LOVE ANIMALIA NATURALIS ENVIRONNEMENTALIS
Bienvenue sur le Forum Love Animalia Naturalis : Actualités, informations et conseils sur les Animaux, la Nature et l'Environnement. Des rubriques exclusives réservées aux membres du forum. Pour satisfaire votre curiosité retrouvez l'actualité ou des conseils et pour satisfaire la nôtre, nous serons heureux de lire les vôtres! Toutes les personnes de 10 ans et plus, partageant ces centres d'intérêts sont les bienvenues.

LOVE ANIMALIA NATURALIS ENVIRONNEMENTALIS

Animaux, Nature et Environnement : Actualités, Informations et Conseils
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Vous avez des photos sur les animaux, la nature et l'environnement ? Si vous êtes prêts à nous offrir l'une d'elles... Ecrivez un message à l'un des administrateurs. Merci

Partagez | 
 

 Les mois et les années les plus chauds depuis 1880

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Avec 15,72°C, le plus chaud mois de septembre depuis 1880   Mar 21 Oct - 13:02

Washington - Avec 15,72 degrés Celsius, septembre 2014 a été le mois de septembre le plus chaud dans le monde, sur terre et à la surface des océans, depuis 1880, et 2014 pourrait être l'année la plus chaude en 135 ans.

Comme août, septembre a été le 38ème mois de septembre consécutif durant lequel la température globale terrestre a été au-dessus de la moyenne du XXème siècle, a annoncé l'Agence américaine océanographique et atmosphérique (NOAA) dans son rapport annuel.

La dernière fois que la température moyenne dans le monde en septembre a été en-dessous de la moyenne remonte à 1976.

Le mois dernier, la température moyenne à la surface des océans et des terres s'est établie à 15,72 degrés Celsius, soit 0,72 degré au-dessus de la moyenne du XXème siècle (15 degrés). Avec septembre 2013, ils figurent parmi les six plus chauds mois de septembre jamais enregistrés.

Sur les terres, partout dans le monde, les températures ont été plus chaudes que la moyenne, excepté dans le centre de la Russie et certaines parties orientales et du nord du Canada.

Les records de chaleur ont été enregistrés en particulier dans le nord de l'Afrique occidentale, les régions du littoral du sud-est de l'Amérique latine, le sud-ouest de l'Australie, des régions du Moyen-Orient et quelques régions d'Asie du sud-est.

A la surface des océans, la température en septembre 2014 a été globalement 0,66 degré au-dessus de la moyenne du XXème siècle, qui était de 16,2 degrés. Cela marque également la plus haute température enregistrée depuis 1880 à la surface des océans, battant le record du mois dernier, a ajouté la NOAA, affirmant que cette hausse des températures avait été observée dans tous les océans, en particulier au nord-est et dans la partie équatoriale du Pacifique.

En 2014, mai, juin, août et septembre ont été les mois les plus chauds jamais enregistrés depuis que ces relevés de température ont été pour la première fois effectués en 1880. A l'exception de février, tous les autres mois ont été parmi les quatre plus chauds jamais enregistrés pour chacun d'entre eux, précise la NOAA.

Si 2014 maintient ses températures mensuelles au-dessus de la moyenne jusqu'en décembre, elle deviendra l'année calendaire la plus chaude depuis 1880.

Avec une température moyenne de 14,78 degrés Celsius, les neuf premiers mois de 2014 détiennent, ex aequo avec 1998, le record de chaleur sur terre et à la surface des océans. La température moyenne du XXème siècle est de 14,1 degrés Celsius.

Après le sommet de New York et avant la conférence annuelle de l'ONU sur le climat organisée en décembre à Lima, les négociateurs de 195 pays ont rendez-vous cette semaine à Bonn, en Allemagne, pour progresser vers un accord attendu en 2015.

Si rien n'est fait, a menacé le chef de la diplomatie américaine John Kerry, le monde court à la catastrophe car comme vous le savez, la vie sur Terre a un terme.

A un peu plus d'un an de la Conférence de Paris, la tâche est immense avant d'arriver à un consensus sur un texte qui doit permettre de limiter, à terme, la hausse des températures au niveau mondial à 2°C par rapport à l'ère pré-industrielle. Au-delà de ce seuil, les conséquences s'annoncent très coûteuses et dramatiques, préviennent les scientifiques, avec même une adaptation impossible pour certaines populations.

En moyenne, la température du globe a grimpé de 0,06 degré par décennie de 1880 à 2013, mais le rythme de l'augmentation a été beaucoup plus élevé depuis le début des années 1960: en effet, entre 1964 et 2013 la hausse a été de 0,15 degré par tranche de 10 ans.

Le Fonds vert de l'ONU n'a récolté pour l'instant que 2,3 milliards de dollars, dont un milliard promis par la France. C'est très loin de l'objectif de réunir 10 milliards de dollars d'ici la fin de l'année, et 100 milliards par an à partir de 2020.

Romandie 20/10/2014
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Les mois et les années les plus chauds depuis 1880   Ven 21 Nov - 0:56

Les articles parus dans la presse concernant les mois ou les annés les plus chauds depuis 1880, époque des premiers relevés, seront regroupés (fusionnés) dans ce post généraliste. Il y a déja eu plusieurs messages à ce sujet, ils viendront s'intercaler au fur et à mesure que ceux-ci seront basculés. J'espère que cette décision facilitera votre recherche et votre lecture.
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: L'année 2014 jusqu'à présent la plus chaude dans le monde depuis 1880   Ven 21 Nov - 1:03

Washington (AFP) - Les dix premiers mois de l'année 2014 ont chacun été les plus chauds enregistrés sur la planète depuis le début des relevés de température en 1880, a annoncé jeudi l'Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA), en révélant les données d'octobre.


 Octobre, et les dix premiers mois de l'année 2014, ont chacun été les plus chauds sur la planète enregistrés depuis le début des relevés de température en 1880 (c) Afp

Le mois d'octobre a été le plus chaud depuis 1880 et il s'agit également du 38e mois d'octobre consécutif au cours duquel la température du globe était au-dessus de la moyenne de celle du XXe siècle, atteignant 14,74 degrés, a précisé la NOAA.

Pour la période de janvier à octobre 2014, la température moyenne combinée à la surface des océans et des terres s'est établie à 10,3 degrés, dépassant ainsi de 1,05 degré la moyenne du siècle dernier.

Octobre a aussi été le troisième mois consécutif et le cinquième des six derniers mois avec une température record sur le globe. Juillet a, lui, été le quatrième mois le plus chaud de sa catégorie. Ces températures supérieures ont résulté d'un air plus chaud sur toute la planète à la surface des terres et des océans, distribué de manière égale entre les hémisphères nord et sud.

L'hémisphère sud a connu globalement en octobre des températures record sur les terres, surtout dans la partie sud de l'Amérique latine et dans l'ouest et le sud de l'Australie.

Pour l'hémisphère nord, octobre n'a été que le troisième plus chaud dans les annales. Des parties du sud du continent européen, les régions côtières dans l'ouest des Etats-Unis et la plupart de l'extrême-est de la Russie ont été les plus chaudes en octobre.

En revanche, des parties du centre de la Sibérie ont enregistré durant ce même mois des températures de 4 à 5 degrés sous la moyenne.

La température à la surface des océans a été en octobre 2014 la plus élevée jamais enregistrée pour un dixième mois de l'année en se situant 0,62 degré au-dessus de la moyenne du XXe siècle.

Depuis le début de cette série au mois de mai, il s'agit du sixième mois consécutif au cours duquel la température mondiale à la surface des océans dépasse le précédent record.

Dans l'Arctique, l'étendue moyenne de la banquise en octobre a été la sixième moins étendue pour ce mois depuis le début des observations satellitaires en 1979.

Ces records de température se sont produits en l'absence du courant chaud du Pacifique El Niño, qui généralement apparaît tous les cinq à sept ans en moyenne et exerce une forte influence sur le climat du globe. Selon la NOAA, il y a près de 60% de chances qu'El Niño refasse son apparition durant l'hiver dans l'hémisphère nord.

Dans son dernier rapport publié en avril, le Groupe intergouvernemental d'experts sur le climat (Giec) estime qu'en l'absence d'un changement majeur et rapide dans la production énergétique mondiale, très dépendante du charbon et du pétrole, la hausse du thermomètre mondial sera de 3,7 à 4,8°C à l'horizon 2100. Selon le Giec, il reste peu de temps pour agir afin de limiter la hausse des températures de la planète à deux degrés d'ici la fin de ce siècle par rapport aux niveaux de l'ère pré-industrielle.

Selon les experts du Giec, au-delà de deux degrés, le changement climatique pourrait avoir des conséquences désastreuses dont la montée importante du niveau des océans avec la fonte accélérée des glaces arctiques, la multiplication d'intempéries catastrophiques, la disparition d'espèces animales avec la perte de leur habitat et davantage de conflits.

Il y a toutefois des signes encourageants comme le récent accord entre la Chine et les Etats-Unis, les deux plus grands pollueurs de la planète, pour réduire leurs émissions de gaz à effet de serre.


Sciences et avenir 20/11/2014
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
BelleMuezza
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 12462
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: 2014 a été l'année la plus chaude jamais enregistrée sur le globe   Sam 17 Jan - 13:36

Washington - L'année 2014 a été la plus chaude sur le globe depuis le début des relevés de températures en 1880, ont annoncé vendredi l'Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA) et la Nasa.

Celles-ci ont tout de suite souligné que ce phénomène reflétait surtout l'accroissement des émissions de gaz à effets de serre résultant des activités humaines.

  euronews 17/1/2015

Décembre a également enregistré une température moyenne à la surface des terres et des océans sans précédent pendant ces 134 ans pour le dernier mois de l'année, a également indiqué la NOAA. Celle-ci a précisé que des mesures effectuées indépendamment par la Nasa arrivent à ces mêmes conclusions.

Les températures de décembre ont été 0,77 degré Celsius au-dessus de la moyenne du XXe siècle.

Sur l'année complète, la température moyenne au sol et sur les océans a été 0,69°C au-dessus de celle du XXe siècle, surpassant les précédents records de 2005 et 2010 de 0,04 degré.

La plus grande partie de ce réchauffement s'est produite au cours des trois dernières décennies et les dix années les plus chaudes ont été enregistrées depuis 2000 à l'exception de 1998.

Alors que la température moyenne sur une année peut être influencée par des conditions météorologiques extrêmes, les tendances au réchauffement sur le long terme sont attribuables aux facteurs contribuant au changement climatique actuellement dominés par les émissions de gaz à effets de serre humaines, a souligné Gavin Schmidt, directeur de l'Institut Goddard de la Nasa pour les études spatiales.

En 2014, la température moyenne globale à la surface des terres s'est située 1°C au-dessus de la moyenne du XXème siècle, soit la quatrième plus élevée depuis 1880.

La température sur les océans a été 0,57°C supérieure à la moyenne des 134 dernières années, ce qui en fait la plus élevée de toutes les années jamais enregistrées.

La température moyenne de la basse stratosphère (entre 15 et 20 km d'altitude) a diminué tandis que celles dans la troposphère, les couches plus basses de l'atmosphère, ont augmenté, une indication d'un réchauffement provoqué par des gaz à effet de serre, explique la NOAA.

Selon ses données analysées à l'Université Rutgers, l'étendue moyenne de la couverture neigeuse annuelle dans l'hémisphère nord en 2014 a été de 63,4 millions de km2, dans la moyenne des mesures effectuées depuis le début des observations par satellites en 1978.

L'étendue moyenne des glaces dans l'océan Arctique a été de 28,4 millions de km2 en 2014, la sixième plus petite superficie annuelle mesurée depuis 36 ans. En revanche l'étendue des glaces dans l'Antarctique a été un record en 2014 pour la deuxième année consécutive, avec 33,8 millions de km2.

Les températures record se sont produites en l'absence du courant chaud du Pacifique El Niño a relevé vendredi la NOAA. Ce courant apparaît tous les cinq à sept ans en moyenne et exerce une forte influence sur le climat du globe.

Dans son dernier rapport publié en avril 2014, le Groupe intergouvernemental d'experts sur le climat (Giec) estimait que sans un changement majeur et rapide dans la production énergétique mondiale, très dépendante du charbon et du pétrole, la hausse du thermomètre de la planète sera de 3,7 à 4,8°C à l'horizon 2100.

Selon le Giec, il reste peu de temps pour agir afin de limiter la hausse des températures de la planète à 2°C d'ici la fin de ce siècle par rapport aux niveaux de l'ère pré-industrielle.

Selon ces experts, au-delà de deux degrés, le changement climatique pourrait avoir des conséquences désastreuses, dont la montée importante du niveau des océans avec la fonte accélérée des glaces arctiques, la multiplication d'intempéries catastrophiques, la disparition d'espèces animales avec la perte de leur habitat et davantage de conflits.

Pour Bob Ward, un responsable du Grantham Research Institute sur le changement climatique à la London School of Economics, ce record de températures en 2014 devrait interpeller les gouvernements partout dans le monde quant à l'ampleur des risques créés par le réchauffement et l'urgence d'agir. Il faut la conclusion d'un accord international pour réduire les émissions de CO2 au sommet de l'ONU sur le climat à Paris en décembre 2015.


Romandie 16/1/2015
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Climat: 2014, année la plus chaude jamais enregistrée confirme l'ONU   Lun 2 Fév - 13:22

Genève - L'année 2014 aura bien été la plus chaude jamais enregistrée sur la terre, une tendance qui se poursuit, a confirmé lundi l'Organisation météorologique mondiale (OMM), une institution spécialisée des Nations Unies dont le siège est à Genève.

La température moyenne de l'air l'an dernier à la surface du globe a ainsi dépassé de 0,57 degré Celsius la moyenne calculée pour la période de référence 1961-1990, qui est de 14,00 degrés, dépassant les pics de 2010 (0,55 degré au-dessus) et 2005 (0,54 degré), selon l'OMM.

Notre siècle compte 14 des 15 années les plus chaudes. Nous tablons sur une poursuite du réchauffement mondial, car la croissance des concentrations de gaz à effet de serre dans l'atmosphère et l'augmentation de l'enthalpie des océans nous vouent à un avenir plus chaud, a indiqué son secrétaire général, Michel Jarraud.

La tendance globale au réchauffement est plus importante que le classement de telle ou telle année, a-t-il ajouté, précisant qu'il ressort de l'analyse des jeux de données que 2014 est, en regard des valeurs nominales, l'année la plus chaude jamais observée, bien qu'il y ait très peu de différence entre les trois années les plus chaudes.

L'organisation météorologique a calculé qu'environ 93% de la chaleur piégée dans l'atmosphère par les gaz à effet de serre provenant de l'exploitation des combustibles fossiles et autres activités humaines est stockée dans les océans. Ces derniers jouent donc un rôle primordial en terme de régulation thermique du système climatique mondial. La température moyenne à la surface des océans a atteint de nouveaux records en 2014, a prévenu l'OMM.

Toutefois, l'organisme rappelle que ce pic de chaleur en 2014 s'est produit en l'absence d'un véritable épisode El Niño, un phénomène qui réchauffe le climat survenant lorsque des températures de surface de la mer plus élevées que la normale dans l'est du Pacifique tropical interagissent avec les systèmes de pression atmosphériques.

Selon M. Jarraud, les phénomènes de vagues de chaleur records associées à des pluies torrentielles et des inondations de grande ampleur dans certains pays, tandis que d'autres ont souffert de la sécheresse, s'inscrivent dans la logique d'un climat en évolution.

Il est plus que jamais nécessaire de disposer de services météorologiques et climatologiques fiables pour renforcer la résilience des populations et aider pays et collectivités à s'adapter à un climat qui évolue rapidement et qui, dans de nombreuses régions, devient moins bienfaisant, a-t-il déclaré.

L'OMM a publié son analyse des températures mondiales dans la perspective des négociations annuelles sur le changement climatique, qui auront lieu à Genève du 9 au 14 février. Ces pourparlers aideront les parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques à adopter un accord à Paris, en décembre prochain.


Romandie 2/2/2015
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Février 2015 a été le deuxième mois le plus chaud sur la planète   Ven 20 Mar - 0:09

Sur les douze derniers mois, six ont battu leur record de température...

L'année 2015 va-t-elle être encore plus chaude que 2014 ? Les relevés de températures de ce début d'année sont alarmants. Après janvier, qui a battu des records, février a été le deuxième mois de février le plus chaud sur la planète depuis le début des relevés de températures en 1880 par l'Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA).


L'agence, qui enregistre les températures sur Terre depuis 135 ans, précise que les deux premiers mois de cette année combinés ont été les plus chauds jamais enregistrés. L'année 2014 avait déjà connu la température moyenne la plus élevée dans les annales, avec plusieurs mois aux températures records. Résultat, sur les douze derniers mois, six ont battu leur record historique. Les gaz à effet de serre sont désignés coupables par les climatologues qui estiment que seule une réduction conséquente de ces gaz pourrait endiguer le phénomène.

La NOAA a également relevé des événements climatiques ainsi que des anomalies pour le mois de février 2015. Voir infographie ci-dessous. Voir ICI le rapport complet et détaillé (en anglais).




Francetv info 19/3/2015 NOAA
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: L'année 2015 tient le record du mois de mars le plus chaud depuis 1880   Jeu 23 Avr - 18:22

Le premier trimestre a aussi été le plus chaud jamais enregistré depuis le début des relevés.

L'année a tout juste commencé, mais tient déjà un record de chaleur. Le mois de mars 2015 a été le plus chaud de tous les mois de mars depuis le début des relevés des températures en 1880, annonce l'Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA), vendredi 17 avril.

 Pendant le mois de mars, la température moyenne à la surface des terres et des océans a été de 0,85°C au-dessus de celle du 20e siècle, selon l'Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA). (KRISTIANBELL / ROOM RF / GETTY IMAGES)

"Pendant le mois de mars, la température moyenne à la surface des terres et des océans a été de 0,85 °C au-dessus de celle du 20ème siècle", précise l'Agence dans un rapport (en anglais). "C'est la température moyenne la plus élevée pour un mois de mars depuis 1880, elle surpasse le précédent record établi en 2010 de 0,05 °C", poursuivent les scientifiques.

En outre, la période allant de janvier à mars a également été la plus chaude jamais enregistrée, note le NOAA. Sur les trois premiers mois de l'année, la température moyenne a en effet été de 0,82° C plus chaude que celle du 20ème siècle. Le précédent record pour cette période datait de 2002.


Francetv info 17/4/2015
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Record de chaleur en juin sur le globe depuis la fin du XIXème siècle   Mar 21 Juil - 16:39

Juin 2015 a été le plus chaud pour ce mois sur le globe depuis le début des relevés de températures en 1880, selon l'administration américaine. La température moyenne à la surface des terres et des océans a été 0,88 degré au-dessus de la moyenne du XXème siècle.

Les six premiers mois de l'année ont également été marqués par une température record pour cette période, ce qui montre que le réchauffement climatique se poursuit sans répit. Ainsi de janvier à juin 2015, la température moyenne a été de 0,85 degré Celsius supérieure à la moyenne du XXème siècle, indique l'Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA).

Le précédent record de température pour un mois de juin remontait à 2014. Celui des six premiers mois de l'année à 2010. L'année 2014 avait quant à elle été l'année la plus chaude jamais enregistrée.

En juin, l'étendue des glaces arctiques a été de 906'495 km2, soit 7,7% au-dessous de la moyenne de la période 1981-2015. Il s'agit de la troisième plus faible superficie des glaces arctiques pour un mois de juin depuis 1979, qui a marqué le début des observations par satellites.

Dans l'Antarctique, la surface des glaces a représenté 984'195 km2, soit 7,2% au-dessus de la moyenne de la période 1981-2010.


Selon un rapport international sur "l'Etat du climat" publié le 16 juillet par la NOAA, les gaz à effet de serre émis dans l'atmosphère (dioxyde de carbone, méthane...) qui sont l'origine du changement climatique ont atteint des concentrations record en 2014.


Romandie 21/7/2015
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Juillet et les 7 premiers mois de 2015, les plus chauds dans les annales   Ven 21 Aoû - 19:49

Washington - Juillet et les sept premiers mois de 2015 ont été les plus chauds jamais enregistrés à la surface du globe depuis le début des relevés de températures en 1880, a annoncé jeudi l'Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA).

Non seulement juillet a battu un record de chaleur sur la Terre pour ce mois depuis plus d'un siècle mais la température y a également été au plus haut de tous les mois pour la période 1880-2015, a souligné la NOAA dans un communiqué.

 Les principaux événements climatiques et anomalies relevés pour juillet 2015. (c) NOAA

La température moyenne combinée à la surface des terres et des océans en juillet 2015 s'est située 0,81°C au-dessus de la moyenne du 20ème siècle (15,8°C), surpassant de 0,08 degré le précédent record établi en juillet 1998.

Juillet qui est normalement le mois le plus chaud de l'année globalement a été cette année avec une température globale de 16,61°C le plus chaud de tous les 1.627 mois depuis janvier 1880.

La température en juillet augmente actuellement de 0,65 degré C en moyenne par siècle, précise la NOAA.



Romandie 20/8/2015
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Pourquoi des températures record en juillet ?   Lun 24 Aoû - 11:48

Ce mois a été exceptionnellement chaud : record absolu à l’échelle mondiale et troisième mois de juillet le plus chaud en France. Et pourtant, il a aussi fait froid par moments ! L’analyse de François Jobard, prévisionniste à Météo France.

Question : Juillet 2015 : ce mois deviendra-t-il une référence de chaleur ?

Réponse : Oui, c’est un mois exceptionnel. D’après la NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration, l’agence météorologique américaine) et l’Agence météorologique japonaise, ce fut le mois le plus chaud, tous mois confondus, à l’échelle mondiale depuis qu’existent les mesures [et les sept premiers mois de l'années ont été également les plus chauds jamais enregistrés, NDLR]. En France, c’est le troisième plus chaud après 2006 et 1983. En Espagne, ce fut le mois le plus chaud jamais enregistré, tous mois confondus. En Italie, ce fut le mois de juillet le plus chaud de l’histoire, et le deuxième mois le plus chaud, tous mois confondus, juste derrière août 2003.

 Probabilité d'anomalies de température prévues pour le trimestre août/septembre/octobre par la moyenne des modèles de l'ensemble EUROSIP (Météo-France, Centre Européen de Prévision Météorologique à Moyen Terme, Met Office, National Centers for Environmental Prediction). Du bleu clair au bleu foncé, les zones où les températures devraient être inférieures à la normale. Du jaune au rouge, celles où elles devraient être supérieures à la normale. En blanc, les zones où aucun scénario chaud ou froid ne prédomine. © ECMWF/Met Office/Meteo-France/NCEP ASO 2015

Q : Comment l’expliquer ?

R : D’un point de vue global, il y a un événement El Niño très fort actuellement. Ce phénomène climatique se caractérise par des eaux plus chaudes dans le Pacifique qui relarguent de la chaleur dans l’atmosphère. Il s’accompagne de conditions très sèches en Australie, de typhons très intenses sur le Pacifique et de pluies plus fortes en Californie, et sur la côte ouest de l’Amérique du Sud. Par ailleurs, toujours à l'échelle mondiale, la température moyenne a tendance à être anormalement élevée pendant les années concernées par ces épisodes. Enfin, cela se produit alors que nous sommes dans un contexte de réchauffement climatique.

Q : Mais l’influence d’El Niño en Europe n’est-elle pas négligeable ?

R : En effet, il serait hasardeux de faire un lien direct entre El Niño et les chaleurs que nous avons vécues en Europe. Les deux épisodes caniculaires que nous avons connus en juillet s’expliquent par une configuration atmosphérique particulière. D’abord une dépression sur l’Atlantique qui plongeait à des latitudes très basses. Et, au contraire, un maximum très élevé de hautes pressions du Maroc à l’Europe centrale. Ce dipôle s’est conjugué à l’existence de masses d’air très chaudes en Afrique du Nord. Un vent du sud a fait remonter cet air tropical sur l’Europe de l’Ouest pendant plusieurs jours.

Q : Cette configuration est-elle exceptionnelle ?

R : Non, ce n’est pas rare en été. Ce qui l’est, c’est d’avoir une masse d’air aussi chaude en Afrique du Nord et en Espagne, où la chaleur s’est en quelque sorte accumulée plus que d’habitude depuis le mois de mai. De nombreux records de chaleur ont été ainsi pulvérisés le jeudi de l’Ascension en Espagne, jusqu’à 45°C le 14 mai ! C’est elle qui a fait que l’on a battu des records de chaleur en altitude. Les mesures de référence à 1500 m ont atteint des niveaux inédits. Le fait d’avoir des masses d’air chaud « de plus en plus chaud » est cohérent avec le réchauffement global.

Q : On a ressenti des variations de températures brutales, gagnant ou perdant 10 ou 20 degrés en quelques jours : est-ce exceptionnel ?

R : Non, ces variations sont classiques. Et dans un mois de juillet très chaud, on a aussi enregistré ponctuellement des températures très basses, notamment au nord de la Loire — par exemple 2 °C à Reims les matins des 30 et 31. Ces variations qui nous paraissent brutales ont toujours existé, et ce en toutes saisons. Elles sont le fruit du jeu des masses d’air et de la variabilité météorologique. En quelques jours on passe de l’influence d’une masse d’air d’Afrique du Nord aux caractéristiques tropicales à une autre provenant de l’Atlantique Nord aux caractéristiques polaires maritimes. Il « suffit » pour cela qu’un vent du sud tourne au nord-ouest dans un contexte où des masses d’air très différentes sont à proximité. Ce qui était justement le cas.

Q : Ce début d’été très chaud aura-t-il une influence sur les températures des prochains mois ?

R : El Niño pourrait se renforcer, et 2015 a de grandes chances d’être l’année la plus chaude jamais enregistrée. En Europe, les fortes températures de juillet n’ont aucune raison d’impacter celles des mois suivants. Météo France fait des prévisions saisonnières à partir notamment des températures de surface des océans, et celles-ci allaient tout de même dans le sens d’un trimestre août/septembre/octobre plus chaud que la normale en France métropolitaine.


Sciences et avenir 21/8/2015
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: A quoi ressemble 2015, l'année la plus chaude jamais enregistrée ?   Lun 24 Aoû - 13:32

Sur les sept premiers mois de 2015, jamais des températures aussi élevées n'avaient été enregistrées dans le monde.

Juillet et, plus globalement, les sept premiers mois de 2015 ont été les plus chauds jamais enregistrés à la surface du globe depuis le début des relevés de températures en 1880. Juillet a non seulement battu un record de chaleur sur la Terre pour ce mois depuis plus d'un siècle, mais "la température y a également été au plus haut de tous les mois pour la période 1880-2015", a souligné l'Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA) dans un communiqué publié jeudi 20 août.

A 16,61 °C, la température moyenne combinée à la surface des terres et des océans en juillet 2015 s'est située 0,81 °C au-dessus de la moyenne du XXe siècle (15,8 °C), surpassant de 0,08 degré le précédent record établi en juillet 1998.

A moins de quatre mois du sommet sur le climat COP 21, à Paris, dont l'objectif est de trouver un accord entre nations pour limiter la hausse des températures à deux degrés d'ici 2100, ces derniers relevés "approchent, à l'échelle mondiale, les maximums observés sur Terre ces 11 000 dernières années (depuis que l'homme a développé l'agriculture)", explique le météorologue américain Eric Holthaus sur son blog hébergé par Slate.com.

Sécheresse, canicule, inondation, fonte des glaces… Partout dans le monde, l'augmentation des températures a de lourdes conséquences. En voici quelques-unes.

 En France, juillet 2015 a enregistré une hausse de 2 °C par rapport à la normale, devenant le troisième mois de juillet le plus chaud depuis 1900, selon Météo France. Mercredi 1er juillet, la température a approché les 40 °C à Paris avec un pic de 39,7 °C poussant les Parisiens à traquer les points d'eau, comme ici, au Trocadéro, en face de la tour Eiffel. CHESNOT / GETTY IMAGES EUROPE

 Le même jour, de l'autre côté de la Manche, les Britanniques vivent également un record de chaleur. A Londres, les fans de tennis suivent les matchs de Wimbledon sous le soleil. Le quotidien "The Guardian" a organisé une couverture en direct sur le web pour informer les internautes du déroulement de cette journée, mais ce dernier doit être brièvement interrompu vers 16 heures. Les serveurs qui permettent au site de fonctionner sont tombés en panne... à cause de la chaleur. KARWAI TANG / WIREIMAGE / GETTY IMAGES

 La canicule de début juillet a entraîné plus de 410 décès supplémentaires en Belgique, causant "un pic de mortalité intense", selon l'Institut scientifique de santé publique (ISP). Si tous les groupes d'âge ont été concernés, les personnes âgées de 85 ans et plus ont payé le plus lourd tribut avec 33% de surmortalité. Dans cette maison de retraite de Grimbergen, le 2 juillet, les résidents sont invités à se rafraîchir dans la salle commune. YVES HERMAN / REUTERS

 La canicule a aussi frappé l'Allemagne, poussant les habitants sur la côte et au bord des lacs, comme ici, près de Haltern. Le week-end des 4 et 5 juillet, le thermomètre atteint les 40,3 °C. Un record. Au moins douze personnes se sont noyées dans les lacs du pays ce week-end-là. INA FASSBENDER / REUTERS

 A Dresde, toujours en Allemagne, impossible de se baigner. Sur cette photo datée du 11 août, les eaux de l'Elbe ont disparu, laissant les péniches sur les cailloux. REUTERS

 En Californie, cela fait quatre ans que la sécheresse sévit. Cette année, les relevés topographiques de l'Agence spatiale américaine, indiqués dans un rapport publié mercredi 19 août, montrent que, dans la vallée de San Joaquin, dans le centre de la Californie, l'affaissement des sols dû au pompage dans la nappe phréatique atteint jusqu'à 5 cm par mois. Cette baisse de niveau, souligne le département des ressources hydriques de Californie, pourrait endommager des ponts, des routes ou des aqueducs. En attendant, ce champ d'amandiers de la région, photographié en mai, souffre déjà. LUCY NICHOLSON / REUTERS

 En France, la sécheresse a entraîné de graves incendies dans tout le sud du pays. A Saint-Jean-d'Illac (Gironde), 580 hectares ont brûlé en quatre jours. Cet homme rentre chez lui, le 28 juillet, après avoir été évacué. MEHDI FEDOUACH / AFP

 En Californie, un feu a ravagé plus de 1 400 hectares dans la région de Victorville, le 18 juillet 2015. En août, on recense près de 30 000 pompiers et membres des secours mobilisés pour combattre le feu dans une dizaine d'Etats, principalement dans l'Ouest. Les flammes ont déjà dévoré depuis le début de l'année une superficie équivalente à deux fois la région Ile-de-France. DAVID MCNEW / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

 Surnommé le "Rocky Fire", cet incendie, déclaré dans la région de Clearlake, en Californie, est le plus destructeur survenu cette année dans la région. Depuis le 29 juillet, il a détruit plus de 281 km2. En plus des pompiers, l'armée a été réquisitionnée pour le combattre. JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

 Pour lutter contre la sécheresse qui frappe la région de Dalian, dans le nord-est de la Chine, des techniciens de l'agence météorologique chinoise ont une solution : ils lancent des roquettes pour provoquer des précipitations, comme ici le 30 juillet 2015. Cela s'appelle l’ensemencement des nuages et consiste à modifier le climat en relâchant des aérosols dans les nuages afin d’augmenter la condensation de la vapeur d'eau en eau liquide. ZHANG CHUNLEI / XINHUA / AFP

 Le Moyen-Orient souffre particulièrement de cette année très chaude. En Iran, le 3 août, le thermomètre est monté jusqu'à 74 °C, l'une des températures les plus élevées jamais enregistrées. En Irak, le gouvernement a dû décréter un jour férié à la mi-juillet, en raison de la chaleur, tandis que des manifestations ont éclaté début août, les habitants se plaignant des coupures d'électricité liées aux températures. Enfin, le Pakistan a fait face à un épisode caniculaire dévastateur en juillet, obligeant ces habitants de Lahore à se mettre à l'eau. PACIFIC PRESS / LIGHTROCKET / GETTY IMAGES

 Des habitants de Karachi, toujours au Pakistan, viennent chercher un peu de fraîcheur dans une mosquée de la ville, alors que le pays fait face à la canicule, en plein mois de Ramadan, le 20 juin 2015. CITIZENSIDE / SYED RIZWAN ALI / CITIZENSIDE.COM / AFP

 En une semaine de canicule, au mois de juin, plus de 1 150 personnes sont mortes au Pakistan, notamment à la suite d'insolations. Dans cette morgue de Karachi, des volontaires entassent les corps des victimes, le 22 juin 2015. SHAKIL ADIL / AP / SIPA

 Le mois précédent, c'est l'Inde qui avait été frappée par la canicule. Si la chaleur cause la mort de plusieurs centaines de personnes chaque année dans le pays, 2015 est la deuxième année la plus meurtrière de l'histoire du pays et la cinquième la plus fatale sur l'ensemble de la planète : 2 200 Indiens sont morts. L'asphalte a fondu sous l'effet de la chaleur, à New Delhi, sur cette photo datée du 27 mai 2015. MAXPPP

 Cette carte de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) indique en rouge les zones qui ont connu un record de température en juillet 2015. NOAA




Francetv info 24/8/2015
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Le mois dernier (août) a été le mois d'août le plus chaud jamais mesuré   Ven 18 Sep - 10:40

Le mois dernier a été le mois d'août le plus chaud jamais enregistré sur la planète depuis le début des relevés de température en 1880, a annoncé jeudi l'Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA) (en anglais).

La température à la surface des océans a même été la plus élevée jamais enregistrée, a également indiqué la NOAA (National Oceanographic and Atmospheric Administration). Elle se situe 0,78°C au-dessus de la moyenne du 20ème siècle et bat de 0,04°C le record de juillet.

Juillet avait battu le record de chaleur sur un mois depuis 1880 à la surface des terres et des océans. Août a été le sixième mois en 2015 à battre un record de température mensuelle à la surface du globe après février, mars, mai, juin et juillet, a encore précisé l'agence.

 Sélection d'événements climatiques et des anomalies relevés pour Août 2015 par la NOAA. A noter, l'Europe a connu des températures de +2,3° supérieures à la moyenne.

En août, la température moyenne sur les terres et les océans était 1,14°C au-dessus de la moyenne du 20ème siècle, ce qui en fait le troisième mois le plus chaud dans les annales. Le précédent record pour ce mois remontait à 1998, avec une température dépassant de 0,13°C la moyenne pour ce mois depuis 1880. Voir le rapport complet (en anglais) établi pour le mois d'août 2015 par la NOAA.

Le mercure a atteint des records plus particulièrement en Amérique du Sud, dans certaines parties de l'Afrique, au Moyen-Orient, en Europe et en Asie.

Le fait que la température ait atteint un record en août à la surface des océans peut s'expliquer par la présence du courant chaud équatorial du Pacifique El Nino, réapparu en mars. Selon les dernières prévisions de la NOAA, il y a plus de 90% de chances qu'El Nino persiste dans l'hémisphère nord jusqu'en mars 2016.

En août, l'étendue des glaces arctiques a été 22,3% en dessous de la moyenne de la période 1981-2010, ce qui en a fait la quatrième plus faible superficie de la banquise arctique pour ce mois depuis 1979, date à laquelle les observations par satellite ont commencé. Dans l'Antarctique, la surface des glaces a été le mois dernier 0,5% inférieure à la moyenne de la période 1981-2010.

Les gaz à effet de serre émis dans l'atmosphère (CO2, méthane, etc.), qui contribuent à ce réchauffement, ont atteint des concentrations record en 2014, selon un rapport international publié en juillet par la NOAA.

Le Giec, un groupe d'experts internationaux du climat, a montré que "la température à la surface du globe a crû de près d'un degré Celsius depuis le début du 20ème siècle, et jusqu'à 2,5°C dans certaines parties d'Afrique, d'Asie, d'Amérique du Nord et du Sud".




Romandie 18/9/2015
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
BelleMuezza
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 12462
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Le mois dernier a été le mois de septembre le plus chaud jamais enregistré   Mer 21 Oct - 23:50

Washington (AFP) - Le mois dernier a été le mois de septembre le plus chaud sur la planète enregistré depuis le début des relevés de températures en 1880, a annoncé mercredi l'Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA).


 Cette carte montre une sélection d'anomalies climatiques relevées en septembre 2015. (c) NOAA

"La période recoupant les neuf premiers mois de l'année, de janvier à septembre, a également été la plus chaude dans les annales", a précisé la NOAA.

Voir le rapport complet : ICI (en anglais)


Sciences et avenir 21/10/2015
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: #Climat : La #hausse de la #température moyenne sur #Terre va atteindre pour la première fois + 1°C en 2015    Lun 9 Nov - 19:00

Ce chiffre est atteint alors que les chefs d'Etat se réunissent du 30 novembre au 11 décembre dans le cadre de la COP 21 pour tenter de limiter le réchauffement climatique à deux degrés.

La hausse de la température moyenne à la surface de la Terre devrait atteindre pour la première fois + 1°C en 2015 par rapport à l'ère pré-industrielle, selon une estimation publiée par l'Office météorologique britannique lundi 9 novembre

 Depuis 2014, la température moyenne à la surface du globe est tout à fait en ligne avec les prévisions du GIEC. La fin d’année 2015 pourrait même être au-dessus ...Infographie Global climat / NOAA

Cette estimation est basée sur les données de Janvier à Septembre, via l'ensemble de données HadCRUT géré conjointement par l'Unité de recherche climatique du Met Office et de l'Université d'East Anglia montre que la température mondiale moyenne en 2,015 est de 1,02 ° C (± 0,11 ° C) au-dessus des niveaux pré-industriels. Le phénomène El Niño particulièrement fort n'est pas étranger à cette situation inédite.

«Nous avons eu des événements naturels similaires dans le passé, mais c'est la première fois que nous sommes prêts à atteindre le marqueur C +1 ° et il est clair que l'influence humaine conduit notre climat moderne en territoire inconnu". Les premières indications suggèrent que 2016 sera tout aussi chaud... S'il est  difficile de dire exactement ce qui se passera  après, on peut cependant s'attendre à ce que le réchauffement continue à plus long terme.

Peter Stott, chef de la surveillance du climat (Head of Climate Monitoring and Attribution), a déclaré: «Cette année marque une grande première, mais cela ne signifie pas nécessairement que chaque année à partir de maintenant sera dans le même cas de figure. Il faut tenir compte de la variabilité naturelle qui joue encore un rôle dans la détermination de la température dans une année donnée.



Lire la totalité de l'article ICI.



Francetv info 9/11/2015
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: #Climat : l’année #2015 en passe de battre des #records de chaleur   Ven 20 Nov - 16:45

L'année 2015 pourrait devenir la plus chaude jamais enregistrée. C'est le constat fait par des scientifiques américains à quelques jours de la conférence sur le climat à Paris. La période de janvier à octobre a en effet été la plus chaude depuis 1880, battant même le record établi l'an dernier de 0,12°C.


C'est le mois d'octobre qui a été le plus chaud depuis le début des relevés de températures, mais ce mois de novembre pourrait bien battre le record. "C'est vraiment agréable", confie une jeune femme au micro de France 2. "On apprécie vraiment", commente une autre assise sur un banc dans un parc. La hausse des températures inquiète les scientifiques. Objectif de la COP 21 qui commence le 30 novembre : trouver un accord mondial pour limiter le réchauffement de la planète à 2°C par rapport à l'ère pré-industrielle.


Francetv info 19/11/2015
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: #ONU: #2015 pourrait être l'#année la #plus_chaude jamais enregistrée   Mer 25 Nov - 14:48

Genève - 2015 pourrait être l'année la plus chaude jamais enregistrée et la température moyenne en surface pourrait passer le seuil symbolique des 1°C de réchauffement depuis l'ère préindustrielle (1880-1899), indique mercredi un rapport de l'Organisation météorologique mondiale (OMM).

La tendance qui se dessine pour 2015 laisse supposer que cette année sera très probablement la plus chaude jamais constatée, déclare l'agence basée à Genève. Et la température moyenne à la surface du globe franchira sans doute le seuil aussi symbolique que significatif que constitue un réchauffement de 1 degré Celsius par rapport à l'époque préindustrielle, ajoute l'OMM.

 Anomalies de la température moyenne annuelle à la surface du globe calculées à partir des jeux de données HadCRUT4.4.0.0 (ligne noire et zone grise indiquant la marge d'incertitude avec un seuil de confiance de 95 %), GISTEMP (ligne bleue) et NOAAGlobalTemp (ligne orange). La moyenne pour 2015 est provisoire car elle ne porte que sur les 10 premiers mois de l'année. Source: Centre Hadley du Met Office.

Dans son rapport diffusé à une semaine de la conférence sur le climat COP21 à Paris, l'OMM indique également que les années 2011 à 2015 représentent la période de cinq ans la plus chaude jamais enregistrée, de nombreux phénomènes météorologiques extrêmes - en particulier les vagues de chaleur - étant influencés par le changement climatique.

L'état du climat mondial en 2015 fera date pour un certain nombre de raisons, a déclaré le Secrétaire général de l'OMM, Michel Jarraud :

 Anomalies de la température moyenne annuelle à l'échelle du globe (par rapport à la période 1961–1990) entre 1950 et 2014, correspondant à la moyenne de trois jeux de données sur la température mondiale (HadCRUT.4.4.0.0, GISTEMP et NOAAGlobalTemp). L'anomalie pour 2015 porte sur la période janvier–octobre. Les années à Niño sont signalées en rouge, les années à Niña en bleu et les années «neutres» en gris. Les marges d'incertitude ne sont pas indiquées; elles avoisinent 0,1 °C.

- Les concentrations de gaz à effet de serre dans l'atmosphère ont atteint de nouveaux pics: au printemps boréal 2015, pour la première fois, 

- la teneur de l'atmosphère en CO2 a franchi la barre des 400 parties par million en moyenne mondiale. 

- L'année 2015 sera probablement la plus chaude jamais enregistrée

- les températures de surface de la mer atteignant des niveaux sans précédent depuis qu'il existe des observations. 

- La barre des 1 °C de réchauffement sera sans doute franchie, a-t-il précisé. 

Tristes nouvelles pour notre planète.

Il est possible de limiter les émissions de gaz à effet de serre, qui sont à l'origine du changement climatique. Nous disposons des connaissances et des outils nécessaires pour agir. Nous avons le choix, ce qui ne sera pas le cas des générations futures, a encore déclaré M. Jarraud.

 Anomalies de la température moyenne de la période janvier-octobre 2015, d'après le jeu de données HadCRUT.4.4.0.0. Les croix (+) désignent des températures supérieures au 90ème percentile, c'est-à-dire anormalement élevées, et les tirets (-) des températures inférieures au 10ème percentile, c'est-à-dire anormalement basses. Les grandes croix et les grands tirets correspondent à des températures situées en dehors de la fourchette comprise entre le 2ème et le 98ème percentile. Source: Centre Hadley du Met Office.

Il a mis l'accent sur l'existence actuellement d'un puissant épisode El Niño, un courant équatorial chaud du Pacifique, qui ne cesse de gagner en intensité. Ce phénomène influe sur les régimes météorologiques dans de nombreuses régions du monde, et explique la chaleur exceptionnelle que nous avons connue en octobre. Il devrait continuer de réchauffer la planète jusqu'en 2016, a-t-il précisé.

Par ailleurs, une estimation préliminaire portant sur la période de janvier à octobre 2015 montre que la température moyenne sur la surface du globe pour les dix premiers mois de l'année présente une anomalie positive de quelque 0,73 °C par rapport à la normale calculée pour la période 1961-1990 (température moyenne de14,0 °C), soit environ 1 °C de plus que durant les années 1880-1899 de l'ère préindustrielle, selon le rapport de l'OMM.


Romandie 25/11/2015
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: #Suisse : Le troisième mois de #novembre le plus chaud depuis 1864   Sam 28 Nov - 13:34

La Suisse a vécu son troisième mois de novembre le plus chaud depuis le début des mesures en 1864 et l'un des plus ensoleillés. La température mensuelle a dépassé de 2,6 degrés la moyenne établie sur les années 1981 à 2010.

Les 20 premiers jours du mois ont généralement été marqués par des déplacements d'air chaud depuis le sud-ouest ou l'ouest tandis que le soleil a souvent brillé, indique vendredi Météosuisse sur son blog. Jamais la Ville de Lucerne n'avait enregistré un mois de novembre aussi ensoleillé depuis le début du relevé en 1961.

Durant cette même période, la température moyenne journalière au Nord des Alpes s'est située entre 5 et 11 degrés de plus que la norme 1981-2010, tandis qu'en montagne elle l'a souvent dépassée de 10, voire 12 degrés.

La deuxième semaine de novembre a été particulièrement douce. Au Gütsch, dans la région du Gothard (environ 2300 mètres), des températures maximales entre 10 et 15 degrés ont été relevées. De telles mesures ne sont d'ordinaire relevées qu'en été.

Vingt-huit stations ont enregistré de nouveaux records pour le mois de novembre. Le 12 novembre, la station du Grand-Saint-Bernard (2470m) a relevé 11,9 degrés, soit 2 de plus que son précédent record en 1977. A Cimetta au-dessus de Locarno (1660m), il a fait 20,3 degrés le 10 novembre, soit 3 de plus que le record de 1992.

L’année passée déjà, novembre avait été très doux avec un excédent thermique de 3,1 degrés. Mais c'est novembre 1994 qui détient toujours le record de douceur avec une température de 3,3 degrés au-dessus de la norme.



Romandie 27/11/2015
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: #Décembre_2015 le plus #chaud jamais enregistré aux #Etats_Unis (météorologues)    Ven 8 Jan - 1:42

Washington (AFP) - Décembre dernier a été le mois de décembre le plus chaud jamais enregistré aux Etats-Unis et l'ensemble de 2015 a été la seconde année la plus chaude, a annoncé jeudi l'Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA).

 Des cerisiers en fleurs en face du Washington Monument, le 2 janvier 2016 à Washington (c) Afp

"Décembre 2015 a battu un record de chaleur pour les Etats-Unis continentaux avec une température de 3,3 degrés Celsius au-dessus de la moyenne du 20ème siècle, brisant le précédent record" de 1939, avec 3,16 degrés de plus que la moyenne, a précisé la NOAA.
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 65
Localisation : Essonnes

MessageSujet: #France_2015 : Troisième année la plus chaude en France depuis 1900 (#Réchauffement_climatique )   Ven 8 Jan - 1:54

Paris (AFP) - Décembre n'a jamais été aussi doux dans l'Hexagone depuis 1900 et 2015 est la troisième année la plus chaude, derrière 2014 et 2011 avec une température moyenne de 13,5°C, selon un bilan partiel de Météo-France publié lundi.

"2015 se place au 3ème rang des années les plus chaudes" avec une moyenne de 1°C au-dessus de la normale, indique un communiqué de Météo-France. La normale saisonnière correspond à la moyenne au cours de la période 1981-2010. La température moyenne de l'année écoulée a été 13,5°C, a précisé Christine Berne, climatologue à Météo France, alors qu'elle avait été de 13,8° en 2014 et de 13,6 en 2011.

 Evolution des températures moyennes en France de 1900 à 2015 (89x67mm) (c) Afp

Signe d'une tendance lourde au réchauffement: les dix années les plus chaudes enregistrées en France depuis 1900 sont toutes comprises entre 1990 et 2015. Après 2014, 2011 et 2015, il y a dans l'ordre 2003, 1994, 2006, 2002, 2000, 1997, 1990. "Les moyennes mensuelles et annuelles sont calculées à partir de stations météo installées dans une trentaine de villes en France, au même endroit depuis 1900, d'où une grande fiabilité des données", selon Christine Berne.

"Nous l'oublions rapidement mais tous les mois de 2015 n'ont pas été chauds, comme septembre et octobre qui ont été plus frais que d'habitude", poursuit la scientifique. "Mais ce qui a fait basculer 2015 dans les années très chaudes, c'est vraiment novembre et décembre", a-t-elle ajouté.

Le dernier mois de l'année a même constitué un record dans l'Hexagone avec des températures moyennes ayant dépassé la normale de 3,9°C, un écart énorme. "En décembre, il n'y a pas eu tant de records que ça, c'est plutôt la durée de la douceur qui a été surprenante avec constamment des écarts de plusieurs degrés avec les normales saisonnières", toujours selon Mme Berne.

Météo France évoque "des températures printanières, supérieures aux valeurs habituelles d'un mois de mars, mesurées régulièrement", au cours du dernier mois de 2015.

Le 20 décembre, il a par exemple fait 21°C à Biarritz et 15°C à Paris. La veille, le mercure avait grimpé jusqu'à 16,4° au Touquet.

Novembre a été le 3e mois de novembre le plus chaud.

Corollaire de cette douceur: un nombre de jours de gel divisé par deux ou trois dans de nombreuses régions. En Ile-de-France, il n'a pas gelé du tout en décembre! Contre une dizaine de jours habituellement. Même scénario à Strasbourg (6 jours de gel contre 14), Besançon (8 au lieu de 15), Clermont-Ferrand (6 au lieu de 14).

A l'inverse, l'ensoleillement a été plus de deux fois supérieur à Orléans, Grenoble, Auch ou Besançon. Les habitants d'Ambérieux (Ain) ont même bénéficié de 140 heures d'ensoleillement contre 50 heures normalement et les Parisiens de 91 heures contre 51 heures.

Météo-France a également précisé que la pluviométrie avait été "déficitaire de 10% sur la quasi-totalité du pays, plaçant 2015 parmi les 10 années les plus sèches depuis plus de 50 ans". Un bilan plus complet sur l'année 2015 doit être publié cette semaine.

Au niveau mondial, 2015 pourrait être l'année la plus chaude jamais enregistrée depuis l'ère pré-industrielle.

Alors que 2014 avait battu un record mondial, les températures mesurées de janvier à novembre ont déjà franchi un nouveau seuil, selon les experts de l'Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA). Les résultats définitifs pour 2015 au niveau mondial sont attendus courant janvier. Le franchissement du seuil symbolique de 1°C par rapport à l'ère pré-industrielle devrait être franchi, prédisent les scientifiques, qui mettent en avant les effets conjugués du réchauffement climatique et d'un puissant épisode El Niño cette année dans le Pacifique.


Sciences et avenir 4/1/2015
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les mois et les années les plus chauds depuis 1880   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les mois et les années les plus chauds depuis 1880
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Quel forfait internet quand on est absent 6 mois de l'année
» Les astuces de tonton: Une pendule personnalisée
» Question de newby sur les ruchettes
» Mes moutons ont la toison trop longue
» mes poules ne pondent plus depuis 6 mois

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LOVE ANIMALIA NATURALIS ENVIRONNEMENTALIS :: INFORMATIONS sur la Nature et l'environnement terrestre et aquatique :: Climat - Changement climatique-
Sauter vers: