LOVE ANIMALIA NATURALIS ENVIRONNEMENTALIS
Bienvenue sur le Forum Love Animalia Naturalis : Actualités, informations et conseils sur les Animaux, la Nature et l'Environnement. Des rubriques exclusives réservées aux membres du forum. Pour satisfaire votre curiosité retrouvez l'actualité ou des conseils et pour satisfaire la nôtre, nous serons heureux de lire les vôtres! Toutes les personnes de 10 ans et plus, partageant ces centres d'intérêts sont les bienvenues.

LOVE ANIMALIA NATURALIS ENVIRONNEMENTALIS

Animaux, Nature et Environnement : Actualités, Informations et Conseils
AccueilPortailS'enregistrerConnexion
Vous avez des photos sur les animaux, la nature et l'environnement ? Si vous êtes prêts à nous offrir l'une d'elles... Ecrivez un message à l'un des administrateurs. Merci

Partagez | 
 

 Un steak cultivé en laboratoire à partir de cellules souches

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
BelleMuezza
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 12462
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: Un steak cultivé en laboratoire à partir de cellules souches   Jeu 1 Aoû - 14:36

Dès la semaine prochaine, un restaurant londonien proposera à ses clients un steak entièrement cultivé en laboratoire et conçu à partir de cellules souches. Prix de ce plat (pour l’instant) hors norme : 290.000 euros.

A partir de mardi prochain, il sera possible aux clients d’un restaurant londonien de manger un steak entièrement cultivé en laboratoire à partir de cellules souches de bœuf. Pour 290.000 euros les 140 g, seuls les gastronomes richissimes en quête de nouvelles expériences gustatives pourront s’y essayer. Comme l’indique le quotidien britannique The Independent, il s’agit avant toute chose de prouver que la viande "synthétique" n'est pas un mythe, qu’elle existe bel et bien.

Toutefois, le succès de ce plat est loin d’être acquis. Non seulement il s’agit d’une viande artificielle élevée aux hormones et au sérum fœtal de veau (qui n’aura pas plus la côte que les OGM) et en plus son goût reste mystérieux. Jean-François Hocquette, directeur de recherche à l’Inra et spécialiste des herbivores, a expliqué au Figaro que c’est "du muscle, pas de la viande

La viande résulte d'un processus particulier : quand on abat un animal, la chair prend une rigidité cadavérique puis le pH évolue naturellement, déclenchant l'action d'enzymes qui attendrissent la viande". Un travail auquel procèdent les bouchers qui laissent reposer la viande environ deux semaines. De plus lorsqu’on mange un steak traditionnel, on ne se nourrit pas que de muscle mais également de nerfs, de collagène et de gras. Tout cela donne son goût à la viande et explique la différence entre une bavette, une entrecôte ou un rôti, par exemple. 


Le steak qui sera proposé, lui, aura été élaboré en accumulant des milliers de fines lamelles de tissu musculaire produites in vitro explique le biologiste néerlandais Mark Post, de l'université de Maastricht. C’est lui qui, avec son équipe, a développé des cellules souches prélevées sur le cou d'une vache en les plaçant dans un milieu de culture adapté. En quelques jours, les chercheurs ont obtenu une première production de tissu musculaire. M. Post a déjà annoncé une commercialisation d'ici 5 à 10 ans


Toutefois, Jean-François Hocquette a précisé que "personne n'est encore parvenu" à passer à une production industrielle de ce qui se fait depuis des années déjà en laboratoire. "Cela nécessiterait des incubateurs géants qui n'existent pas encore", a-t-il indiqué au Figaro. 


De leur côté, les chercheurs hollandais et américains mettent en avant les avantages de cette méthode par rapport à l'élevage traditionnel qui nécessite énormément d'eau, d'espace, de végétaux et produit beaucoup de CO2, pour un faible rendement en terme de viande. Un argument largement repris par M. Post mais jugé assez simpliste. "Les laboratoires géants nécessaires à la production industrielle vont nécessiter de l'eau, et des énergies fossiles pour les faire fonctionner", a relevé M. Hocquette. 


Aussi, selon l’expert, la meilleure solution pour réduire l'impact environnemental de l'élevage serait tout simplement de  moins manger de viande dans les pays développés en la remplaçant par des protéines végétales.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://www.lane-forumactif.com
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: AVIS sur le premier steak créé in vitro dégusté à Londres   Mar 6 Aoû - 3:11

Londres (AFP) - Il pesait 142 grammes et a coûté 250.000 euros: le premier burger créé in vitro à partir de cellules souches de vache a été cuisiné et dégusté lundi à Londres lors d'un grand barnum célébrant une expérience potentiellement révolutionnaire.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Il pèse 142 grammes et coûte 250.000 euros: le premier burger créé in vitro et fabriqué à partir de cellules souches de vache devait être cuisiné, servi et dégusté lundi à Londres. (c) Afp

Deux goûteurs dûment assermentés, une Autrichienne "chercheuse en tendances culinaires" et l'auteur américain d'un livre sur "les goûts de demain", ont eu l'honneur d'être les premiers à manger en public un steak créé de toutes pièces en laboratoire, cuisiné sous leurs yeux et ceux de son créateur, un scientifique néerlandais de l'université de Maastricht, Mark Post.

Verdict en substance: "goût assez intense", "même texture" et un profil général "proche de la viande" malgré un "manque de gras" certain, ont tranché les deux "volontaires" qui n'ont cependant pas fini leur repas, malgré son coût prohibitif (250.000 euros).

Mark Post, qui a lui-même englouti un petit morceau lors de cette présentation en public et diffusée sur Internet, a tout de même conclu à un "très bon départ" pour son burger, aussitôt surnommé "Frankenburger" par la presse britannique.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien] 

"Frankenburger"

Avec son équipe, il a mis six semaines pour confectionner ce steak à partir de cellules souches de vache cultivées en laboratoire. Ils y ont ajouté de la chapelure, du sel, de la poudre d’œuf ainsi que du jus de betterave et du safran pour la couleur. Le chef cuisinier Richard McGowan a déclaré pendant l'émission qu'il préparait le steak "comme d'habitude" avec de l'huile de tournesol et du beurre dans une poêle.

Si pour l'instant le processus de fabrication complexe rend l'entreprise particulièrement longue et onéreuse, la technologie est censée offrir à l'avenir des solutions à même de régler des "problèmes majeurs pour la planète".

Selon ses concepteurs, qui tablent sur une commercialisation dans un délai de dix à vingt ans, la technologie permettra de répondre à une demande croissante, alors que l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) table sur une augmentation de la production de viande de 229 millions de tonnes en 1999/2000 à 465 millions de tonnes en 2050. Et cela sans les inconvénients de l'élevage industriel qui pollue, demande de grosses quantités d'eau, émet des gaz à effet de serre et mobilise 70% des terres agricoles mondiales.

L’association de défense des droits des animaux Peta a également fait remarquer que la viande in vitro signifierait "la fin des batteries de poulets, des abattoirs et des usines d’élevage".

"Dans vingt ans, on pourra avoir dans nos supermarchés deux produits ayant exactement le même goût et la même apparence. L'un provenant de la vache qui comportera une écotaxe et impliquera que des animaux aient été tués. L'autre venant du labo sans que personne n'ait eu à souffrir et potentiellement moins cher", a résumé Mark Post.

"D'un point de vue écologique et éthique la technologie in vitro ne présente que des avantages", a insisté le chercheur néerlandais, qui a assuré qu'il donnerait à manger "sans hésiter" un tel steak à ses enfants, ne voyant pas comment il pourrait être plus nocif que de la viande normale "puisqu'en fin de compte c'est de la viande normale".

Au contraire, l'absence de gras, séparé de la chair au début du processus, et le choix de la "bonne" cellule au départ offrent la possibilité d'une nourriture plus saine que la "vraie".

Parmi les critiques, Tara Garnett, directrice du département de recherche sur la nourriture à l'Université d'Oxford, a estimé que le problème est ailleurs. "On a 1,4 milliard de personnes sur la planète qui sont obèses ou en surpoids et en même temps 1 milliard qui se couche avec le ventre vide. La solution n'est pas simplement de produire plus mais de changer notre système d'approvisionnement et le prix de la nourriture", a-t-elle déclaré à la BBC.

Sergey Brin, co-fondateur de Google qui a financé le projet de Mark Post, pense en revanche qu'il peut "transformer le monde". "On est en gros devant trois scénarios: on devient tous végétariens mais je n'y crois pas. On ferme les yeux et on aura des problèmes environnementaux. Ou on essaye quelque chose de nouveau", a-t-il dit lors d'une petite vidéo diffusée juste avant que le chef n'allume la cuisinière.





 [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Admin
Fondateur Administrateur
Fondateur Administrateur
avatar

Messages : 20116
Date d'inscription : 15/11/2010
Age : 64
Localisation : Essonnes

MessageSujet: "Frankenburger": les éleveurs français "choqués"   Mar 6 Aoû - 23:44

Paris (AFP) - Les éleveurs bovins français ont été "choqués" par la présentation lundi à Londres du premier burger créé "in vitro", qui représente pour eux des "expériences d’apprenti-sorcier" éloignées des demandes des consommateurs.

"Les cellules souches sont développées en incubateur dans un "milieu de culture" mélangeant acides aminés, sucre, facteurs de croissance, hormones et sérum fœtal de veau. Est-ce là un produit en correspondance avec les attentes et exigences des consommateurs pour un produit sain et naturel, et non-industriel ?!", se demande la Fédération nationale bovine (FNB), dans un communiqué publié mardi.

"Le pire est que ces apprentis sorciers de l’alimentation se parent de tous les "bénéfices écologiques", en diffusant un tissu de contre-vérités sur le bilan environnemental de l’élevage pour mieux masquer la dérive insensée de leurs expérimentations", poursuit la fédération, branche spécialisée de la FNSEA, premier syndicat agricole français.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Les éleveurs bovins français ont été "choqués" par la présentation lundi à Londres du premier burger créé "in vitro", qui représente pour eux des "expériences d’apprenti-sorcier" éloignées des demandes des consommateurs (c) Afp


Le premier burger créé "in vitro" à partir de cellules souches de vache a été présenté lundi à Londres. Il a fallu six semaines et 250.000 euros à son créateur pour le mettre au point à partir de 20.000 minuscules tranches de viande cultivées en laboratoire.

Avec l'augmentation de la population mondiale, "la demande en viande va doubler dans les quarante ans qui viennent. Aujourd’hui, nous utilisons 70% de nos capacités agricoles pour la production de viande. On comprend bien pourquoi il nous faut trouver des alternatives", avait souligné Mark Post, scientifique néerlandais de l'université de Maastricht à l'origine de cette expérience. De plus, selon lui, la fabrication de viande en laboratoire permettra de réduire les émissions de gaz à effet de serre résultant de l’élevage.




[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
http://lane.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un steak cultivé en laboratoire à partir de cellules souches   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un steak cultivé en laboratoire à partir de cellules souches
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un steak cultivé en laboratoire à partir de cellules souches
» [Recherche] Du sperme de souris créé à partir de cellules souches
» Des cellules souches créées à partir de la peau d'animaux en voie de disparition
» Promo Auchan à partir du 11 novembre
» A partir de combien de temps peut-on diminuer l'homéopathie ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LOVE ANIMALIA NATURALIS ENVIRONNEMENTALIS :: LA CUISINE :: Actualités -Informations-
Sauter vers: