LOVE ANIMALIA NATURALIS ENVIRONNEMENTALIS
Bienvenue sur le Forum Love Animalia Naturalis : Actualités, informations et conseils sur les Animaux, la Nature et l'Environnement. Des rubriques exclusives réservées aux membres du forum. Pour satisfaire votre curiosité retrouvez l'actualité ou des conseils et pour satisfaire la nôtre, nous serons heureux de lire les vôtres! Toutes les personnes de 10 ans et plus, partageant ces centres d'intérêts sont les bienvenues.

LOVE ANIMALIA NATURALIS ENVIRONNEMENTALIS

Animaux, Nature et Environnement : Actualités, Informations et Conseils
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Vous avez des photos sur les animaux, la nature et l'environnement ? Si vous êtes prêts à nous offrir l'une d'elles... Ecrivez un message à l'un des administrateurs. Merci

Partagez | 
 

 Les mois et les années les plus chauds depuis 1880

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
BelleMuezza
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 12462
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Les mois et les années les plus chauds depuis 1880   Ven 24 Juin - 7:45

Le mois de juillet sera très chaud dans l'ouest du Japon
Pour information : les divers articles concernant les mois et années jugés les plus chauds depuis les relevés des températures ont été regroupés en un seul sujet. De ce fait, les statistiques du nombre de vues ont été remises à 0... Ce qui explique le faible taux de lecture... Le système de gestion, généré par ForumActif, ne prévoit pas, dans le cadre de fusions de sujets, l'addition des nombres de vues... 


Les instances météorologiques officielles japonaises prévoient des températures supérieure à la normale dans l'ouest du Japon le mois prochain.

L'Agence météorologique a rendu publiques jeudi ses prévisions concernant les trois prochains mois.

Selon ces prévisions, le mois de juillet sera plus ensoleillé que d'habitude dans l'ouest du pays et sur la côte Pacifique alors que le front de pluie saisonnier ne semble devoir affecter ces régions que modérément.

Pour ce qui est de l'est du pays, l'Agence prévoit des températures égales ou supérieures à la normale. Dans le nord du pays et les îles du sud-ouest, les températures devraient être autour des moyennes saisonnières.

D'après l'Agence, le temps devrait rester chaud dans l'ensemble du pays pendant le mois de juillet.


nhk 23/06/2011


Dernière édition par BelleMuezza le Sam 17 Jan - 13:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
BelleMuezza
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 12462
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Canicule et risques d'hyperthermie : Commentaires   Ven 24 Juin - 7:51

Commentaire : canicule et risques d'hyperthermie au Japon


Au Japon, on dénombrait dimanche 685 cas d'hyperthermie depuis le début de l'année. Un bilan qui devrait s'alourdir cet été car les Japonais s'efforcent de limiter le recours aux climatiseurs pour faire face aux pénuries attendues d'électricité.

Nous avons demandé au professeur Hideto Tanaka, de l'université nationale de Yokohama, de nous expliquer comment lutter contre l'hyperthermie.

M. Tanaka, quand les coups de chaleur surviennent-ils et quels en sont les principaux symptômes ?

Hideto Tanaka
Les coups de chaleur ont tendance à survenir dans les environnements soumis à des températures élevées et à un fort taux d'humidité. Les risques augmentent avec l'exercice. Lorsque l'on transpire, la chute du niveau de sel présent dans l'organisme entraîne des risques de crampes et d'évanouissement. La température du corps peut également devenir incontrôlable.

Les personnes les plus vulnérables sont en général faiblement immunisées. Le maintien de l'énergie physique nécessite une bonne alimentation et un sommeil conséquents. Cet été, les Japonais n'auront pas la possibilité d'utiliser les climatiseurs autant qu'ils le souhaiteraient. Il importe donc de veiller à préserver le sommeil, en utilisant par exemple l'air conditionné juste avant de dormir ou en équipant les literies en conséquence, notamment avec des packs de glace.

RJ
Pensez-vous que les gens pourront endurer la chaleur estivale tout en s'astreignant à des économies d'énergie?

HT
Il est indispensable d'utiliser occasionnellement les climatiseurs pour éviter les coups de chaleur. J'espère que cela sera possible, faute de quoi les cas d'hyperthermie vont se multiplier. Le principal enjeu est à présent de s'atteler à la reconstruction des zones sinistrées et à la résolution de la crise nucléaire, tout en supportant la canicule à venir.

C'était le commentaire du professeur Hideto Tanaka, de l'université nationale de Yokohama.


nhk 23/06/2011
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
BelleMuezza
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 12462
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: les 13 années les plus chaudes concentrées sur les 15 dernières années    Mar 29 Nov - 14:55

Les treize années les plus chaudes qu'a connues la planète sont toutes concentrées sur les quinze dernières années, depuis 1997, a indiqué mardi l'Organisation météorologique mondiale (OMM) en marge des négociations climatiques sur le changement climatique.

La température moyenne de la dernière décennie (2002-11), "supérieure de 0,46 °C à la moyenne à long terme," est la plus élevée jamais constatée, à égalité avec la décennie 2001-2010, a indiqué l'agence de l'ONU spécialisée sur les données météo, dans un document présenté à Durban (Afrique du Sud).

Après une année 2010 record, l'année 2011 est à ce stade la "dixième plus chaude à l'échelle du globe" depuis le début des relevés en 1850, mais surtout la plus chaude en relation avec un épisode "La Nina", un phénomène cyclique qui s'accompagne de températures généralement plus fraîches, a-t-elle précisé.

Autre indice du réchauffement en cours: la banquise Arctique a connu sa deuxième plus faible étendue mais son plus faible volume jamais observé.

"Notre science est fiable et démontre sans ambiguïté que le climat mondial se réchauffe et que ce réchauffement est dû aux activités humaines", a souligné dans un communiqué le secrétaire général de l'OMM, Michel Jarraud.

L'OMM a présenté simultanément une version provisoire de sa Déclaration annuelle, attendue pour début 2012, à la fois à Genève, où elle est basée, et à Durban (Afrique du Sud), où se tient depuis lundi la conférence annuelle de l'ONU sur le changement climatique en présence de quelque 190 pays.

Sur la période janvier-octobre 2011, le thermomètre de la planète affiche une "anomalie positive estimée à 0,41°C par rapport à la moyenne annuelle de 14,00°C pour la période 1961-1990", a indiqué l'OMM.

Sciences et Avenir 29/11/2011
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Le mois de novembre et l'automne 2011 ont été "exceptionnellement chauds"    Mar 29 Nov - 22:52

La France a connu un automne 2011 "exceptionnellement chaud et extrêmement sec sur une grande partie du pays", avec un mois de novembre qui devrait être le deuxième plus chaud depuis le début du XXe siècle, a indiqué mardi Météo-France.

La température mensuelle moyenne de la totalité du territoire français en novembre 2011 "devrait dépasser de près de 2,9°C la moyenne de référence 1971-2000", ce qui devrait le "situer au second rang des mois de novembre les plus chauds depuis le début du XXe siècle, derrière novembre 1994 (+3,3°C) et devant novembre 2009 (+2,7°C)", selon un bilan provisoire publié par Météo-France.

Sur l'ensemble de la saison, la température moyenne "devrait dépasser d’environ 2,2°C la moyenne de référence 1971-2000, positionnant l’automne 2011 au second rang des automnes les plus chauds depuis le début du XXe siècle, derrière 2006 (+2,8°C) et devant 2009 (+1,5°C)".

Si les pluies de l'automne ont été "nettement excédentaires sur les zones méditerranéennes", les précipitations sont en revanche "très largement déficitaires partout ailleurs", avec des déficits souvent supérieurs à 50% voire 60%, dans l'ouest, le sud-ouest et le nord-est de la France.

"Les zones méditerranéennes ont été largement arrosées avec des quantités d'eau qui, à elles seules, suffisent à atteindre les normales d'un mois de novembre", précise à l'AFP Michel Schneider, climatologue à Météo-France.

"Tout le reste du pays est nettement déficitaire en termes de précipitations, avec un déficit très important sur les 4/5 de la France" même si l'automne 2011 ne sera vraisemblablement pas un record en la matière, ajoute-t-il.

Globalement, "l'automne s'apparente à ce qu'on avait pu observer au printemps", à la fois pour les températures hors normes (2,5°C au-dessus de la normale) et le déficit de précipitations, résume le climatologue.

Le déficit de précipitations sur les onze premiers mois de l'année est de l'ordre de 25%, l'équivalent de 1989, l'année la plus sèche, ce qui représente quasiment deux mois et demi de pluie, note-t-il.

Alors que 2010 était en France l'année la plus fraîche des deux dernières décennies, à égalité avec 1996, tous les mois de l'année 2011 ont été plus chauds que la normale (moyenne de référence 1971-2000)", à l'exception de juillet.

Même si "le mois de décembre peut très bien venir modérer le diagnostic (...) de toutes façons, 2011 sera une année chaude, très probablement parmi les trois années les plus chaudes depuis le début du XXe siècle, et sans aucun doute parmi les quatre années les plus chaudes", conlut M. Schneider.

Au niveau mondial, l'année 2011 est à ce stade la "dixième plus chaude à l'échelle du globe" depuis le début des relevés en 1850, a de son côté indiqué mardi l'Organisation météorologique mondiale (OMM) en marge des négociations climatiques sur le changement climatique.

Et les treize années les plus chaudes qu'a connues la planète sont toutes concentrées sur les quinze dernières années, depuis 1997, relève l'agence de l'ONU spécialisée sur les données météo, dans un document présenté à Durban (Afrique du Sud).

Sciences et Avenir 29/11/2011
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
BelleMuezza
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 12462
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: USA : Record de chaleur au mois de mars   Mar 10 Avr - 0:21

Les Etats-Unis ont connu le mois de mars le plus chaud depuis le début des relevés de températures en 1895, un record dû en partie à des pointes de chaleurs enregistrées dans la partie Est du pays, ont indiqué lundi les scientifiques américains.

La température moyenne a atteint 10,6 degrés au mois de mars, soit près de 5 degrés au-dessus de la moyenne du mois de mars au XXe siècle, a souligné l'agence météorologique nationale (NOAA).

Chaque Etat a enregistré au minimum un jour de record de chaleur durant le mois, et des records de température pour un mois de mars ont été enregistrés dans des centaines d'endroits différents, relève la NOAA.

Au total, 25 Etats situés à l'est des montagnes Rocheuses ont connu leur mois de mars le plus chaud depuis 1895, et dans 15 autres Etats, ce mois a été l'un des 10 mois de mars les plus chauds jamais enregistrés.

Ces données ne prennent en compte que la partie continentale des Etats-Unis et excluent Hawaii et l'Alaska. Contrastant avec la situation générale du pays, l'Alaska a d'ailleurs connu des températures plus fraîches que d'habitude, assistant à son dixième mois de mars le plus froid depuis que les températures sont relevées.

La température moyenne enregistrée au cours des trois premiers mois de l'année 2012 a elle aussi atteint un niveau record, à 5,5 degrés, soit plus de 3 degrés au-dessus de la moyenne historique, toujours selon la NOAA.


Sciences et Avenir 09/04/2012
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
BelleMuezza
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 12462
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: France : comparaison des mois de mai 2011 et 2012   Mer 23 Mai - 0:02

En mai 2011, la France se plaignait de la sécheresse. Un an après, à l'instar des violents orages qui ont frappé Nancy lundi, elle connaît un mois de mai arrosé dans la lignée d'avril qui a été l'un des plus humides depuis plus de 50 ans.

"Il est tombé 103 mm d'eau en 24 heures, près de 5 cm en une heure à Nancy lundi, un record depuis le 9 juin 1953", explique à l'AFP Olivier Proust, prévisionniste à Météo France.

Après avril qui est entré dans l'histoire de la météorologie comme le 5e mois d'avril le plus pluvieux depuis 1959, le mois de mai suit sa trace.

"Je ne peux pas encore donner de bilan du mois de mai, mais on peut dire qu'il est parti sur le même registre que le mois d'avril", souligne le prévisionniste ajoutant que mai est généralement plus pluvieux qu'avril.

L'orage exceptionnel qui s'est abattu dans la nuit de lundi à mardi sur Nancy provoquant des crues nécessitant des centaines d'interventions des pompiers, s'explique par la présence d'une dépression située sur le sud de l'Allemagne avec un enroulement d'air doux en basses couches en Lorraine.

"Si l'on observe la structure des vents en verticale, de la basse couche jusqu'en altitude, il y avait des conditions propices à ce que les pluies s'auto-alimentent sur place et mettent longtemps à se déplacer, et donc cela a donné lieu à des précipitations longues et intenses", ajoute Olivier Proust.

Certes, souligne-t-il, on remarque surtout les orages violents lorsque cela se produit dans des zones urbaines car les sols n'arrivent pas à drainer de grandes quantités de précipitations.

Et puis l'idée que les gros orages sont réservés à la période estivale ne tient pas selon l'expert de Météo France :"on peut obtenir des records de précipitations sous les orages les plus forts dès la mi-mai".

Cela s'explique également par les mouvements de masses d'air froides et chaudes. "Même s'il y a un potentiel de réchauffement en journée moindre que durant l'été, on a encore des circulations en altitude qui font arriver des masses d'air très froides et le contraste est particulièrement fort entre les basses couches et celles d'altitude ce qui peut provoquer des orages violents", indique-t-il.

Quant à la météo des prochains jours, "on va garder de l'instabilité sur l'Est, de Nice à l'Alsace, et avoir une amélioration par l'Ouest", selon le prévisionniste.

Comparée au mois de mai il y a un an, "c'est le jour et la nuit", rappelle l'expert. Mai 2011 avait été marqué par un temps très chaud et très sec.

"Au niveau des températures pour les 20 premiers jours de mai sur une petite moitié nord-ouest, on a déjà un signal faible qu'on est en-dessous des normales de saison", ajoute-t-il.

Depuis le début du mois, le thermomètre est resté le plus souvent en dessous des 22 degrés.

Côté déficit pluviométrique, 77% des nappes phréatiques affichaient toujours un niveau inférieur à la normale début mai, mais avec une tendance à l'amélioration pour 35% et une stabilité pour 40%. Seuls 25% des bassins aquifères présentaient des niveaux encore en baisse, selon les relevés du BRGM.

Les nappes phréatiques se remplissent pendant l'automne et l'hiver et les précipitations d'avril et de mai sont captées en grande partie par la végétation en croissance et l'évaporation qui commence à être plus importante que pendant l'hiver.



Sciences et Avenir 22/05/202
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: 2011, année parmi les plus chaudes marquée par des phénomènes météo extrêmes   Mar 10 Juil - 22:54

2011 a été l'année la moins chaude depuis 2008 mais reste parmi les plus torrides des trois dernières décennies, avec de nombreux phénomènes météorologiques extrêmes dans le contexte du changement climatique, selon un rapport publié mardi aux Etats-Unis.

La tendance à la montée des températures s'est poursuivie l'an dernier, constate le rapport de l'Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA). A la surface du globe, 2011 a compté parmi les 15 années les plus chaudes depuis la fin du XIXe siècle.

Mais ce document, qui se penche pour la première fois sur les liens entre le changement climatique et les phénomènes météorologiques extrêmes, reconnaît que déterminer les causes de ces événements "reste difficile".

"Bien que les scientifiques ne puissent pas établir de lien entre des phénomènes climatiques spécifiques en 2011 et le changement du climat avec une certitude absolue, de nouvelles recherches les aident à comprendre comment la probabilité de tels événements météo augmente en réponse au réchauffement", souligne la NOAA.

Ainsi ces chercheurs ont déterminé qu'une vague de chaleur comme celle qui a frappé le Texas en 2011 est aujourd'hui vingt fois plus probable durant un cycle de "La Nina" --courant froid du Pacifique-- qu'il y a 50 ans, avant le réchauffement du globe que nous connaissons actuellement.

"2011 laissera le souvenir d'une année marquée par des phénomènes météo extrêmes aux Etats-Unis comme dans le reste du monde", a relevé Kathryn Sullivan, directrice adjointe de la NOAA, en présentant le rapport.

Les perturbations météo ont surtout été liées à l'apparition du courant froid La Nina à la surface des eaux équatoriales de l'océan Pacifique, caractérisées par une température anormalement basse. Le rapport cite les sécheresses historiques en Afrique de l'Est, dans le Sud-Ouest des Etats-Unis et dans le Nord du Mexique.

La Nina a aussi contribué à une saison d'ouragan tropicaux plus intense que la moyenne dans l'Atlantique Nord ainsi qu'à une moyenne saisonnière de cyclones plus basse dans le Nord-Est du Pacifique.

La Nina, qui apparaît tous les quatre à cinq ans et dure d'un à deux ans, est également tenue responsable des deux années de pluies diluviennes (2010-2011) record en Australie.

L'Arctique a continué à montrer plus de changements rapides que le reste de la planète en 2011. La banquise a fondu durant l'été, atteignant sa deuxième superficie la plus petite jamais mesurée en période estivale.

Globalement, les glaciers sur la planète ont continué en 2011 à se réduire.

L'Antarctique a aussi connu le 25 décembre 2011 sa plus haute température jamais enregistrée avec -12 degrés, soit 1,1 degré de plus que le précédent record.

Le rapport a utilisé 43 indicateurs pour traquer et identifier les changements et les tendances du système climatique comme la concentration des gaz à effets de serre, le niveau et la salinité des océans ou encore la couverture nuageuse.

Ces scientifiques ont constaté que la concentration atmosphérique des principaux gaz à effet de serre comme le dioxyde de carbone (CO2) avait continué à augmenter en 2011.

La concentration de CO2 a franchi pour la première fois les 390 parties par million en volume (ppm) depuis que ces mesures sont effectuées.

"Le futur est entre nos mains", a lancé Tom Peterson, climatologue de la NOAA, durant une conférence de presse. "A ce rythme, nous serons à mille ppm d'ici la fin du siècle" si rien n'est fait pour réduire ces émissions, a-t-il ajouté.


La salinité des océans a continué à grimper dans les zones de forte évaporation ainsi que la température à la surface de l'eau.

Ce rapport, fondé sur deux études menées en coordination avec l'American Meteorological Society, a été réalisé par 378 scientifiques de 48 pays.





SCIENCES ET AVENIR 10/09/201
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
BelleMuezza
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 12462
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Le changement climatique responsable des étés très chauds   Dim 5 Aoû - 21:53

Le changement climatique dû à l'activité humaine est responsable de l'augmentation de la fréquence des étés très chauds et la situation est déjà pire que celle que nous imaginions il y a vingt ans, avertit le scientifique américain James Hansen dans une tribune publiée samedi par le Washington Post.

James Hansen, directeur de l'institut Goddard d'études spatiales de la Nasa, affirme que les "sombres" prédictions sur les conséquences de l'augmentation constante des températures, présentées en 1988 devant le sénat des Etats-Unis, sont déjà dépassées.

"J'ai une confession à faire: j'étais trop optimiste", écrit le climatologue américain, l'un des premiers scientifiques à avoir prévenu des dangers du réchauffement climatique dans les années 80.

"Mes prévisions sur une augmentation de la température mondiale se sont avérées. Mais je n'ai pas réussi à étudier avec quelle rapidité la hausse moyenne conduirait à des conditions météorologiquyes extrêmes", avoue-t-il.

Pour M. Hansen et ses collègues, l'analyse des températures mondiales au cours des soixante dernières années montre "une hausse étonnante de la fréquence des étés extêmement chauds".

Décrivant "de profondes ramifications troublantes non seulement pour notre avenir mais aussi pour notre présent", le climatologue explique que cette analyse n'est pas basée sur des prévisions "mais sur des observations réelles de phénomènes météorologiques et de températures".

Pour lui, la canicule de 2003 en Europe, la vague de chaleur en Russie en 2010 et les sécheresses qui ont frappé le Texas et l'Oklaoma l'an dernier peuvent être attribuées au changement climatique. "Une fois que les données seront collectées dans quelques semaines, il est probable que cela sera vrai aussi pour l'été extrêmement chaud que connaissent actuellement les Etats-Unis", ajoute-t-il.





Sciences et Avenir 05/08/2012
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
BelleMuezza
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 12462
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: CLIMAT/Météo: 2012 a été la neuvième année la plus chaude (OMM)   Jeu 2 Mai - 12:48

Berne (awp/ats) - L'année 2012 a été la neuvième année la plus chaude depuis 1850, a affirmé jeudi à Genève l'Organisation météorologique mondiale (OMM). Il s'agit d'un signe inquiétant de la poursuite du réchauffement climatique, selon son directeur général.

L'OMM confirme ainsi une précédente estimation publiée le 28 novembre dernier. La température moyenne à la surface du globe de janvier à décembre a été de 0,45 degré au-dessus de la moyenne de 14 degrés calculée pour les années 1961 à 1990.

Il s'agit de la 27e année consécutive que la moyenne de 1961 à 1990 est dépassée. "Bien que le rythme du réchauffement varie d'une année à l'autre en raison d'aléas climatiques naturels comme l'influence d'El Nino, les éruptions volcaniques et d'autres phénomènes, le réchauffement continu de la basse atmosphère est un signe inquiétant", a commenté le directeur général de l'OMM Michel Jarraud.

"La tendance à l'augmentation des concentrations de gaz à effet de serre dans l'atmosphère confirme que le réchauffement va continuer", a-t-il averti. L'année 2012 a été le théâtre de nombreux événements climatiques extrêmes, sécheresses et cyclones. "Le climat a toujours été marqué par des phénomènes extrêmes, mais leurs caractéristiques sont de manière croissante influencées par le changement climatique", a déclaré Michel Jarraud.

Il a cité en exemple le fait que le niveau des mers est actuellement environ de 20 centimètres plus élevé qu'en 1880. Cela a contribué à aggraver les inondations provoquées par l'ouragan Sandy sur la côte nord-est des Etats-Unis.

M. Jarraud a rappelé également la fonte record de la banquise de l'Arctique en août-septembre. Elle a atteint son minimum saisonnier soit 3,41 millions de km2, inférieure de 18% au précédent minimum record observé le 18 septembre 2007.


ROMANDIE 2/5/2013
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Japon / Juillet 2013: la chaleur tue des vieillards et envoie des milliers de personnes à l'hôpital   Ven 12 Juil - 23:15

TOKYO - La chaleur étouffante qui règne sur une large partie du Japon depuis le 6 juillet a déjà tué au moins une douzaine de personnes rien qu'à Tokyo et envoyé des milliers d'individus victimes de malaises à l'hôpital, selon les informations compilées par les médias.

La température dépasse allègrement 35 degrés à l'ombre dans un grand nombre de sites de l'est, du centre et de l'ouest de l'archipel. Plus d'un millier de personnes sont chaque jour hospitalisées quelques heures à cause de cette canicule, parfois des groupes entiers d'écoliers ou plus souvent des vieillards.

La plupart des victimes décédées sont âgées de plus de 65 ans. On les retrouve inanimées dans leur jardin, voire sous leur serre, ou enfermées dans leur maison où elles suffoquent.

Les autorités recommandent certes d'économiser de l'électricité à cause d'un déficit de production lié à l'absence de réacteurs nucléaires, mais elles invitent néanmoins à utiliser à bon escient les climatiseurs personnels (qui équipent la plupart des foyers), sans quoi la température dans des maisons peut devenir insoutenable.

Des bénévoles rendent parfois visite aux vieillards pour les inciter à boire régulièrement et à régler correctement leur climatiseur, mais ces dispositions restent insuffisantes, tout comme les appels à la prudence régulièrement relayés par les médias.

La saison des pluies a été peu intense et s'est terminée très tôt dans l'est du Japon cette année. Elle a immédiatement été suivie depuis le 6 juillet de journées torrides. La température descend à peine la nuit où il fait généralement entre 27 et 30 degrés Celsius.

Cette canicule sévère pousse les consommateurs nippons à s'acheter des petits foulards rafraîchissants et autres accessoires disponibles dans les parapharmacies, supérettes et autres enseignes. Chaque été, les salariés en cols blancs sont incités en outre à tomber la veste et la cravate, suivant en cela l'exemple des membres du gouvernement.


ROMANDIE 12/7/2013
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: La Terre a connu son cinquième mois de juin le plus chaud   Ven 19 Juil - 19:08

La planète Terre a connu son cinquième mois de juin le plus chaud depuis que les statistiques existent, a annoncé la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) américaine. La température moyenne était de 16,14 degrés Celsius.

Cette température est la même que la moyenne enregistrée en 2006 et se situe à 0,64 degré au-dessus de la moyenne du 20e siècle (15,5 degrés).

Les records de juin ont notamment été battus dans une grande partie de nord du Canada, de l'ouest de la Russie, du sud du Japon, des Philippines et dans certaines zones du sud-ouest de la Chine.

Pour les Etats-Unis, il s'agit du 15e mois de juin le plus chaud jamais enregistré. Alors que l'essentiel du monde cuisait, l'Europe était à contre-tendance avec des températures plus fraîches que d'habitude, de même qu'en Asie centrale et en Inde.


ROMANDIE 19/7/2013
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
BelleMuezza
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 12462
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: JAPON : Chaleur étouffante une soixantaine de victimes rien qu'à Tokyo...   Ven 26 Juil - 14:55

TOKYO - La chaleur étouffante qui règne sur une large partie du Japon depuis le 6 juillet a déjà tué au moins 62 personnes rien qu'à Tokyo et envoyé des milliers d'individus victimes de malaises à l'hôpital, selon les informations compilées par les médias.

Depuis un peu moins de trois semaines, la température dépasse allègrement 30 voire 35 degrés à l'ombre dans un grand nombre de sites de l'est, du centre et de l'ouest de l'archipel. Plusieurs centaines de personnes sont chaque jour hospitalisées quelques heures à cause de cette canicule, parfois des groupes entiers d'écoliers ou plus souvent des vieillards.

La plupart des victimes décédées sont âgées de plus de 65 ans. On les retrouve inanimées chez elles, dans dans leur jardin, voire sous leur serre.

Les autorités recommandent certes d'économiser de l'électricité à cause d'un déficit de production lié à l'absence de réacteurs nucléaires, mais elles invitent à utiliser à bon escient les climatiseurs personnels (qui équipent la plupart des foyers), sans quoi la température dans des maisons peu aérées peut devenir insoutenable.

Des bénévoles rendent parfois visite aux vieillards pour les inciter à boire régulièrement et à régler correctement leur climatiseur, mais ces dispositions restent insuffisantes, tout comme les appels à la prudence régulièrement relayés par les médias.

La saison des pluies a été peu intense et s'est terminée très tôt dans l'est du Japon cette année. Elle a immédiatement été suivie depuis le 6 juillet de journées torrides, tandis que des régions du nord-ouest sont aux contraire victimes de précipitations infernales.




ROMANDIE 25/7/2013
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
BelleMuezza
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 12462
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Juillet 2013: le 3e le plus chaud depuis plus d'un siècle   Jeu 1 Aoû - 22:12

Paris (AFP) - Le mois de juillet écoulé a été le 3e plus chaud depuis plus d'un siècle en France, juste derrière ceux de 2006 et de 1983, a indiqué jeudi Météo-France.

"L'excédent par rapport à la moyenne a été de 2 degrés, ce qui est important", a commenté à l'AFP Patrick Galois, prévisionniste à Météo-France.

Côté ensoleillement, "il a été généreux un peu partout", avec des excédents importants en Bretagne et à Paris par exemple. "A Brest, il y a eu 275 heures de soleil, ce qui fait une moyenne de 9 heures par jour, soit 60% de plus que la moyenne", relève Patrick Galois. "A Paris, il y a eu un excédent de 45% avec 306 heures de soleil, soit 10 heures par jour, c'est autant qu'à Perpignan", note le prévisionniste en précisant que dans la cité catalane, le niveau d’ensoleillement avait été "normal". En haut du palmarès des villes les plus ensoleillées, "on retrouve les mêmes que d'habitude: Marseille et Ajaccio", précise encore le météorologue.

Côté pluviométrie, la situation est "contrastée" avec des villes très excédentaires, notamment dans le Sud-Est, et des villes déficitaires, plutôt situées dans le Sud-Ouest et le Nord-Est. Ainsi, Mont-de-Marsan n'a reçu en juillet que 6 à 7 mm d'eau, soit un déficit de 90%. Le déficit a atteint 80% à Auch et 70% à Strasbourg. Les villes excédentaires sont celles où en général il pleut très peu en été, comme Marseille. "A Marseille, la normale est très faible, environ 9 mm: là on a eu 45 mm sous l'effet d'un orage, ce qui fait 5 fois la normale", explique Patrick Galois.


SCIENCES ET AVENIR 1/8/2013
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Les années chaudes du passé pourraient être la norme d'ici 2050   Jeu 10 Oct - 13:55

Paris (AFP) - Plusieurs régions du globe, en premier lieu les zones tropicales, pourraient franchir d'ici 2050 un cap climatique marquant, celui où les années exceptionnellement chaudes des 150 dernières années seront la norme, affirme une étude publiée mercredi.

Dans la revue Nature, des chercheurs de l'université de Hawaï proposent un nouvel indicateur de réchauffement. A partir de différents modèles, ils définisssent pour divers endroits du monde l'année où, en fonction des émissions possibles de gaz à effet de serre, la température moyenne annuelle excédera durablement la température des années les plus chaudes enregistrées entre 1986 et 2005.

 Plusieurs régions du globe, en premier lieu les zones tropicales, pourraient franchir d'ici 2050 un cap climatique marquant, celui où les années exceptionnellement chaudes des 150 dernières années seront la norme, affirme une étude publiée mercredi. (c) Afp

- Dans un scénario d'émissions de gaz à effet de serre inchangées par rapport à aujourd'hui, ce cap virtuel pourrait être atteint de façon globale dès 2047, selon les chercheurs.

- Dans un scénario plus optimiste, incluant des mesures plus importantes contre le CO2, l'échéance serait retardée à 2069.

"Ces résultats sont frappants, quel que soit le scénario, les changements vont survenir bientôt", relève Camilo Mora, auteur principal de cette étude, dans un communiqué.

L'atteinte de ce cap climatique inédit se fera à des dates différentes selon les régions du monde et les régions tropicales sont en première ligne, soulignent les chercheurs.

Ainsi, dans le scénario le plus pessimiste, certaines régions d'Indonésie (dès 2020) de même que Lagos (2029) pourraient expérimenter ce climat sans précédent dès la prochaine décennie. Mexico pourrait atteindre ce cap dès 2031 et Bombay en 2034, soit bien avant des villes comme Washington (2047), Londres (2056) ou Moscou (2063).

"Nos résultats suggèrent que les pays touchés les premiers sont ceux qui ont la faible capacité de réponse. Ironie du sort, ce sont les pays les moins responsables du changement climatique", remarque dans un communiqué Ryan Longman, co-auteur de l'étude.

Si les changements attendus de températures seront plus importants en valeurs absolues au pôle Nord, cette étude insiste sur le fait que les régions tropicales, elles, connaîtront plus rapidement des climats inédits pour elles dans leur histoire récente.

Les espèces animales et végétales des régions tropicales, peu habituées à la variabilité climatique, apparaissent donc particulièrement vulnérables, selon les auteurs. "Les Tropiques abritent la plus grande diversité d'espèces marines et terrestres et vont expérimenter des climats sans précédents quelque dix ans plus tôt que n'importe où sur Terre", relèvent-ils, en pointant les risques d'extinctions pour certaines espèces comme les coraux.

sciences et avenir 10/10/2013
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
BelleMuezza
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 12462
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Le sixième mois d'octobre le plus chaud depuis 1900   Jeu 31 Oct - 0:13

Paris (AFP) - Le mois d'octobre 2013 a été le sixième le plus chaud depuis 1900, avec une moyenne de près de 2°C supérieure aux normales saisonnières, a indiqué mercredi Météo-France.

"Toutes les régions ont bénéficié d'une grande douceur, excepté du 10 au 13", écrit Météo-France dans son "bilan climatique provisoire d'octobre 2013".

 Le mois d'octobre 2013 a été le sixième le plus chaud depuis 1900, avec une moyenne de près de 2°C supérieure aux normales saisonnières,  a indiqué mercredi Météo-France. (c) Afp

Trois des cinq autres mois d'octobre les plus chauds ont été enregistrés durant les 15 dernières années (2001, 2005 et 2006). Avant cela, il s'agissait d'octobre 1995 et 1921, a précisé à l'AFP Christine Berne, du service climatologie de Météo-France.

Plus que par des records, ce mois d'octobre a été marqué par des températures minimales "qui sont restées très élevées", a-t-elle précisé. La température moyenne pour un mois d'octobre en France est de 13,5°C.

Quand le bilan sera finalisé, les précipitations devraient également être supérieures à la normale, "de plus de 10% en moyenne sur la France, excepté sur le pourtour méditerranéen et la Corse", écrit Météo-France.


sciences et avenir 30/10/2013
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Climat: 2013, des extrêmes et un niveau record des mers   Mer 13 Nov - 18:23

Genève (AFP) - 2013, sans être l'année la plus chaude, a été marquée par des phénomènes extrêmes, comme en témoigne le récent typhon Haiyan, et un niveau record des mers constaté en mars, a annoncé mercredi l'ONU.

Selon les chiffres provisoires (les définitifs seront publiés en mars 2014) publiés mercredi par l'Organisation météorologique mondiale, une agence spécialisée de l'ONU, 2013 est en passe de devenir l'une des dix années les plus chaudes depuis le début des relevés modernes, en 1850. Et selon l'ONU, "le niveau moyen de la mer a atteint un nouveau record en mars 2013".


 Débat sur le changement de Climat (2013) TheLipTV / Youtube 23/9/2013

Les neuf premiers mois de l'année se situent, à égalité avec 2003, au septième rang des plus chauds à ce jour.

La plupart des régions ont connu des températures supérieures à la moyenne, en particulier l'Australie, le nord de l'Amérique du Nord, le nord-est de l'Amérique du Sud, l'Afrique du Nord et une grande partie de l'Eurasie.

La période janvier-septembre 2013 a été plus chaude que celle correspondante de 2011 et de 2012, où le phénomène climatique La Niña avait provoqué un refroidissement.

"Le niveau des mers s'est élevé à un rythme moyen de 3,2 millimètres par an (...) proche du rythme d'environ 3 mm/an observé pendant la décennie 2001-2010 et correspond au double de celui enregistré au XXe siècle, qui est de 1,6 mm/an", avertissent-ils.


 Réchauffement climatique :les experts du GIEC prévoient des catastrophes en chaine / Youtube 28/9/2013

D'après le Secrétaire général de l'OMM, Michel Jarraud, "le niveau de la mer va continuer de s'élever en raison de la fonte des calottes glaciaires et des glaciers. Plus de 90% de la chaleur supplémentaire issue des gaz à effet de serre est absorbée par les océans, qui vont continuer de se réchauffer et de se dilater pendant des centaines d'années." Or les gaz à effet de serre ne cessent d'enregistrer des sommets, vouant la planète à un avenir plus chaud, et non sans risque pour les populations.

"Même si l'on ne peut pas attribuer directement les cyclones tropicaux au changement climatique, l'élévation du niveau de la mer rend déjà les populations côtières plus vulnérables aux ondes de tempête, ce qui a eu des conséquences tragiques dans le cas des Philippines", explique M. Jarraud faisant référence au typhon Haiyan.

Aux Philippines, le niveau des mers s'est élevé à un rythme moyen de 12 mm par, soit près de 4 fois plus que le niveau moyen dans l'ensemble de la planète, ce qui explique en partie la gravité des dommages causés par le typhon, précise-t-il, soulignant que l'affaissement des terres, due à l'exploitation humaine des nappes phréatiques dans la région, a aussi amplifié l'impact de la catastrophe.

Le lien entre le changement climatique et la fréquence des cyclones tropicaux fait encore l'objet de recherches, mais les experts s'attendent à ce que les incidences de ces phénomènes s'aggravent.

Cet avertissement intervient alors que la Pologne accueille cette semaine la 19ème conférence de l'ONU sur le climat (COP 19).

De juin à août 2013, une pression atmosphérique inférieure à la moyenne a dominé sur une grande partie de l’océan Arctique, ce qui a limité le transport de chaleur provenant du sud et accru la nébulosité, d'où des températures plus faibles que l'année dernière. Les vents associés ont entraîné une extension de la couverture de glace, qui a occupé une plus grande superficie. Aussi, la banquise arctique a légèrement récupéré après la fonte spectaculaire et sans précédent de 2012, mais son étendue reste une des plus faibles jamais observées et sa vitesse de fonte s'accélère selon les experts.

Parallèlement pour la deuxième année de suite, l'étendue de la banquise antarctique a elle atteint un nouveau maximum avec 19,47 millions de km2, soit environ 30.000 km2 de plus que le record précédent, établi en 2012, et 2,6 % de plus que la moyenne calculée pour la période 1981-2010.

La transformation de la circulation atmosphérique observée ces 30 dernières années, qui résulte de l'évolution des vents dominants en Antarctique, est considérée par les scientifiques comme un facteur lié à cette hausse. Il est selon eux toutefois possible cependant que d'autres facteurs soient en jeu, comme l'altération de la circulation océanique.

Source : Lien / link 13/11/2013
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
BelleMuezza
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 12462
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Le monde enregistre en 2013 son mois de novembre le plus chaud depuis 1880   Jeu 19 Déc - 0:42

Washington (AFP) - Le monde a connu cette année son mois de novembre le plus chaud depuis le début des relevés de températures en 1880, a indiqué mardi l'Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA).

Le mois dernier a aussi été le 37e mois de novembre consécutif et le 345e mois d'affilée avec une température moyenne dans les terres et à la surface des océans supérieure à celle du 20e siècle.


 Le monde a connu cette année son mois de novembre le plus chaud depuis le début des relevés de températures en 1880, a indiqué mardi l'Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA). (c) Afp


En novembre, la température moyenne dans les terres et à la surface des océans a ainsi atteint 13,68 degrés, soit 0,78 degré au-dessus de la moyenne du siècle dernier qui a été de 12,9 degrés, a précisé la NOAA dans un communiqué.

Il faut remonter à novembre 1976 pour retrouver une température du globe au-dessous de la moyenne du siècle dernier pour ce même mois tandis que février 1985 a été le dernier mois à enregistrer la plus basse température moyenne dans le monde.

La plupart des régions de la Terre ont connu en novembre 2013 des températures plus chaudes que la moyenne dont l'Eurasie, la zone côtière de l'Afrique, l'Amérique Centrale, l'Amérique du Sud et certaines zones du Nord de l'Atlantique, le sud-est du Pacifique, l'océan Indien et la plupart du sud de la Russie.

Mais le nord de l'Australie, certaines parties de l'Amérique du Nord, le sud-ouest du Groenland et des parties de l'océan près de l'Amérique du Sud ont été plus froides que la moyenne en novembre.

Aucune région du globe n'a enregistré des records de froid durant ce même mois, précise la NOAA.


Sciences et avenir 17/12/2013
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
BelleMuezza
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 12462
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: 2013, une des années les plus chaudes dans le monde depuis 1880   Jeu 23 Jan - 4:33

Washington (AFP) - L'année 2013 a été l'une des plus chaudes sur le globe depuis le début des relevés de températures en 1880, ont annoncé mardi la Nasa et l'Agence atmosphérique américaine, confirmant selon les climatologues la poursuite du réchauffement de la planète.

La température moyenne combinée sur les terres et les océans a été de 14,52 degrés Celsius l'an dernier, soit 0,62 degré de plus que la moyenne du XXe siècle, ce qui fait de 2013 la quatrième année la plus chaude depuis 134 ans, précise dans son rapport annuel l'Agence océanographique et atmosphérique américaine (NOAA).

SIPAMEDIA 3/1/2014

Toutes les années du XXIe siècle (2001-2013) comptent parmi les 15 plus chaudes dans le monde depuis 1880 et les trois plus chaudes dans les annales ont été 2010, 2005 et 1998, ajoute la NOAA, qui précise que 2013 a aussi marqué la 37e année d'affilée avec une température moyenne supérieure à la moyenne du XXe siècle.

En moyenne, la température du globe grimpe de 0,06 degré par décennie de 1880 à 2013 --une hausse qui passe à 0,15 degré par tranche de 10 ans entre 1964 et 2013. Les estimations de température de la Nasa dans le monde l'an dernier ne sont que très légèrement différentes de celles de la NOAA.

AFP 13/11/2013

Ainsi 2013 a été selon les relevés de l'agence spatiale américaine la 7e année la plus chaude sur le globe depuis 1880 avec une température moyenne de 14,6 degrés Celsius, 0,6 degré de plus que la moyenne du XXe siècle.

La tendance générale d'un réchauffement de la Terre ne fait pas de doute, explique le principal climatologue de la Nasa, Gavin Schmidt: "Les tendances à long terme des températures à la surface de la Terre sont inhabituelles et l'année 2013 est venue conforter les indications d'un changement climatique en cours", a-t-il dit lors d'une conférence de presse téléphonique avec le directeur du centre des données climatiques de la NOAA, Thomas Karl.

"Alors qu'une année ou une saison peut être affectée par des événements météorologiques, cette analyse montre la nécessité de continuer à surveiller l'évolution des températures sur le long terme", a-t-il ajouté. "Je voudrais que le public voit dans ces chiffres que les tendances à long terme du changement climatique sont extrêmement robustes (...) et qu'elles ne vont pas disparaître", a insisté le climatologue de la Nasa.

Chaque nouvelle année ne va pas nécessairement être plus chaude que la précédente mais avec le niveau actuel des gaz à effet dans l'atmosphère, les scientifiques s'attendent à ce que chaque future décennie soit plus chaude que la précédente, souligne le rapport de la Nasa.

The Channel About Everything 22/1/2014

Le niveau de dioxyde de carbone (CO2), principal gaz à effet de serre, qui provient surtout de la combustion du charbon, du pétrole et d'autres activités industrielles, est au plus haut niveau depuis 800.000 ans. Il était de 285 part par million en 1880 et dépassait les 400 ppm en 2013.

Malgré les températures enregistrées en 2013, un des facteurs clé de l'année passé a été l'absence du courant chaud du Pacifique El Nino qui a des effets météorologiques importants sur le globe et contribue entre autres à la montée des températures. Mais El Nino pourrait de nouveau se manifester en 2014 et 2015, selon ces climatologues.

Le réchauffement de la planète continue aussi à faire fondre les glaces arctiques avec comme conséquence à terme la montée du niveau des océans, qui un jour menacera les populations vivant près de certaines côtes dans le monde. L'étendue de la banquise arctique a ainsi été en 2013 au dessous de la moyenne: elle "a fortement diminué surtout depuis les dix à onze dernières années", a souligné Thomas Karl.

Alors que sur la plupart du globe, 2013 a vu des températures relativement plus chaudes que la moyenne, les Etats-Unis --à l’exception de l'Alaska et de Hawaii-- ont, eux, enregistré des températures plus fraîches. Plusieurs pays comme l'Australie ont en revanche eu une année de chaleur record.

Sciences et avenir 21/1/2014
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: ACTUALITÉ SCIENCES & NATURE ENVIRONNEMENT 2013 : sixième année la plus chaude depuis 1850   Ven 7 Fév - 2:30

L'année 2013 a été la sixième année la plus chaude pour la Terre depuis 1850, ex aequo avec 2007, selon les statistiques de l'Organisation météorologique mondiale (OMM), une institution des Nations unies. La température moyenne à la surface des terres et des océans a dépassé de 0,50 °C la normale calculée sur la période 1961-1990 et de 0,03 °C la moyenne de la dernière décennie (2001-2010), précise l'OMM. "La température moyenne de 2013 confirme la tendance au réchauffement sur le long terme", souligne le secrétaire général de l'OMM, Michel Jarraud.

"C'est une réalité indéniable, même si le rythme de réchauffement n'est pas uniforme. Vu les concentrations records de gaz à effet de serre qui sont mesurées dans l'atmosphère, la hausse des températures va se poursuivre sur plusieurs générations", a estimé le météorologue. "Notre action ou inaction pour diminuer les émissions de gaz carbonique et des autres gaz à effet de serre vont modeler l'état de notre planète pour nos enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants", a encore estimé Michel Jarraud. On a commencé à effectuer des observations météorologiques systématiques depuis 1850.

Le XXIe siècle compte déjà 13 des 14 années les plus chaudes jamais observées. Le record est détenu par 2010 et 2005, caractérisées par une température moyenne dépassant d'environ 0,55 °C la normale, suivies de 1998, marquée par un phénomène El Niño extrêmement puissant, souligne l'OMM.

Les phénomènes El Niño et La Niña, connus respectivement pour réchauffer ou refroidir le climat, font partie des principales causes de variabilité naturelle de ce dernier. Ils ont été notoirement absents en 2013, année plus chaude que 2011 et 2012. L'année 2013 fait partie des quatre années les plus chaudes qui aient été caractérisées par des conditions sans Niño et Niña. Les données publiées mercredi sont les résultats préliminaires d'un rapport annuel que l'OMM diffusera en mars.


AFP 13/11/2013
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
birdy1972
Membre certifié
Membre certifié


Messages : 324
Date d'inscription : 13/04/2013

MessageSujet: France: records de pluie et de douceur pour cet hiver   Mer 5 Mar - 0:29

Paris (AFP) - Cet hiver a été particulièrement doux --parmi les trois plus chauds depuis 1900--, et pluvieux en particulier en Bretagne qui, balayée par des tempêtes successives, a atteint son record de pluie depuis 1959, a annoncé vendredi Météo-France dans son bilan climatique provisoire.

La température moyenne de cet hiver "météorologique", c'est-à-dire décembre, janvier et février, est supérieure de 1,8°C à la normale, et la pluviométrie de 20% sur l'ensemble du pays.
 Cet hiver a été particulièrement doux --parmi les trois plus chauds depuis 1900--, et pluvieux en particulier en Bretagne qui, balayée par des tempêtes successives, a atteint son record de pluie depuis 1959, a annoncé  vendredi Météo-France dans son bilan climatique provisoire. (c) Afp


Côté thermomètre, l'hiver 1989/1990 détient le record de douceur avec +2°C par rapport à la normale, devant celui de 2006/2007 "avec un peu plus de 1,8°C", précise à l'AFP Christine Berne, climatologue à Météo-France.

Ce bilan provisoire a été réalisé le 27 février et le bilan définitif devrait être communiqué mardi. L'hiver 2013/2014 se placera alors soit au deuxième rang ex aequo, soit troisième.

Côté précipitations, le bilan est très disparate sur le territoire. "Très abondantes sur la façade ouest du pays et du Sud-Est, elles sont en revanche restées très déficitaires de l'Hérault aux Pyrénées-Orientales ainsi que dans le Nord-Est", indique Météo-France. C'est la Bretagne qui a été le plus arrosée. Un record depuis 1959 avec des cumuls de pluie de 35 cm à 1m, "soit une fois et demie, voire localement plus de deux fois supérieurs à la normale".

 
De BFMTV 28/2/2014 

Le nombre de jours de pluie significative, soit supérieure à 1 mm, a été compris entre 50 et 80 jours : 15 à 20 jours de plus que la normale. "Ces pluies exceptionnelles, conjuguées aux submersions marines lors des grandes marées de janvier et février, ont provoqué de sévères inondations". Le dernier hiver le plus pluvieux en Bretagne remonte à 1994/1995.

Xaver, Dirk, Ulla... Cet hiver a aussi été caractérisé par des tempêtes à répétition venues d'Atlantique, "conséquence d'un anticyclone des Açores renforcé et d'une dépression d'Islande plus creuse que la normale".

"Le Nord-Ouest du pays a été régulièrement balayé par des tempêtes qui passaient en réalité un peu plus au nord, et qui ont, en revanche, été très marquantes pour des pays comme la Grande-Bretagne, ou en décembre l'Allemagne et les Pays-Bas", précise Christine Berne.

Le Royaume Uni, par exemple, a connu son hiver le plus pluvieux depuis le début des statistiques en 1910, selon les services météo britanniques.

La plus violente tempête de cet hiver sur la pointe bretonne a été Ulla, les 14 et 15 février, avec des vents dépassant les 150 km/h sur les côtes, et des rafales jusqu'à 110 km/h à l'intérieur des terres. La force des vents "n'a pas présenté de caractère exceptionnel, comparé à des tempêtes historiques comme en 1999 ou en 1987 (bien 1987)", souligne la climatologue.

Concernant leur fréquence, aucune statistique précise permettant de comparaison n'était disponible. En revanche, "il y a eu 27 perturbations depuis le début janvier", précise Mme Berne. "C'est à peu près deux fois la normale".

"Chaque début d'année, on débute avec une perturbation dont le nom commence avec la lettre A, et là, on est déjà reparti à la lettre A", la dernière perturbation en cours s'appelant Andréa. "Les années précédentes, on voit que la lettre A revient plus tard dans l'année, plutôt en avril", relève Christine Berne.

La série de tempêtes a empêché les pêcheurs de prendre la mer, pénalisé maraîchers, éleveurs et céréaliers, entraîné de nombreuses coupures d'électricité et de lignes SNCF, et provoqué l'échouage, sans précédent depuis au moins un siècle, de 21.000 oiseaux marins morts sur le littoral atlantique.

S et A 28Fév2014
Revenir en haut Aller en bas
birdy1972
Membre certifié
Membre certifié


Messages : 324
Date d'inscription : 13/04/2013

MessageSujet: Chaleur historique en France au premier semestre   Jeu 3 Juil - 21:14

La France a connu un premier semestre 2014 "remarquablement chaud", le deuxième plus chaud depuis 1900, après 2007, a annoncé jeudi Météo-France.

Lors de la première moitié de l'année, la température moyenne a été supérieure de 1,4 °C à la moyenne de référence 1981-2010, contre 1,8 °C en 2007, souligne l'organisme, qui précise toutefois que "ces températures remarquables en France ne présagent en rien celles du second semestre".


"À l'exception du mois de mai, les six premiers mois de l'année 2014 ont tous connu des températures moyennes supérieures à la normale" écrit Météo-France dans son bilan à mi-année. Pour autant, ce diagnostic "n'est pas généralisable à la planète", car d'autres régions du globe ont connu "un début d'année bien plus frais que la normale, comme c'est le cas sur la majeure partie de l'Amérique du Nord, mais aussi de la plaine de Sibérie occidentale jusqu'en Inde", ajoute l'organisme. Cela augure-t-il forcément d'un été chaud et d'un automne doux en France ? "Tous les cas de figure sont possibles", souligne prudemment Météo-France.



Ainsi, en 2007, les six premiers mois exceptionnellement chauds avaient été suivis d'un second semestre plus froid que la normale (l'un des plus froids depuis le début des années 1980). À l'inverse, en 2011, après un premier semestre particulièrement chaud (+ 1,2 °C par rapport à la moyenne), le second semestre avait lui aussi enregistré des températures bien au-dessus de la normale. Par ailleurs, rappelle Météo-France, les modèles de prévisions saisonnières à trois mois ne dégagent aucun scénario climatique particulier.

Le Point 3jul.2014
Revenir en haut Aller en bas
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Le mois de juin 2014 a été le plus chaud dans le monde depuis 1880   Mar 22 Juil - 9:47

Washington (AFP) - Le mois de juin 2014 a été le plus chaud dans le monde depuis le début des relevés des températures en 1880, a indiqué lundi l'Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA).

La température moyenne combinée à la surface des sols et des océans a atteint en juin 16,22 degrés Celsius, soit 0,72°C au-dessus de la moyenne du 20ème siècle pour ce mois-là, dépassant ainsi le dernier record de chaleur pour juin, qui remontait à 2010, précise la NOAA.

 Un Indien se rafraîchit près d'une voie ferrée à New Delhi le 27 juin 2014 (c) Afp

"La majorité de la planète a fait face à des températures mensuelles supérieures à la moyenne, avec des records de chaleur dans des régions du sud-est du Groenland, du nord de l'Amérique du Sud, ou encore des zones de l'est et du centre de l'Afrique, ainsi que des parties du sud et du sud-est de l'Asie", explique l'agence dans un communiqué. "Comme en mai, des zones éparpillées à travers tous les principaux bassins océaniques ont également connu des records de chaleur".

La dernière fois que la température d'un mois de juin a été inférieure à la moyenne du 20ème siècle remonte à 1976, a indiqué le NOAA.

Pour ce qui concerne la seule température à la surface des océans, celle-ci a été en juin la plus élevée de toute l'histoire, battant un précédent record qui remontait à 1998, a aussi noté la NOAA.

Les glaces de l'Arctique ont également fondu davantage qu'en temps normal en juin. Leur niveau est à présent 5% en-dessous de la moyenne de la période 1981-2010.

Selon la même source, le mois de mai 2014 avait déjà été le plus chaud dans le monde depuis le début des relevés de températures en 1880, dépassant le précédent record de mai 2010.

Sciences et avenir 21/7/2014
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Vague de chaleur au Japon : des victimes !   Lun 28 Juil - 0:28

Tokyo (AFP) - La très forte vague de chaleur qui sévit sur le Japon a encore fait 7 morts et conduit plus de 1.800 personnes à l'hôpital, dont 10 dans un état inconscient, au cours de la seule journée de samedi, selon les données diffusées en début de nuit par la chaîne de télévision publique NHK.

Plus de 1.200 personnes avaient déjà reçu des soins vendredi et trois étaient décédées, d'après la même source.

 Un enfant profite des jets d'eau d'une fontaine à Tokyo le 26 juillet 2014. Le Japon est frappé par une vague de chaleur sans précédent (c) Afp

Comme la veille, la température a largement dépassé samedi 35 degrés à l'ombre dans de nombreuses régions du Japon, avec des pointes à 39 degrés par endroits.

Cette vague de chaleur, assez habituelle en cette saison, s'est accentuée ces derniers jours. Plus de 700 personnes avaient déjà dû recevoir des soins jeudi et des centaines aussi dans les jours précédents. Les chiffres ne tiennent compte que des personnes prises en charge par une ambulance.

La semaine dernière, selon l'Agence des feux et désastres, près de 3.200 personnes avaient déjà dû être emmenées dans des hôpitaux, dont trois étaient décédées, portant alors le total des morts à 14 depuis le début de la saison, un bilan qui s'est alourdi depuis. La semaine précédente, 2.473 personnes avaient dû faire appel aux secours, plus du double de celle d'avant.

Dans près de la moitié des cas, il s'agit de personnes âgées (plus de 65 ans), une catégorie qui correspond à un quart de la population du Japon.

Tous les ans, des milliers de Japonais sont victimes de malaises dus aux températures élevées et à la "lourdeur suffocante de l'air". Les lieux publics et une grande majorité des habitations sont équipés de climatiseurs, mais certaines personnes âgées rechignent à les utiliser ou ne savent pas s'en servir, et se laissent ainsi déshydrater.

Les autorités demandent certes de faire des économies d'énergie compte tenu de l'arrêt de l'ensemble des 48 réacteurs nucléaires de l'archipel, mais insistent néanmoins sur la nécessité de climatiser modérément pour éviter les incidents de santé.

A l'inverse, les lieux accueillant le public (commerces, restaurants, salles de spectacle) ont tendance à faire tourner les climatisations à fond, au point que les clients ont carrément froid.

Sciences et avenir 26/7/2014
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
BelleMuezza
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 12462
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Août 2014 a été le mois d'août le plus chaud dans le monde depuis 1880   Jeu 18 Sep - 23:09

Washington - Août 2014 a été le mois d'août le plus chaud sur la planète depuis le début des relevés de température en 1880, a indiqué jeudi l'Agence américaine océanographique et atmosphérique (NOAA).

Août 2014 a également été le 38e mois d'août consécutif durant lequel la température globale terrestre a été au-dessus de la moyenne du XXème siècle, précise à la NOAA. La dernière fois que la température moyenne dans le monde en août a été en-dessous de la moyenne remonte à 1976.

Le mois dernier, la température moyenne à la surface des océans et des terres s'est établie à 16,35 degrés Celsius, soit 0,75 degré au-dessus de la moyenne du 20ème siècle (15,6 degrés) et 0,04 degré au-dessus du précédent record enregistré en août 1998.

En incluant août, trois des quatre derniers mois ont enregistré des températures dépassant la moyenne du 20ème siècle pour les mêmes mois. Juillet 2014 a fait exception en se situant au 4e rang comme mois de juillet le plus chaud depuis 1880.

- Sur les terres, la température le mois dernier n'a été que la deuxième plus élevée pour un mois d'août depuis 1880, après août 1998, qui détient toujours le record.

- A la surface des océans, la température en août 2014 a été globalement 0,65 degré au-dessus de la moyenne du 20ème siècle, qui était de 16,4 degrés.

L'année 2013 avait déjà été l'une des plus chaudes sur le globe depuis le 1880. La température moyenne combinée sur les terres et les océans a été de 14,52 degrés Celsius, soit 0,62 degré de plus que la moyenne du XXème siècle, ce qui fait de 2013 la quatrième année la plus chaude depuis 134 ans, précisait plus tôt cette année la NOAA dans son dernier rapport annuel.

Toutes les années du XXIème siècle (2001-2013) comptent parmi les 15 plus chaudes dans le monde depuis 1880 et les trois plus chaudes dans les annales ont été 2010, 2005 et 1998, ajoutait la NOAA.

En moyenne, la température du globe a grimpé de 0,06 degré par décennie de 1880 à 2013, mais le rythme de l'augmentation a été beaucoup plus élevé depuis le début des années 1960: en effet, entre 1964 et 2013 la hausse a été de 0,15 degré par tranche de 10 ans.

Romandie 18/9/2014
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
mustang91
Membre assidu
Membre assidu


Messages : 162
Date d'inscription : 06/07/2013

MessageSujet: L'homme en partie responsable de l'intensification des vagues de chaleur en 2013   Lun 29 Sep - 22:28

Washington - Le lien entre le réchauffement climatique causé par l'homme et cinq grandes vagues de chaleur dans le monde en 2013 a été établi pour la première fois de manière très claire par plusieurs groupes de scientifiques dans un rapport paru lundi.

Cependant, tous les événements climatiques extrêmes sur la planète ne sont pas liés à l'activité humaine, souligne ce document publié par l'Agence américaine océanographique et atmosphérique (NOAA). Ces climatologues ont analysé au total 16 événements climatiques extrêmes, pluies torrentielles, inondations, sécheresses, canicules et tempêtes.

Le Japon, la Corée et la Chine ont connu des étés extrêmement chauds en 2013. Les études portant sur ces événements montrent que le changement climatique causé par l'homme ont rendu ces vagues de chaleur plus probables, ont noté les scientifiques. D'autres éléments mis en avant démontrent également que ces changements climatiques dus à l'homme augmentent le risque de voir des pluies centennales, comme l'Inde en a connu en juin 2013, ajoute la NOAA.

La combustion de charbon ou d'hydrocarbures, particulièrement mise en avant pour expliquer le réchauffement climatique, a aussi joué un rôle substantiel pour l'été sec et chaud qu'a connu l'Europe de l'ouest en 2013, notent encore les chercheurs.

Le fait que plusieurs groupes de scientifiques s'appuyant sur des méthodes indépendantes parviennent aux mêmes conclusions souligne de manière plus flagrante l'influence de l'activité humaine sur les événements climatiques extrêmes. En l'occurrence, 92 experts issus de 14 pays ont participé à ces travaux.

Mais le réchauffement climatique dû à l'homme ne permet pas d'expliquer tous les événements climatiques extrêmes. Ainsi, dans le cas de la sécheresse en Californie qui sévit depuis trois ans, sur laquelle trois groupes de climatologues américains se sont penchés, tous ont conclu que les facteurs humains dans le climat n'ont eu aucune influence sur le manque de précipitations.

Le rapport d'une centaine de pages de la NOAA, intitulé Expliquer des événements météorologiques extrêmes de 2013 d'un point de vue climatique, est publié par le Bulletin de la société météorologique américaine (BAMS).

ROMANDIE.COM29SEPT.2014
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les mois et les années les plus chauds depuis 1880   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les mois et les années les plus chauds depuis 1880
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Quel forfait internet quand on est absent 6 mois de l'année
» Les astuces de tonton: Une pendule personnalisée
» Question de newby sur les ruchettes
» Mes moutons ont la toison trop longue
» mes poules ne pondent plus depuis 6 mois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LOVE ANIMALIA NATURALIS ENVIRONNEMENTALIS :: INFORMATIONS sur la Nature et l'environnement terrestre et aquatique :: Climat - Changement climatique-
Sauter vers: