.

 Le premier ministre Shinzo Abe observe le départ d'un groupe de surveillance du niveau de radioactivité de la centrale sinistrée de Fujushima Dai-ichi, le 19 septembre 2013 (c) Afp

Kansai Electric prévoit de déconstruire les unités Mihama 1 et 2 respectivement mises en exploitation en 1970 et 1972 dans la région de Fukui (ouest) où se trouvent plusieurs centrales atomiques. Le même jour, la société Japan Atomic Power Company a également décidé le démantèlement de Tsuruga 1 (datant de 1970), également dans l'ouest.

Deux autres compagnies régionales, Chubu Electric Power et Kyushu Electric Power, pourraient sous peu annoncer des résolutions similaires pour leurs unités respectives Shimane 1 (1974) et Genkai 1 (1975).

C'est la première fois qu'une telle décision est prise depuis l'accident de Fukushima qui entraîne de facto le démantèlement de toutes les tranches du complexe exploité par Tokyo Electric Power (Tepco) dans le nord-ouest de l'archipel. 

Le ministre japonais de l'Industrie, Yoichi Miyazawa, a déclaré mardi 17 mars étudier des dispositions particulières pour aider les localités qui hébergent les réacteurs concernés par ces décisions. "En tant que pionnier dans le développement de moyens de démantèlement des réacteurs à eau pressurisée (PWR), nous poursuivons les recherches avec le concours des entreprises, universités et centres de recherches de la région", a souligné Kansai Electric.

Depuis le drame de Fukushima provoqué par un tsunami en mars 2011, les réacteurs nucléaires au Japon ne doivent pas fonctionner plus de quatre décennies. Mais, moyennant des contrôles poussés et modifications techniques, ils peuvent en théorie obtenir une dérogation pour 20 ans supplémentaires.

Le gouvernement a demandé l'an passé à tous les producteurs d'électricité du pays de déclarer rapidement leurs intentions au sujet des installations atteignant la limite d'âge, à savoir grosso modo les unités lancées dans les années 1970, au nombre d'une douzaine en plus des six de Fukushima Daiichi. Tous doivent faire de savants calculs pour comparer les différentes options (démantèlement, travaux de mise en conformité...) en fonction des avantages et inconvénients matériels et financiers qu'il y a à faire tourner ou non chacun de leurs réacteurs.

Pour les cinq, dont le démantèlement est décidé ou en voie de l'être, le coût d'une éventuelle prolongation serait trop élevé au regard de leurs capacités, car il s'agit de modèles de faible puissance (moins de 600 mégawatts pour chaque). A l'inverse, trois autres tranches, d'un âge voisin, Takahama 1 et 2 et Mihama 3, pourraient bénéficier d'un prolongement d'activité. C'est le souhait de Kansai Electric qui devrait déposer une demande en ce sens mardi après-midi auprès de l'autorité de régulation nucléaire.

Actuellement, les 48 réacteurs de l'archipel (sans compter les 6 condamnés de Fukushima-Daiichi) sont arrêtés. Si tous étaient définitivement stoppés au bout de 40 ans, la capacité potentielle nucléaire de l'archipel chuterait à 15% de l'électricité produite à horizon 2030, selon les calculs des organismes spécialisés, soit deux fois moins qu'avant le sinistre de mars 2011. D'où la volonté de proroger l'usage des plus puissants à défaut d'en construire de nouveaux.

Dans l'immédiat, la priorité du gouvernement de Shinzo Abe est le redémarrage des réacteurs jugés sûrs. Deux, Sendai 1 et 2 (sud-ouest), qui ont obtenu un feu vert relatif à leur sûreté de la part de l'Autorité de régulation et l'accord indispensable des autorités locales, sont censés reprendre du service dans l'année. Deux autres, Takahama 3 et 4, exploités par Kansai Electric, ont reçu l'imprimatur technique de l'autorité, mais il leur manque encore l'approbation politique des élus de la région.

Si, selon tous les sondages, la majorité des citoyens japonais sont opposés à l'énergie nucléaire, la mobilisation contre leur relance s'est notablement affaiblie après un pic atteint dans les mois suivant le désastre de Fukushima, au grand dam des organisations écologiques.



Sciences et avenir 17/3/2015
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Japon : inspection de la centrale nucléaire Sendai pour un éventuel redémarrage   Lun 30 Mar - 14:43

Au Japon, l’Autorité de régulation du nucléaire entamera lundi l’examen d’une centrale située dans le sud-ouest de l’Archipel, en vue d’une éventuelle remise en service.

Les membres du secrétariat de l’ARN vont donc superviser les installations au niveau du réacteur numéro 1 de la centrale Sendai, dans la ville de Satsuma-Sendai.

 Vue sur la centrale de Sendai. KEI cc by-sa 3.0

Tous les réacteurs commerciaux du Japon sont actuellement désactivés. En septembre dernier, deux réacteurs de la centrale en question ont été les premiers à se voir imposer de nouvelles normes, introduites à la suite de l’accident nucléaire de Fukushima, en 2011.

L'ARN se prononcera sur la conformité des nouvelles installations en vue d’un possible redémarrage. Ces nouvelles dispositions requièrent 500 critères environ pour la résistance à tout accident nucléaire d’envergure.

Les inspecteurs examineront également l’état des équipements conventionnels, le réacteur numéro 1 étant à l’arrêt depuis près de quatre ans.

La centrale est gérée par la Compagnie d’électricité du Kyushu, qui souhaiterait introduire le combustible nucléaire dans le réacteur début juin, pour un redémarrage prévu début juillet.



NHK 30/3/2015
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Japon : Les inspecteurs de l’ARN surveilleront des exercices dans des centrales nucléaires   Jeu 9 Avr - 13:04

L’autorité de régulation du nucléaire, l’ARN, va dépêcher des inspecteurs pour surveiller des exercices dans des centrales nucléaires. Ils permettront d’envisager des scénarios de graves accidents dans des centrales à l’arrêt avant leur remise en route.

 Tous les réacteurs commerciaux du Japon sont à l’arrêt. L’ARN doit maintenant déterminer si les mesures prises par les opérateurs sont conformes aux règles plus strictes introduites après l’accident de Fukushima qui s’est produit en 2011. (Photo Vue sur la centrale de Sendai. KEI CC BY-SA 3.0)

 Au total, quatre réacteurs sont conformes aux nouvelles règles. Deux sont situés à la centrale nucléaire Sendai, dans le sud-ouest du Japon, et les deux autres à la centrale Takahama, dans le centre de l’Archipel. (Photo centrale nucléaire de Takahama. Hirorinmasa CC BY-SA 3.0)

Les compagnies d’électricité ont eu obligation d’expliquer les procédures qu’elles suivraient en cas d’accident grave. La prévention de la détérioration du cœur d’un réacteur au moyen de générateurs mobiles d’électricité et de camions équipés de pompes en est un exemple.


NHK World 9/4/2015
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Japon: un tribunal bloque le redémarrage de deux réacteurs jugés sûrs par l'autorité nucléaire   Mar 14 Avr - 10:15

Tokyo - Un tribunal de l'ouest du Japon a jugé mardi inaptes à redémarrer deux réacteurs atomiques pourtant considérés comme sûrs par l'autorité de régulation nucléaire, ce qui risque de retarder encore un processus déjà perçu comme beaucoup trop long par les pro-nucléaires.

Une cour de la province de Fukui (ouest), où sont implantées les tranches Takahama 3 et 4, a estimé que les conditions n'étaient pas réunies sur le volet parasismique pour autoriser ces unités à être remises en exploitation, selon le groupe de citoyens plaignants.

La justice stoppe le redémarrage, était-il écrit sur une banderole brandie à la sortie du tribunal par ces derniers devant les caméras.

La décision de la cour prend en compte les avis des citoyens quant à la menace importante que constituent Takahama 3 et 4 pour des millions de personnes dans la région de Fukui et du Kansai (ouest), s'est immédiatement réjouie l'organisation écologiste Greenpeace.

Le régulateur avait pourtant jugé en décembre et confirmé en février que ces deux réacteurs répondaient aux critères plus sévères imposés aux installations nucléaires pour faire face aux risques de catastrophes naturelles et d'accidents critiques, en tirant les leçons du désastre de Fukushima.

Ce couple de deux unités de Takahama était le deuxième à obtenir le certificat de sûreté, après les réacteurs 1 et 2 de la centrale Sendai (située dans le sud-ouest) pour lesquels une décision de justice est également attendue le 22 avril.

L'opérateur de Takahama 3 et 4, la compagnie Kansai Electric Power, a décidé de faire appel du jugement qui en tout état de cause est un grain de sable de plus, au grand dam des partisans de l'atome impatients de voir les réacteurs redémarrer.

Actuellement, les 48 tranches de l'archipel (sans compter les six condamnées de la centrale Fukushima Daiichi) sont stoppées sine die par mesure de précaution en attendant que soit contrôlée la conformité de leur sûreté vis-à-vis de normes durcies après la catastrophe atomique consécutive au tsunami de mars 2011. Cinq devraient être démantelées et le sort des 43 autres demeure une inconnue.

Dans tous les cas, le oui de l'autorité nucléaire ne vaut pas feu vert définitif pour la relance: cette instance se borne en effet à émettre un avis technique. L'autorisation de remettre en activité les réacteurs, elle, doit en théorie venir des milieux politiques.

Le gouvernement de droite de Shinzo Abe y est plus que favorable, mais il doit auparavant obtenir le consentement des autorités locales, ce qui tend aussi à faire traîner en longueur les discussions, même en l'absence d'interférences de la justice.


Romandie 14/4/2015
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Relance des réacteurs nucléaires au Japon: quand la justice s'en mêle   Ven 17 Avr - 13:00

Tokyo - En décidant de bloquer la relance de deux réacteurs nucléaires du Japon, un tribunal nippon suscite de nombreuses questions sur le processus décisionnel déjà passablement compliqué en vigueur dans l'archipel, jugent les spécialistes.

La décision ou non de réactiver les réacteurs nucléaires doit être fondée sur plusieurs aspects et, de facto, elle ne peut appartenir aux seules administrations et commissions d'experts, la justice aussi a son mot à dire, reconnaît le quotidien économique Nikkei.

Mais c'est pour mieux insister sur les points d'interrogation que soulève le verdict d'une cour qui, mardi, à la demande de neuf citoyens, a estimé que les conditions n'étaient pas réunies sur le volet parasismique pour autoriser les unités 3 et 4 de Takahama (ouest) à être remises en exploitation.

Le régulateur avait pourtant jugé en décembre et confirmé en février que ces deux réacteurs répondaient aux critères plus sévères imposés aux installations nucléaires pour faire face aux risques de catastrophes naturelles et d'accidents critiques, en tirant les leçons du désastre de Fukushima en 2011.

Le plus problématique, c'est que le tribunal réfute sur la foi de convictions subjectives, sans apporter d'éléments probants, ce que l'Autorité de régulation a validé à partir de données et investigations scientifiques, relève un expert du secteur, préférant garder l'anonymat. Voilà qui n'a pas échappé au président de ladite autorité, Shunichi Tanaka, selon qui il y a dans le texte du verdict beaucoup de conclusions qui reposent sur des incompréhensions.

Il est difficile de dire que l'autorité a agi à la légère, comme le prétend le tribunal, alors même que ses équipes ont travaillé plus d'un an pour vérifier la conformité aux nouvelles normes durcies, relève l'expert cité plus haut. M. Tanaka répète quant à lui que les standards désormais appliqués au Japon sont sans doute les plus sévères au monde.

La sûreté est garantie sur la base de données scientifiques, se défend aussi la compagnie Kansai Electric Power qui a fait appel. En dernier ressort, il pourrait revenir à la Cour suprême de trancher.

Pour Hisayo Takada, l'un des représentants de la branche nippone de l'organisation écologiste Greenpeace, la décision du juge est la bonne: elle révèle l'échec de l'Autorité de régulation, dont le rôle est d'assurer la sécurité publique. Selon lui, l'intervention de la justice donne à cette instance statutairement indépendante une chance de réfléchir à nouveau et de reconsidérer son approche. Un refus de le faire minerait davantage la confiance du public dans la réglementation nucléaire du Japon, prévient-il.

Pour les pro-nucléaires au contraire, c'est la judiciarisation du processus qui rend perplexe, d'autant que dans l'absolu, le cas pourrait se reproduire avec des conséquences potentiellement plus inquiétantes pour le gouvernement de Shinzo Abe, chantre de l'usage de l'atome.

Un autre tribunal doit en effet s'exprimer le 22 avril sur le cas des réacteurs Sendai 1 et 2 (sud-ouest) pour lesquels les feux techniques et politiques sont au vert et un redémarrage quasi assuré durant l'été ou l'automne. Tant que ne seront pas impliqués des juges étranges comme Hideaki Higuchi (à l'origine de la décision de Takahama), ce genre de jugement irrationnel devrait être renversé, estime cependant l'essayiste Nobuo Ikeda.

Cette décision entraîne néanmoins un autre débat: celui de l'équilibre entre la décision d'un juge avec ses opinions personnelles, face à une autorité indépendante qui agit sur la base de critères précédemment largement admis, sans compter le rôle des élus locaux et du gouvernement. Ce sujet dépasse largement la question nucléaire mais touche à celle de la répartition des pouvoirs entre l'exécutif, le législatif et la justice, note un interlocuteur.

Pour d'autres observateurs, si la justice s'en mêle, son jugement doit être global et ne pas s'arrêter au seul aspect de la sûreté mais englober aussi les questions économiques et environnementales, résume le Nikkei.

Dans tous les cas, et quels que soient les critères appliqués par les Cours de première et deuxième instance, la décision sur Takahama est une pierre dans le jardin de M. Abe qui martèle depuis deux ans et demi que tous les réacteurs jugés sûrs par l'Autorité nucléaire seront relancés.

En réalité, le Premier ministre peut certes dans l'absolu dire non à un redémarrage, mais n'a pas le pouvoir d'appuyer sur le bouton marche si le potentat local ou la justice en haut-lieu s'y oppose.

Romandie 17/4/2015
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Japon: oui judiciaire au redémarrage de deux réacteurs nucléaires   Mer 22 Avr - 10:29

Un tribunal japonais a rejeté le recours formé par des adversaires au redémarrage de la centrale nucléaire de Sendai, ont dit mercredi les plaignants. Si les plans de l'exploitant se déroulent comme prévu, les deux réacteurs pourraient être remis en fonction dès juin.

Depuis l'accident de Fukushima en mars 2011, plus aucun des 48 réacteurs de l'archipel ne fonctionne. Cette décision concerne les deux premières tranches atomiques du Japon susceptibles d'être relancées après avoir obtenu le certificat de sûreté technique de l'autorité de régulation nucléaire, ainsi que le feu vert des élus locaux.
 Vue sur la centrale de Sendai. KEI CC BY-SA 3.0

La semaine dernière, un tribunal différent avait bloqué le redémarrage de deux autres unités, Takahama 3 et 4, au motif que les mesures parasismiques paraissaient insuffisantes. Durcies après l'accident de Fukushima, celles-ci prennent en théorie mieux en compte le risque de catastrophe naturelle et de situation critique subséquente.

Le nucléaire japonais représentait, avant la catastrophe de Fukushima, un tiers de la consommation d'énergie. Pour compenser, le Japon fait tourner à plein régime ses centrales thermiques qui fournissent quelque 90% de son électricité.

Le gouvernement de Shinzo Abe juge une relance de la production nucléaire cruciale pour la croissance économique du pays et espère un premier redémarrage d'ici deux mois. L'opinion publique est toutefois très majoritairement hostile à l'énergie atomique. Les sondages mesurent que deux Japonais sur trois s'opposent à une relance du secteur.

Pour l'heure, seuls les réacteurs de Sendai 1 et 2 et de Takahama 3 et 4 ont reçu le feu vert du régulateur, et l'approbation des potentats locaux ne vaut que pour les deux premiers.

Dans l'hypothèse d'une levée du blocage de la relance de Takahama 3 et 4, seuls quatre réacteurs seraient en mesure d'être remis en service d'ici à la fin d'année, la probabilité la plus élevée se limitant à deux, ceux de Sendai.


Romandie 22/4/2015
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Japon: appel pour interdire le redémarrage de réacteurs nucléaires   Jeu 7 Mai - 16:14

Une douzaine de Japonais ont déposé mercredi un appel pour demander à la justice d'interdire le redémarrage de deux réacteurs nucléaires, a annoncé leur avocat aux médias. La précédente requête devant un tribunal de première instance avait été rejetée.

Ce groupe d'opposants demande à la justice de la province de Fukuoka d'arrêter le processus en cours qui prévoit la relance dès cet été d'au moins une des unités Sendai 1 et 2, situées dans le sud-ouest du Japon, selon les plans de la compagnie Kyushu Electric Power.

Actuellement, plus aucun des 48 réacteurs de l'archipel ne fonctionne, sans compter les six saccagés par la catastrophe de Fukushima en mars 2011.

Le 22 avril, un tribunal avait jugé "rationnels" les critères de sûreté sur lesquels s'est appuyée l'autorité nucléaire pour délivrer les certificats de conformité aux nouvelles normes de Sendai 1 et 2. Il en avait donc de facto autorisé la relance.

Une semaine plus tôt cependant, un autre tribunal avait bloqué le redémarrage de deux autres réacteurs, Takahama 3 et 4, au motif que les mesures parasismiques paraissaient insuffisantes. Ce précédent donne de l'espoir aux antinucléaires.

Le gouvernement plaide quant à lui depuis deux ans pour que "tous les réacteurs jugés sûrs par les autorités soient relancés", arguant que l'économie nippone ne peut se passer de l'énergie nucléaire.

Reste que les procédures traînent en longueur. Pour l'heure, seuls Sendai 1 et 2 et Takahama 3 et 4 ont reçu l'imprimatur du régulateur, et l'approbation des élus locaux ne vaut que pour les deux premiers. En outre, sur les 48 unités du pays, au moins cinq vont être entièrement démantelées.


Romandie 7/5/2015
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Japon: la justice confirme le blocage du redémarrage de deux réacteurs   Mar 19 Mai - 14:52

Tokyo - Un tribunal japonais a rejeté l'appel de Kansai Electric Power, l'opérateur de deux réacteurs atomiques dont le redémarrage a été bloqué mi-avril par la justice, nouveau revers pour le gouvernement pro-nucléaire de Shinzo Abe, a rapporté l'agence de presse Kyodo mardi.

Une Cour de la province de Fukui (centre), où sont implantées les tranches Takahama 3 et 4, a confirmé la décision prise en première instance au motif que les conditions n'étaient pas réunies sur le volet parasismique pour autoriser ces unités à être remises en exploitation.

La compagnie exploitante avait aussitôt contesté un jugement qualifié de totalement inacceptable.

L'autorité de régulation nucléaire avait pourtant estimé en décembre, et confirmé en février, que ces deux réacteurs répondaient aux critères plus sévères imposés aux installations après la catastrophe de Fukushima en 2011. Ce couple de deux unités de Takahama était le deuxième à obtenir le certificat de sûreté, après les réacteurs 1 et 2 de la centrale Sendai (située dans le sud-ouest).

Dans le cas de Sendai, la justice a rejeté la demande d'interdiction de relance déposée par des citoyens antinucléaires. Une douzaine de Japonais ont cependant déposé une nouvelle requête pour tenter de stopper le processus.

Actuellement, plus aucun des 48 réacteurs de l'archipel - sans compter les six condamnés de la centrale Fukushima Daiichi - ne fonctionne par mesure de précaution. Cinq devraient être démantelés et le sort des 43 autres demeure une inconnue.

Le gouvernement du conservateur Shinzo Abe plaide depuis deux ans pour que tous les réacteurs jugés sûrs par l'autorité nucléaires soient relancés, arguant que l'économie nippone a besoin de cette énergie. Reste que les procédures et préparatifs techniques traînent en longueur.

Dans l'hypothèse d'une levée du blocage pesant sur Takahama 3 et 4, seuls quatre réacteurs seraient ainsi en mesure d'être remis en service d'ici à la fin d'année, la probabilité la plus élevée se limitant à deux, ceux de Sendai qui ont en outre obtenu l'approbation des élus locaux.


Romandie 19/5/2015
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Japon: un nouveau réacteur nucléaire jugé apte à redémarrer   Mer 20 Mai - 12:16

Tokyo - Le gendarme japonais des installations atomiques a jugé mercredi un réacteur supplémentaire techniquement apte à redémarrer, nouvelle étape d'un long processus dans un Archipel privé depuis près de deux ans d'énergie nucléaire.

L'unité 3 de la centrale d'Ikata, située en bord de mer dans la préfecture d'Ehime, sur l'île de Shikoku (sud-ouest), devrait donc obtenir sous peu le certificat de sûreté, après une consultation publique.

 Vue de la centrale de Ikata. Newsliner CC BY-SA 2.5

L'autorité de régulation a estimé que le réacteur répondait correctement aux risques de situation critique découlant notamment d'une catastrophe naturelle (séisme, tsunami, éruption volcanique), en vertu de normes plus sévères instaurées après l'accident de Fukushima en mars 2011.

Une décision aussitôt fustigée par les militants antinucléaires. L'autorité ignore les preuves scientifiques et les risques majeurs de tremblement de terre dans son obstination à relancer une industrie paralysée, a réagi Kazue Suzuki, de l'organisation Greenpeace-Japon. Les leçons du désastre de Fukushima n'ont pas été retenues. C'est inacceptable pour les habitants du Japon et cela fait courir aux résidents des risques inutiles, s'est-elle indignée.

Seulement deux autres couples de réacteurs - Sendai 1 et 2 (sud-ouest), et Takahama 3 et 4 (ouest) - ont obtenu pour l'heure ce sésame, précieux mais insuffisant pour garantir un redémarrage.

Cette instance se borne en effet à émettre un avis technique. Il revient ensuite aux dirigeants politiques locaux et nationaux de donner le feu vert définitif.

La justice, saisie par des citoyens antinucléaires, peut aussi s'en mêler. Elle a ainsi bloqué la relance des réacteurs de Takahama, jugeant que les conditions n'étaient pas réunies sur le volet parasismique. Il paraît donc probable que seuls ceux de Sendai, qui ont déjà obtenu l'approbation des élus locaux, seront remis en service d'ici la fin de l'année.

Fervent partisan de l'atome, le gouvernement du conservateur Shinzo Abe plaide depuis deux ans pour que tous les réacteurs jugés sûrs par l'autorité nucléaires soient relancés, arguant que l'économie nippone a besoin de cette énergie.

Le Japon espère même tirer un cinquième de son électricité du nucléaire à horizon 2030, un objectif cependant jugé irréaliste par Greenpeace.

Actuellement, plus aucun des 48 réacteurs de l'archipel - sans compter les six condamnés de la centrale Fukushima Daiichi - ne fonctionne par mesure de précaution, et cinq d'entre eux doivent être démantelés.

Si, selon tous les sondages, la majorité des citoyens japonais est opposée à l'énergie nucléaire, la mobilisation contre leur relance s'est notablement affaiblie après un pic atteint dans les mois suivant le drame de Fukushima, au grand dam des organisations écologiques.


Romandie 20/5/2015
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Japon: redémarrage prévu mardi d'un premier réacteur après 2 ans sans énergie nucléaire   Lun 10 Aoû - 13:53

Tokyo - Un premier réacteur doit être remis en service mardi au Japon, deux ans après la fermeture de toutes les centrales nucléaires du pays à la suite de l'accident de Fukushima.

Nous relancerons le réacteur Sendai 1 (à quelque 1.000 km au sud-ouest de Tokyo) le 11 août et il devrait commencer à générer de l'électricité le 14, a annoncé lundi la compagnie exploitante, Kyushu Electric Power dans un communiqué. Elle prévoit une exploitation normale à compter de début septembre.

Le redémarrage est prévu à 10H30 heure locale (01H30 GMT) et le coeur devrait entrer en réaction en chaîne à compter de 23H00 (14H00 GMT), selon une porte-parole. L'opération se fera sous la supervision de l'autorité de régulation nucléaire.

 Ruptly TV 9/8/2015

La première priorité est la sécurité, a déclaré le porte-parole du gouvernement, Yoshihide Suga lundi.

Le réacteur en question, initialement entré en service en juillet 1984, avait été éteint le 10 mai 2011 pour son 21ème cycle de maintenance régulière, respectant alors le calendrier habituel qui prévoit 3 à 4 mois d'arrêt de routine après 12 à 13 mois de fonctionnement.

Toutefois, il n'a pas pu être réactivé depuis à cause de la décision des autorités d'instaurer des normes de sûreté plus sévères à l'aune du désastre de Fukushima dont l'ampleur a dépassé toutes les dispositions techniques de sûreté.

Alors qu'auparavant une telle catastrophe - avec rupture totale de l'alimentation des systèmes de refroidissement et fusion simultanée de plusieurs coeurs - était considérée comme impensable, aujourd'hui c'est une possibilité envisagée.

Plusieurs jours d'exercices ont eu lieu récemment sur le site de Sendai sur la base d'un scénario similaire à celui de Fukushima où plus de 150.000 habitants de la région avaient dû partir précipitamment.

Progressivement les 48 réacteurs de l'archipel (sans compter les six condamnés de la centrale Fukushima Daiichi) ont été stoppés.

L'unité voisine, Sendai 2, est presque au même stade que Sendai 1 et trois autres (Takahama 3 et 4 à l'ouest, et Ikata 3 au sud) ont reçu un premier feu vert technique de l'autorité nucléaire mais ont encore plusieurs étapes à franchir avant une éventuelle remise en exploitation.

Les deux derniers, Ohi 1 et 2 (ouest), avaient été arrêtés en septembre 2013 et le Japon, dont un peu plus d'un quart de l'électricité était d'origine nucléaire avant 2011, est ainsi totalement privé d'énergie atomique depuis près de deux ans.

Il compense avec des centrales thermiques tournant à pleine puissance ou remises spécialement en marche. Aucune coupure n'a eu lieu depuis l'arrêt total des réacteurs et aucune restriction imposée.

Même si l'électricité suffit, le gouvernement du conservateur Shinzo Abe plaide que les réacteurs nucléaires sont indispensables en raison du surcoût économique de l'achat des hydrocarbures nécessaires au fonctionnement des centrales thermiques. Il argue aussi que les entreprises se restreignent et que cela ralentit le potentiel de croissance du pays.

Enfin, le gouvernement insiste sur le fait que l'emploi extensif des centrales thermiques empêche le pays d'afficher d'ambitieux objectifs en matière de rejets de CO2 et autres gaz à effet de serre.

Face à cela, la population est perplexe: selon une étude conduite samedi et dimanche par le quotidien Mainichi Shimbun auprès de 1.000 personnes, 57% sont contre la relance de Sendai et 30% la soutiennent.

Les organisations écologistes sont quant à elles hostiles à tout redémarrage pour des raisons de sûreté (risques sismiques et volcaniques selon elles sous-évalués) et d'impact environnemental. Le gouvernement japonais reste attaché à une économie basée sur l'énergie nucléaire et fossile, mais la réalité est que le Japon a le potentiel de générer 56% de son électricité à partir de sources renouvelables d'ici 2030, ce qui permettrait de réduire les émissions de carbone, insiste Ai Kashiwagi de Greenpeace.

Une manifestation avait lieu dès lundi devant le siège de Kyushu Electric, le Premier ministre au moment de l'accident de Fukushima, Naoto Kan, jugeant qu'accepter un redémarrage dans les conditions actuelles est une faute, selon les images diffusées par les médias locaux.



Romandie 10/8/2015


Dernière édition par Admin le Jeu 10 Sep - 14:35, édité 1 fois (Raison : Suppression d'une vidéo supprimée par son auteur, compte clôturé)
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Le Japon relance le nucléaire plus de 4 ans après Fukushima   Mar 11 Aoû - 13:24

Tokyo - Un premier réacteur nucléaire a été relancé mardi matin au Japon, plus de quatre ans après l'accident de Fukushima qui avait entraîné l'arrêt de toutes les centrales du pays depuis septembre 2013.

Le réacteur numéro 1 de la centrale de Sendai (1.000 km au sud-ouest de Tokyo, dans la préfecture de Kagoshima) a redémarré à 10H30 (01H30 GMT), a annoncé à l'AFP un porte-parole de la compagnie Kyushu Electric Power.

Le coeur devrait entrer en réaction en chaîne auto-entretenue à compter de 23H00 (14H00 GMT). Il commencera à générer vendredi de l'électricité qui sera exploitée commercialement à partir de début septembre, selon la compagnie.

Je souhaite que le redémarrage soit effectué en garantissant toute la sécurité qui doit être la première priorité, avait déclaré lundi soir le Premier ministre pro-nucléaire Shinzo Abe.

Voulue par le gouvernement conservateur, cette reprise du nucléaire est d'abord motivée par des raisons économiques (coût de l'énergie importée).

Face au gouvernement, une majorité de la population s'interroge sur la pertinence d'un redémarrage qualifié d'erreur par Naoto Kan, Premier ministre au moment de l'accident de Fukushima et devenu depuis un des plus virulents militants antinucléaires, à l'instar de plusieurs autres de ses prédécesseurs, dont Junichiro Koizumi (2001-2006), mentor de Shinzo Abe.

Au cri de saikado hantai (contre le redémarrage), quelque 200 personnes, selon la chaîne publique NHK, venues des diverses régions du Japon hébergeant des installations nucléaires protestaient devant les portes de la centrale et une manifestation était prévue mardi soir devant la résidence du Premier ministre à Tokyo.

L'accident de Fukushima n'est toujours pas résolu et toutes les causes ne sont pas même élucidées, alors pourquoi relance-t-on aujourd'hui un réacteur ?, s'agaçait devant les caméras une habitante de la préfecture de Fukushima venue spécialement à Sendai.

Le réacteur en question, initialement entré en service en juillet 1984, avait été éteint le 10 mai 2011 pour son 21ème cycle de maintenance régulière, respectant alors le calendrier habituel qui prévoit 3 à 4 mois d'arrêt de routine après 12 à 13 mois de fonctionnement.

Toutefois, il n'a pas pu être réactivé depuis en raison de la décision des autorités d'instaurer des normes de sûreté plus sévères à l'aune du désastre de Fukushima dont l'ampleur a dépassé toutes les dispositions techniques de sûreté.

Il s'agit du premier réacteur remis en service en conformité avec la nouvelle réglementation entrée en vigueur en juillet 2013 afin de rendre les centrales nucléaires plus aptes à faire face à une catastrophe naturelle, un attentat terroriste ou un crash d'avion.



Romandie 11/8/2015
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Japon: le seul réacteur nucléaire en service doit atteindre sa pleine puissance samedi   Sam 29 Aoû - 13:53

Tokyo - Le réacteur nucléaire Sendai 1, le seul qui fonctionne actuellement au Japon, doit atteindre sa pleine puissance samedi et entrer en exploitation commerciale le 10 septembre, a annoncé vendredi la compagnie gérante Kyushu Electric Power.

Dans un communiqué, l'opérateur du sud-ouest de l'archipel précise que le réacteur, situé dans la préfecture méridionale de Kagoshima, tourne actuellement à 95% de sa puissance, la montée à 100% étant prévue samedi. Bien que le réacteur fonctionne normalement, l'électricité produite n'est pas encore utilisée sur le réseau.

Le calendrier a été décalé d'environ une semaine après la détection le 21 août d'une infiltration d'eau de mer dans un condenseur du système de refroidissement secondaire. Ce dispositif transforme la vapeur générée par la chaleur du réacteur en eau, en en abaissant la température via la circulation d'eau de mer. Cinq des 26.000 tubes qui le composent ont dû être obstrués car ils étaient à l'origine de la fuite.

Kyushu Electric Power avait redémarré le 11 août l'unité numéro un de sa centrale de Sendai. C'est le premier et toujours le seul à avoir été réactivé sur les 48 du pays.

Tous les réacteurs nucléaires du Japon avaient été progressivement éteints pour maintenance de routine après l'accident de Fukushima en mars 2011.

Après l'arrêt des deux derniers en septembre 2013, aucun n'avait pu redémarrer jusqu'à ce mois d'août en raison de l'entrée en vigueur de nouvelles normes plus sévères à l'égard des risques de catastrophe naturelle, accident d'avion ou attentat terroriste.


Romandie 28/8/2015
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Japon: le seul réacteur nucléaire relancé entre en exploitation commerciale   Jeu 10 Sep - 14:29

Tokyo - Le réacteur nucléaire Sendai1, le seul qui fonctionne actuellement au Japon, est entré en exploitation commerciale jeudi après deux ans d'interruption due à la catastrophe de Fukushima.

La compagnie d'électricité Kyushu Electric Power a précisé que le réacteur, situé à environ 1.000 km au sud-ouest de Tokyo, avait repris un fonctionnement normal à 16H00 (07H00 GMT) après les inspections finales menées par l'Autorité de réglementation nucléaire. Le réacteur âgé de 31 ans fonctionnait à pleine puissance depuis fin août mais l'électricité produite n'était pas encore utilisée sur le réseau. Le gouvernement oeuvrera pour une sécurité maximale, a déclaré le porte-parole du gouvernement Yoshihide Suga au cours d'une conférence de presse.


 Vue sur la centrale de Sendai. 川内原子力発電所 ライセンス KEI at ja.wikipedia CC BY-SA 3.0

Une organisation de citoyens opposés au nucléaire a déposé une demande d'arrêt de la centrale jeudi matin à la préfecture de Kagoshima, où se situe le réacteur, selon la chaîne publique NHK.

Kyushu Electric Power avait redémarré le 11 août l'unité numéro un de sa centrale de Sendai. C'est le premier et toujours le seul à avoir été réactivé sur les 48 du pays. Tous les réacteurs nucléaires du Japon avaient été progressivement éteints pour maintenance de routine après l'accident de Fukushima en mars 2011.

Après l'arrêt des deux derniers en septembre 2013, aucun n'avait pu redémarrer jusqu'à ce mois d'août en raison de l'entrée en vigueur de nouvelles normes plus sévères à l'égard des risques de catastrophe naturelle, accident d'avion ou attentat terroriste.


Romandie 10/9/2015
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Japon: combustible nucléaire chargé dans un 2e réacteur, redémarrage prévu en octobre   Lun 14 Sep - 9:27

Tokyo - La compagnie japonaise Kyushu Electric Power a annoncé avoir terminé dimanche de charger le combustible nucléaire dans un réacteur qui, sauf détection d'une anomalie, sera le deuxième à redémarrer au Japon le mois prochain depuis la catastrophe nucléaire de Fukushima en 2011.

Le chargement, qui avait débuté vendredi, a été achevé dimanche à 21H14 (12H14 GMT), a expliqué à l'AFP un porte-parole de l'opérateur du réacteur Sendai 2 situé dans le sud-ouest de l'archipel, à côté de l'unité Sendai 1, qui est actuellement la seule en exploitation sur les 48 tranches du Japon.

Nous agissons avec prudence dans la perspective du redémarrage, la sécurité étant notre première priorité, a assuré Kyushu Electric dans un communiqué.  Exactement 157 assemblages de combustible ont été installés dans cette unité.

Le réacteur Sendai 2, arrêté depuis septembre 2011, a été le deuxième, avec Sendai 1 (situé dans la même centrale du sud-ouest), à obtenir le feu vert technique de l'Autorité indépendante de régulation du secteur et des élus locaux pour être relancé.

Nous envisageons un redémarrage mi-octobre si tous les examens se déroulent comme prévu, a précisé le porte-parole. Sendai 1 avait été réactivé le 11 août et l'exploitation commerciale de l'électricité produite a débuté la semaine dernière. 

Le Japon, dont la population a été traumatisée par le désastre à la centrale de Fukushima, est situé à la jonction de quatre plaques tectoniques, enregistre annuellement plus de 20% des tremblements de terre les plus puissants recensés dans le monde.

Si, selon tous les sondages, la majorité des citoyens japonais sont opposés à l'énergie atomique, la mobilisation contre leur relance s'est notablement affaiblie après un pic atteint dans les mois suivant le drame de Fukushima, au grand dam des organisations écologiques.

Romandie 14/9/2015
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Redémarrage d'un second réacteur nucléaire au Japon   Jeu 15 Oct - 14:17

Un deuxième réacteur nucléaire a été relancé jeudi au Japon, a annoncé une compagnie du sud-ouest du pays. L'usage de l'énergie atomique avait été suspendu pendant deux ans dans ce pays du fait des craintes suscitées par l'accident nucléaire de Fukushima.

"Nous avons remis en service ce matin à 10h30 locales le réacteur 2 de la centrale Sendai" située dans le sud-ouest, sur l'île de Kyushu, a expliqué un porte-parole de la compagnie régionale Kyushu Electric Power. Le réacteur Sendai 2, arrêté en 2011 pour maintenance et inexploité depuis, devrait recommencer à produire du courant dès le 21 octobre, selon lui. L'exploitation commerciale du courant généré est prévue mi-novembre.

 Vue sur la centrale de Sendai. KEI CCBY-SA3.0

Avec Sendai 2, seulement deux réacteurs sont en service au Japon, sur les 43 unités commerciales existant actuellement. Six autres unités, celles de la centrale accidentée Fukushima Daiichi, ont été condamnées dans les mois qui ont suivi l'accident de 2011. Cinq autres à travers le pays doivent être démantelées.

La première unité de Sendai avait été réactivée le 11 août et l'électricité produite a commencé d'être envoyée sur le réseau début septembre. Outre Sendai 1 et 2, plusieurs autres unités ont été jugées conformes aux nouvelles normes de sûreté mais elles n'en sont pas encore au stade de pouvoir être relancées.

Après la catastrophe nucléaire de Fukushima, tous les réacteurs de l'archipel avaient été éteints progressivement (les deux derniers en septembre 2013) pour maintenance de routine.

"Le redémarrage de Sendai 2 fait courir au public un risque inacceptable et inutile", a réagi jeudi Mamoru Sekiguchi, un militant antinucléaire de Greenpeace. Et d'accuser les pouvoirs publics de négliger les dangers relatifs à l'activité sismique et volcanique de la région de Kagoshima, où se trouve la centrale Sendai.

Fervent partisan de l'atome pour des raisons économiques, le gouvernement du Premier ministre conservateur Shinzo Abe plaide depuis près de trois ans pour que tous les réacteurs jugés sûrs par l'Autorité de régulation nucléaire soient relancés.


Romandie 15/10/2015
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Japon: nouveau feu vert politique au redémarrage d'un réacteur nucléaire   Lun 26 Oct - 8:31

Tokyo - Un gouverneur d'une préfecture du Japon a donné lundi son feu vert pour le redémarrage d'un réacteur nucléaire dans sa région, étape indispensable pour relancer une installation considérée comme conforme aux nouvelles normes de sûreté durcies après l'accident de Fukushima.

Tokihiro Nakamura, élu de la préfecture d'Ehime (sud-ouest), a dit oui à la remise en exploitation de la tranche numéro 3 de la centrale d'Ikata exploitée par la compagnie Shikoku Electric Power. "En tant que gouverneur d'Ehime, je donne mon accord", a-t-il dit devant la presse.

 Vue de la centrale de Ikata. Depuis mars 2010, le réacteur n°3 utilise du combustible MOX. Newsliner ccby-sa2.5

C'est important d'avoir obtenu sa compréhension, s'est immédiatement félicité le porte-parole du gouvernement, Yoshihide Suga.

La remise en service pourrait avoir lieu au printemps 2016.

Pour le moment, sur les 43 réacteurs nucléaires restant au Japon (après la décision d'en démanteler 11, dont les six condamnés de Fukushima Daiichi), seulement deux (Sendai 1 et 2) fonctionnent, un depuis août, l'autre depuis ce mois-ci.

Le réacteur 3 d'Ikata avait obtenu en juillet un accord technique de la part de l'Autorité de régulation du secteur, mais devait encore gagner l'assentiment des autorités locales, ce qui est désormais le cas. Avant une remise en service effective, des travaux doivent encore être validés, mais les étapes considérées comme étant généralement les plus délicates sont désormais passées.

Ikata 3, qui avait été arrêté en avril 2011 pour maintenance régulière, est le cinquième réacteur nucléaire du Japon à potentiellement pouvoir redémarrer sur la base des nouveaux standards.

Avant lui ont été approuvés les relances de Sendai 1 et 2 (effectivement remis en service) et Takahama 3 et 4 (toujours arrêtés du fait d'une décision de justice suspensive).

Après la catastrophe nucléaire de Fukushima en mars 2011, tous les réacteurs de l'archipel avaient été éteints progressivement (les deux derniers en septembre 2013) pour maintenance de routine et amélioration de leur sûreté.

Les nouveaux impératifs techniques visent à assurer une meilleure protection des installations atomiques, des personnes et de l'environnement alentour, face aux risques de catastrophe naturelle, d'attaque terroriste ou d'accident d'avion.

Fervent partisan de l'atome pour des raisons économiques (l'industrie a besoin d'énergie et l'importer coûte cher), le gouvernement du Premier ministre conservateur Shinzo Abe plaide depuis près de trois ans pour que tous les réacteurs jugés sûrs par l'Autorité de régulation nucléaire soient relancés.

Les organismes écologistes dénoncent cette politique qu'ils jugent irresponsable, mais la mobilisation des citoyens contre l'utilisation de l'énergie nucléaire s'est affaiblie depuis le pic atteint dans les mois suivant le drame de Fukushima.


Romandie 26/10/2015
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: #JAPON : Le réacteur 3 de la centrale de #Takahama sera relancé vendredi   Mar 26 Jan - 0:42

La Compagnie électrique du Kansai prévoit de relancer vendredi un des réacteurs de la centrale nucléaire Takahama située le long de la mer du Japon dans la préfecture de Fukui.

Ce sera la deuxième centrale à reprendre ses opérations depuis que toutes les centrales nucléaires du Japon avaient été mises à l’arrêt à la suite de la catastrophe de Fukushima Dai-ichi en 2011.

L’opérateur a informé lundi l’Autorité de régulation du nucléaire de son projet de relancer le réacteur numéro 3 de Takahama. Les réacteurs 3 et 4 de cette centrale ont passé avec succès en février 2015 les critères plus exigeants imposés par le gouvernement après la catastrophe. En décembre, la ville de Takahama et la préfecture de Fukui ont accepté la relance du réacteur numéro 3.

157 barres de combustible ont été placées dans ce réacteur, qui subit actuellement les toutes dernières inspections. Si rien de suspect n’est découvert, l’opérateur le relancera dès vendredi après-midi.


NHK WORLD 25/1/2016
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: #Japon : remise en marche de la #centrale_nucléaire de #Takahama   Mar 2 Fév - 1:11

Le réacteur 3 de la centrale nucléaire de Takahama, située dans la préfecture de Fukui sur la côte de la mer du Japon, a été remis en service vendredi 29 janvier. La remise en service de cette centrale, la seconde selon les nouvelles réglementations plus strictes du gouvernement, intervient alors que les préfectures de Kyoto et de Shiga manifestent leur mécontentement. Elles se trouvent en effet à moins de 30 kilomètres de la centrale en question. Or, ces préfectures de Kyoto et de Shiga ont été exclues des procédures qui étaient nécessaires en vue de la remise en marche.

Noriyuki Mizuno, commentateur vétéran de la NHK, analyse les questions qui sont apparues en relation avec la remise en marche de la centrale de Takahama.


NHK : Tout d’abord, quelles sont les raisons de la déception, manifestée par les préfectures de Kyoto et de Shiga ?

Noriyuki MizunoTout se résume au fait que leur emplacement n’a pas été reconnu comme étant situé dans le voisinage de la centrale nucléaire, alors qu’elles se trouvent à moins de 30 kilomètres de l’installation. Les deux préfectures n’ont pas eu voix au chapitre lors des discussions, indispensables avant la remise en service du réacteur.

Après l’accident nucléaire à la centrale de Fukushima en 2011, les régions contraintes d’élaborer un plan d’évacuation ont été élargies à un rayon de 30 kilomètres. C’est ainsi que les préfectures de Kyoto et de Shiga avaient commencé à définir de tels plans. Toutes deux en étaient arrivées à penser qu’elles devraient avoir le droit de demander aux centrales électriques de prendre les mesures appropriées afin de garantir la sécurité de leurs habitants. Elles ont donc fait valoir auprès de la compagnie d’électricité du Kansai que leur approbation devrait être requise avant la remise en marche, mais leur requête a été rejetée

La raison en est qu’avant l’accident nucléaire de Fukushima, la compagnie Kansai Electric avait seulement besoin de l’accord des gouvernements locaux et préfectoraux où se trouve leur centrale pour une éventuelle remise en marche. Kansai Electric n’a donc pas reconnu des droits comparables à d’autres municipalités.


On pense que Kansai Electric voulait éviter une situation où elle aurait à admettre les requêtes de plusieurs municipalités. Elle craignait sans doute que, dans une telle situation, il serait plus difficile de parvenir à un consensus.

Pour le gouvernement central, il importe de parvenir à une «compréhension locale». Mais il a évité de définir les frontières de ce qui doit être considéré comme «local». Il est resté ambigu sur ce point. Si un grand nombre de municipalités se trouvent impliquées dans les démarches de remise en service, cela signifie que beaucoup d’observateurs examineront la sécurité des installations. Je pense donc que nous avons besoin de définir ce que signifie un accord juridique et que nous devrions élargir le besoin d’une approbation locale aux gouvernements qui se trouvent dans un rayon de 30 kilomètres.


Cependant, les compagnies d’électricité utilisant des centrales nucléaires risquent de se rebeller si elles doivent obtenir l’approbation individuelle d’un plus grand nombre encore d’autorités locales. C’est pourquoi je voudrais la création d’une commission qui serait composée des dirigeants de la région qui abrite la centrale nucléaire et des municipalités, situées à moins de 30 kilomètres de celle-ci. Cette commission serait responsable des débats en vue de la remise en marche. Les positions des autorités locales seraient ainsi plus facilement reflétées par le biais de cette commission.

En outre, les compagnies d’électricité ne devraient plus obtenir l’approbation de chaque organisme
. À mon avis, ceci faciliterait les discussions. Le gouvernement central doit essayer d’œuvrer à la création d’une telle commission, en dirigeant les efforts pour faire converger les vues des compagnies d’électricité et des municipalités.


NHK WORLD 1/2/2016
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: #Japon/#Takahama: une fuite d'eau empêche le redémarrage d'un #réacteur_nucléaire    Lun 22 Fév - 0:35

Tokyo - Les opérations de redémarrage d'un réacteur nucléaire dans une centrale de l'ouest du Japon ont été suspendues à cause d'une fuite d'eau radioactive, a annoncé dimanche son opérateur.

La compagnie d'électricité Kansai Electric Power a expliqué qu'une fuite de 34 litres d'eau de refroidissement contenant des substances radioactives s'était produite sur ce réacteur de la centrale de Takahama, à près de 400 kilomètres à l'ouest de Tokyo.

Les procédures de reprise (...) ont été suspendues car nous sommes toujours en train d'enquêter sur les causes de l'incident, a déclaré un porte-parole de la compagnie, ajoutant qu'il n'y avait aucun danger pour l'environnement au voisinage de la centrale.

Les pouvoirs publics comme les compagnies d'électricité font pression pour relancer les réacteurs japonais près de cinq ans après le tremblement de terre et le tsunami qui avaient provoqué la catastrophe nucléaire de Fukushima.

Le mois dernier, un autre réacteur de la centrale de Takahama avait redémarré au grand dam des écologistes, le troisième à reprendre du service dans l'archipel.

Un tribunal japonais avait infirmé quelques semaines auparavant une décision de première instance qui bloquait le redémarrage de ces deux réacteurs, malgré des feux verts techniques et politiques en amont.

L'Autorité de régulation avait confirmé en février 2015 que les tranches Takahama 3 et 4 répondaient aux critères plus sévères imposés aux centrales nucléaires
après la catastrophe de Fukushima en mars 2011.

Il ne reste dans le pays que 43 unités potentiellement exploitables, contre 54 avant la catastrophe de Fukushima.

Fervent partisan de l'atome pour des raisons économiques, le gouvernement du Premier ministre conservateur Shinzo Abe plaide depuis trois ans pour que tous les réacteurs jugés sûrs par l'Autorité de régulation nucléaire soient relancés.

Mais de nombreux Japonais restent méfiants vis à vis de l'énergie nucléaire et des milliers d'anciens habitants refusent de revenir dans les zones affectées par la catastrophe de Fukushima.



Romandie 21/2/2016
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: #Japon : La relance d'un #réacteur maintenue à #Takahama   Lun 22 Fév - 19:26

Kansai Electric Power a déclaré lundi qu'elle maintenait la remise en service à la fin du mois du réacteur n° 4 de la centrale de Takahama. La compagnie japonaise avait d'abord envisagé un report en raison d'une fuite d'eau contaminée.


Samedi, Kansai Electric a annoncé avoir découvert 34 litres d'eau légèrement radioactive dans l'unité n°4 de la centrale nucléaire de Takahama, dans la préfecture de Fukui, à 500 km à l'ouest de Tokyo.

Le réacteur n°4 est à l'arrêt depuis juillet 2011, quelques mois après le séisme et le tsunami qui ont dévasté la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, gérée par Tokyo Electric Power (Tepco).

Kansai Electric a relancé le réacteur n° 3 de Takahama fin janvier dans le cadre d'opérations d'essais. Il s'agit du troisième réacteur à être remis en marche au Japon, après avoir passé des contrôles de sécurité stricts, imposés après l'accident de Fukushima.



Romandie 22/2/2016
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: #Japon / #Takahama: un réacteur #nucléaire tout juste relancé s'arrête à cause d'un problème technique   Lun 29 Fév - 15:34

Tokyo - Un réacteur nucléaire de l'ouest du Japon, relancé vendredi dernier, s'est soudainement arrêté lundi à cause d'un problème technique, a annoncé la compagnie exploitante Kansai Electric Power.

Une alarme a retenti et l'unité Takahama 4 s'est stoppée un peu après 14H00 locales (05H00 GMT), a expliqué un porte-parole. Nous sommes en train d'analyser la cause du problème et nous ne savons pas quel sera le calendrier à venir pour la remise en service de cette tranche, a déclaré aux médias un responsable de la compagnie, Kenji Miyata.


Le réacteur avait été remis en marche avant le week-end et la réaction en chaîne avait commencé samedi. Il devait générer de l'électricité (à titre d'essai et non pour une mise sur le réseau) à partir de ce lundi mais, pour une raison encore inexpliquée, le processus s'est interrompu et se système a demandé que soient insérées les barres de contrôle servant à des fin de surveillance de l'état du réacteur.

Le système de refroidissement fonctionne normalement et il n'y a aucun impact extérieur, a insisté Kansai Electric.

Après la détection d'une anomalie sur le générateur d'électricité, la turbine s'est automatiquement arrêtée de même que le réacteur, selon les premières informations disponibles.


L'unité Takahama 4 avait déjà connu il y a plus d'une semaine, avant son redémarrage, une fuite d'eau radioactive qui avait obligé à interrompre momentanément les préparatifs de remise en marche afin de resserrer les boulons d'une valve
.

Ces incidents risquent d'entraîner des doutes sur la qualité des vérifications effectuées par les exploitants et les experts de l'Autorité de régulation nucléaire.


La réaction des antinucléaires n'a d'ailleurs pas tardé: "quelques jours après son redémarrage, la panne de la turbine et l'arrêt d'urgence du réacteur Takahama 4 démontrent à quel point les préparatifs de la remise en service ont été bâclés", s'est agacée la militante de Greenpeace Kendra Ulrich dans un communiqué. "Nous voyons ainsi démontrée cette absence totale de culture de sécurité tant au sein de la compagnie que de l'autorité nucléaire", dit-elle encore. L'organisme écologiste souligne que la défaillance de la turbine peut être causée par un certain nombre de facteurs, dont l'accumulation d'impuretés.

Takahama 4 est arrêté depuis juillet 2011. A l'instar de toutes les autres tranches du Japon, son redémarrage était conditionné à l'obtention de certificats techniques et de feux verts politiques qu'il a reçus l'an passé (comme l'unité voisine Takahama 3), mais une décision de justice avait un temps bloqué leur redémarrage.

Les anti-nucléaires s'opposent vivement à l'exploitation des réacteurs atomiques au Japon, notamment les unités 3 et 4 de Takahama qui utilisent partiellement du combustible Mox, jugé plus dangereux.

Il ne reste dans le pays que 43 unités potentiellement exploitables, contre 54 avant la catastrophe de Fukushima. Seulement trois fonctionnent et Takahama 4 avait été la quatrième relancée.

Fervent partisan de l'atome pour des raisons économiques, le gouvernement du Premier ministre conservateur Shinzo Abe plaide depuis trois ans pour que tous les réacteurs jugés sûrs par l'Autorité de régulation nucléaire soient relancés.


Romandie 29/2/2016
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: JAPON : Le devenir des autres centrales nucléaires du pays ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
JAPON : Le devenir des autres centrales nucléaires du pays ?
Revenir en haut 
Page 6 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6
 Sujets similaires
-
» Déchets Nucléaires dans le béton ?
» Le pangasius
» Si les drones attaquent... les centrales nucléaires
» Actions anti-nucléaire
» Risques nucléaires Bugey

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LOVE ANIMALIA NATURALIS ENVIRONNEMENTALIS :: INFORMATIONS sur la Nature et l'environnement terrestre et aquatique :: Energies :: Energie nucléaire :: FUKUSHIMA / Japon :centrales, environnement, contaminations, le quotidien... :: Fukushima / Japon : les centrales-
Sauter vers: